Critique : Thor: Le Monde des ténèbres

Thor Wars

Fiche

Phase 2 du Marvel Cinematic Universe
Titre:Thor: Le Monde des ténèbres
Réalisateur(s):Alan Taylor
Scénariste(s): Christopher Yost, Christopher Markus, Stephen McFeely
Acteurs: Chris Hemsworth, Natalie Portman, Tom Hiddleston, Stellan Skarsgård, Idris Elba, Christopher Eccleston, Adewale Akinnuoye-Agbaje, Kat Dennings, Ray Stevenson, Zachary Levi, Tadanobu Asano, Jaimie Alexander, Rene Russo, Anthony Hopkins, Benicio Del Toro, Chris O’Dowd
Titre original:Thor: The Dark WorldDate de sortie:30 octobre 2013
Pays:États-UnisBudget:
Genre:Action, Aventure, FantastiqueDurée:2h 10

Thor: Le Monde des ténèbres nous entraîne dans les nouvelles aventures de Thor, le puissant Avenger, qui lutte pour sauver la Terre et les neuf mondes d’un mystérieux ennemi qui convoite l’univers tout entier… Après les films Marvel Thor et Avengers, Thor se bat pour restaurer l’ordre dans le cosmos, mais une ancienne race, sous la conduite du terrible Malekith, un être assoiffé de vengeance, revient pour répandre les ténèbres. Confronté à un ennemi que même Odin et Asgard ne peuvent contrer, Thor doit s’engager dans son aventure la plus dangereuse et la plus personnelle, au cours de laquelle il va devoir s’allier au traître Loki pour sauver non seulement son peuple et ceux qui lui sont chers, mais aussi l’univers lui-même.

Les Enfants Terribles.

Critique

Un nouveau Marvel, c’est moins un événement qu’auparavant. Il faut dire que désormais, on en a droit à deux par an. Néanmoins, un Marvel, c’est toujours la perspective de passer un bon moment, car ce n’est pas avec ce Thor que Marvel Studios va bouleverser ses habitudes.

D’ailleurs en parlant de Marvel Studios, avec Thor: Le Monde des ténèbres, ils en profitent pour divulguer leur nouveau logo. Ce n’est plus le simple Marvel classique mais bien un logo en 3D où on peut voir apparaître un « Studios » en dessous de Marvel. Vous allez peut-être me considérer comme un vieux con, mais je préférais l’autre ! Allez, on enchaîne.

La scène d’ouverture donne l’impression que les projectionnistes se sont plantés et ont mis La Communauté de l’anneau. En beaucoup moins classe quand même, car force est de constater que la réalisation n’a pas vraiment changé. C’est marrant avec les Marvel, on a l’impression que c’est toujours le même réalisateur qui réalise tous les épisodes du Marvel Cinematic Universe. D’où la parallèle tout à fait pertinente avec les séries. Car si les réalisateurs défilent sur une série, on ne sent pas vraiment la différence (c’est parfois plus ou moins inspiré). On peut désormais affirmer que Marvel Studios a réussi à former un univers cohérent entre tous ses films quitte à parfois décevoir ses plus grands fans (moi le premier). Le blockbuster des séries.

La scène d’ouverture donne l’impression que les projectionnistes se sont plantés et ont mis La Communauté de l’anneau.

Malheureusement avec Thor: Le Monde des ténèbres, je voulais avoir droit au Seigneur des Anneaux version Marvel. Un truc monstrueux, épique, avec des batailles de la mort qui tue ! Ce ne sera pas avec celui-là, même s’il franchit un sacré palier par rapport à son prédécesseur, avec plus de combats et une bataille plutôt bandante.

En fait, le point qui m’a le plus dérangé concerne l’omniprésence de la science-fiction. Vraiment choquant en tant que fan des comics. Car le monde de Thor est un univers de Fantasy. Avec des mecs se baladant presque à poil avec des arcs et des flèches et se combattant entre eux à mains nues (des hommes, des vrais !). Bref, un truc à la Seigneur des Anneaux justement. Et voilà qu’on se retrouve avec des méchants qui tirent au pistolet laser, qui ont un énorme vaisseau spatial avec des petits vaisseaux d’attaque en croix, qui ont tous le même masque et même que leur big boss a une sale tronche et dispose d’un second tout en noir. À tel point que si tu prends la dernière phrase indépendamment du reste, t’as l’impression que je te parle de Star Wars. Vraiment ! J’ai eu l’impression que le Thor du comic a débarqué en pleine guerre des étoiles. Il m’a donc fallu un petit moment pour digérer cette particularité. Pas facile quand on a bouffé presque quinze ans d’heroic-fantasy avec Thor version papier.

Odin est habité par l’esprit de Bruce Willis dans Armageddon.

Voilà, pour les points qui ne m’ont pas vraiment plu pour ce Thor. Même si en même temps, c’est plutôt logique, car les aventures de Thor dans le comic marquaient une vraie rupture avec le reste de l’Univers Marvel. Un point difficilement transposable dans le Marvel Cinematic Universe étant donné qu’il y a une vraie volonté de conserver un ensemble cohérent et non pas, éparpillé avec des ruptures de ton entre chaque héros. Néanmoins, malgré l’omniprésence de SF, Thor: Le Monde des ténèbres conserve quelques éléments de ses origines. Ainsi, on peut admirer Yggdrasil, l’Arbre du Monde et des créatures fantastiques semblant s’être échappés de la mythologie grecque.

Pour le reste, j’ai vibré devant un spectacle purement Marvelien. De l’humour (pas efficace au début, mais très réussi dans la seconde moitié) mélangé à de l’action (un cap a été franchi par rapport au premier Thor, merci l’effet Avengers). À noter toutefois que ce Thor-là ajoute un effet absent des autres Marvel (mis à part peut-être très brièvement dans Captain America et Avengers) : des larmes. Sur un passage, j’ai vraiment chialé. Je me suis même dit : « Mais qu’est-ce qui t’arrives mon petit Marvelll (oui, je me suis tellement identifié à mon avatar que je ne m’appelle même plus par mon vrai prénom), t’es en train de chialer sur un Marvel et en plus, l’effet est gros comme une patate, tu l’avais senti venir à deux kilomètres. ». J’ai été admiratif par la puissance de la scène en question. Comme si, en quelques minutes, il avait été décidé de réunir tout l’impact émotionnel absent des autres films. Une belle claque. Un pur moment que n’aurait pas renié Le Seigneur des Anneaux.

Spoiler : la scène en question

Si vous avez vu le film, vous l’avez deviné. Il s’agit de la scène de la mort de Frigga. Je ne sais pas vous, mais moi, ça m’a foutu un coup de voir Odin allongé sur elle et lui caresser le visage. Bordel, on parle du Père de Tout. En plus, la scène suivante est d’une maestria exceptionnelle et d’une beauté à tomber par terre. Style Game of Thrones !

J’ai vibré devant un spectacle purement Marvelien.

On va peut-être faire un petit tour au casting pour accueillir les nouveaux. En premier lieu, le grand méchant de l’histoire Malekith (Christopher Eccleston). Je n’ai pas retrouvé le méchant loufoque du comic, mais je l’ai trouvé plutôt bon. Pour une fois, que Marvel a un vrai méchant-méchant. Un de ceux qui veulent détruire l’Univers (ah merde, j’avais oublié Crâne rouge – bon ben, on fait comme s’il n’existait pas). Parce que Loki, bon, il est sympa, mais j’ai toujours du mal à le voir comme un bad guy convaincant. Je le vois plus comme un fouteur de merde, un sadique. Malekith est accompagné par Algrim, joué par l’inoubliable Adewale Akinnuoye-Agbaje (merci Ctrl+C et Ctrl+V) aka Mister Eko dans Lost et Simon Adebisi dans Oz, un guerrier qui va poser de vrais problèmes au combat à Thor (pas comme le Destructeur, mais plutôt comme Hulk). Toujours en restant dans le monde des séries, Thor: Le Monde des ténèbres accueille Zachary Levi aka Chuck Bartowski. Je vais vous dire, si je ne savais pas qu’il était là, je ne l’aurais sans doute pas reconnu. Ça reste un petit rôle, mais c’est fendard. D’ailleurs, il s’appelle Fandral. C’est le même son, non ? Fendard Fandral. Quoi ? Ma blague est pourrie ? Snif.

On se sent comme face à la Joconde avec ces yeux. Sont-ils en train de nous suivre ?

Pour ceux toujours présents, on va noter une plus grande importance donnée à Kat Dennings, un peu l’effet girly du film, l’effet 2 Broke Girls. Pour ma part, ce n’est pas trop mon style d’humour, mais j’avoue que j’ai quand même rigolé une ou deux fois. Par contre, qu’est-ce que je me suis marré avec Stellan Skarsgård. Je vous laisse la surprise, mais je ne m’y attendais pas du tout. Le mec a quelques scènes mineures, mais on s’en rappelle très bien ! Heimdall, magnifique Idris Elba propulsé sur le devant de la scène par Pacific Rim, a enfin le droit à une scène d’action à la hauteur du statut de son interprète ! Et ça fait plaisir. Jane Foster… Je ne sais pas trop quoi dire. J’ai du mal avec elle. Parfois, elle en fait trop. Parfois, non. Au moins, c’est moins pire que le précédent. Ray Stevenson (Volstagg) et Dame Sif (Jaimie Alexander), rien à signaler. Odin, non plus. La classe, point.

Enfin la rédemption du dieu du mensonge (sa Vegeta comme les fans de Dragon Ball disent) ?

Passons aux têtes d’affiche : Thor et Loki. Enfin la rédemption du dieu du mensonge (sa Vegeta comme les fans de Dragon Ball disent) ? Sa dernière apparition dans la saga ? Marvel Studios nous a réservé une belle surprise sur le sort du personnage. En tout cas, j’ai été bluffé sur le coup.

Spoiler : le sort de Loki

Je voulais tout d’abord parler de cette fameuse main coupée de Thor (tiens, je me rends compte d’une nouvelle parallèle avec Star Wars). Sur le coup, j’ai été estomaqué avant de me rappeler qu’on parlait de Loki. Mais ma copine a marché à fond dessus, ça fait plaisir.

Par contre, Loki, la classe. Pour la scène où après avoir appris la mort de Frigga, il pète un plomb dans sa cellule. J’ai vibré, j’ai versé ma petite larme (avant de chialer sur la scène suivante). Je me suis dit : « C’est bon, Loki, c’est le Vegeta de l’univers Marvel ».

Autre excellente scène. Bien évidemment, le cliffhanger final. Ça fait plaisir de voir qu’on a retrouvé notre dieu du mensonge. Pour ceux qui ne comprennent pas le pourquoi du comportement de Loki. Il faut savoir que la rédemption totale de Loki, ça n’arrivera jamais. C’est dans sa nature. Il est le dieu de la malice. Il aime comploter, foutre sa merde. Et nous, on l’aime pour ça. Il est capable de faire des choses héroïques comme des actes fourbes. Un personnage imprévisible, voilà ce qui explique pourquoi il dure aussi longtemps dans les comics.

Pour Thor, il n’y a pas grand chose à dire. Chris Hemsworth EST Thor ! Du coup, il ne sert à rien de critiquer son jeu. Par contre, le truc qui fait vraiment plaisir, c’est de voir qu’il a gagné encore plus en côté épique. Sa première apparition, c’est le genre de moment où on dit mentalement : « Fuck yeah ! Thor is on the place ! ». Mjolnir (son marteau) a gagné en prestige. Quand Thor le déchaîne, on voit des éclairs déchirer l’espace. Ça pète la classe. À noter une blague délicieuse lors du combat final avec Mjolnir.

Spoiler : le combat final

J’avoue avoir été déçu par le dénouement que je ne trouve pas vraiment épique. Par contre, quel pied, le combat. Un peu comme si le jeu vidéo Portal avait décidé de s’inviter dans Thor. En tout cas, l’effet est fendard et ne ressemble à rien de connu. Et merci, de ne pas nous avoir refilé un truc bidon comme la fin d’Iron Man 3 où Pepper est devenu une maîtresse des arts-martiaux en l’espace d’une seconde…

Un mot pour l’apparition guest-star : M.A.G.N.I.F.I.Q.U.E. On s’est tous exclamés dans la salle.

Quand Thor déchaîne Mjolnir, on voit des éclairs déchirer l’espace. Ça pète la classe.

Pour ceux voulant savoir quels sont les mondes abordés dans Thor: Le Monde des ténèbres. Alors déjà, il y a Midgard (la Terre) et Asgard (non, sans blague ?) puis Svartalfheim, le monde des elfes noirs. Ce n’est pas encore aujourd’hui qu’on fera un tour en Nibelheim (Helheim, le royaume des morts), ni en Muspellheim (le monde du feu où Surtur gouverne, on peut tout de même en voir un bout durant à peine quelques secondes). Peut-être pour Thor 3 : Ragnarok ? Non, non, il ne s’appelle pas encore comme ça, mais je le sens bien ce sous-titre. J’ai été déçu que Svartalfheim ne soit pas davantage approfondi. On a juste l’impression qu’il s’agit d’une planète déserte…

PS : déception de la projection presse, je n’ai pas pu bénéficier de la 3D alors qu’on voit clairement que le film a été pensé pour au vu des nombreux effets utilisant l’effet de profondeur. Notamment sur le combat final. Il doit être sacrément impressionnant en 3D.

Pour comprendre la scène post-générique, c’est par ici.

Par Christophe Menat, le .

Ouh là, je crois que je ne vais pas faire de blague et le laisser lire tranquille…

Conclusion

Ses défauts m’ont empêché de lui donner une meilleure note. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’un excellent Marvel, permettant de remonter la pente après le décevant Iron Man 3. S’il fallait le résumer en une seule phrase : « Thor 2, c’est Thor en plus épique ! ».

+– Spectaculaire
– Drôle
– Loki
– Un vrai méchant
– La scène émouvante au milieu du film
– Le côté Star Wars
– Pas Le Seigneur des Anneaux version Marvel
8/10
Advertisements
A propos de l'auteur : (2916 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.