Critique : Avengers

Vengeurs, rassemblement !

Fiche

Phase 1 du Marvel Cinematic Universe
Réalisateur(s):Joss Whedon (Serenity : l’ultime rébellion)
Scénariste(s):Joss Whedon (La cabane dans les bois, la série Buffy contre les vampires)
Acteurs (personnages):Chris Evans (Steve Rogers / Captain America), Samuel L. Jackson (Nick Fury), Robert Downey Jr. (Tony Stark / Iron Man), Chris Hemsworth (Thor), Mark Ruffalo (Bruce Banner / Hulk), Scarlett Johansson (Natasha Romanoff / La Veuve Noire), Tom Hiddleston (Loki), Jeremy Renner (Clint Barton / Œil de Faucon), Cobie Smulders (Maria Hill), Stellan Skarsgard (Dr. Erik Selvig), Clark Gregg (Agent Phil Coulson), Gwyneth Paltrow (Pepper Potts)
Titre original:The AvengersDate de sortie:25 avril 2012
Pays:USABudget:220 000 000 $
Genre:ActionDurée:2h22
Lorsque la sécurité et l’équilibre de la planète sont menacés par un ennemi d’un genre nouveau, Nick Fury, le directeur du SHIELD, l’agence internationale du maintien de la paix, réunit une équipe pour empêcher le monde de basculer dans le chaos. Partout sur Terre, le recrutement des nouveaux héros dont le monde a besoin commence…

Critique

Fantasme des lecteurs de comics depuis des années, Les Vengeurs représentaient la quintessence des super-héros Marvel, loin devant les X-Men et les Quatre Fantastiques. Toutefois, on ne pouvait pas imaginer qu’un tel film allait voir le jour car à la différence des X-Men et des Quatre Fantastiques, chaque membre des Vengeurs (ou presque) bénéficie d’un comic qui lui est dédié même les moins connus comme Œil de Faucon et La Veuve Noire. Pour avoir une idée du merdier, c’est comme si on demandait à Rambo, Terminator, John McLane, Ripley, Conan de former une équipe pour lutter contre un ennemi qu’ils ne pourraient pas vaincre seul.

Sans compter que mettre en place les différents membres de l’équipe avec des poids lourds niveaux effets spéciaux comme Hulk et Iron Man (entièrement en images de synthèse), on est bien loin des mutants à l’apparence normale mis à part quelques membres – Le Fauve, Diablo, Mystique, et encore eux c’est plus « facile », juste des masques, c’est autre chose qu’un mastodonte vert de 3 mètres ou une armure ultra moderne et volante en plus. On voit bien avec le budget qu’Avengers a tout explosé : 220 millions de dollars, soit 40 de plus que The Dark Knight, 145 de plus que le premier Iron Man. On reste quand même en dessous du record détenu par Avatar et ses 300 millions de dollars de budget (en même temps le film de James Cameron est presque intégralement en images de synthèse).

Bref, c’est un fantasme qu’on ne pensait voir que dans nos rêves. J’avais même du mal à y croire lorsque le nom Initiative Vengeur a été prononcé sur le grand écran par Nick Fury et Tony Stark mais il faut bien remettre les pieds sur terre. Oui le projet des Vengeurs a vu le jour et mieux même, il sort au cinéma !

On a été rassuré de voir que tous les acteurs ont été conservé mis à part Bruce Banner confirmant que la malédiction des Hulk a largement traversé l’écran et a contaminé les acteurs destinés à incarner ce docteur Jekyll des temps modernes. Comme pour un rôle d’une pièce de Shakespeare, en trois films, nous avons eu le droit à trois acteurs différents (sans compter la série). Marvel Studios n’a plus jamais reproduit cette erreur et a été malin en faisant signer aux acteurs des très longs contrats. En même temps, même si j’adore Edward Norton, la performance de Ruffalo l’éclipse totalement avec un personnage bien plus proche de celui du comic rendant le contraste Dr Banner/Hulk bien appuyé.

Par contre, là on était dubitatif, c’est la nomination du réalisateur/scénariste : Joss Whedon. Le créateur de la série de Buffy contre les Vampires ? Mais qu’est-ce que c’est cette histoire ? C’est le premier avril ? La plupart des réactions étaient négatives mais ce serait oublier le génie du bonhomme. Car la Marvel et Joss Whedon n’en sont pas à leur première collaboration. Auparavant, ils avaient collaborés pour lancer un nouveau titre sur les X-Men : Astonishing X-Men. Un comic auquel pas grand monde n’y croyait (encore un spin-off des X-Men) mais qui a été un des comics Marvel les plus vendus en 2006 ! Il a même été nominé pour plusieurs Eisner Awards (l’équivalent des Oscars dans le monde des comics) et a remporté celui convoité de la meilleure série continue. Un des numéros de la série (le 6 plus précisément) a été élu par les lecteurs de comics Marvel, 65ème meilleur comic Marvel de tous les temps. Excusez du peu…

Quand on compte en plus l’incroyable phénomène autour de Buffy et son spin-off Angel. Je vais même vous avouer qu’après avoir passé des années à dénigrer la série sans en avoir vu un seul épisode (j’étais un jeune con que voulez-vous), sous l’impulsion de ma jeune cousine, je finis par abdiquer et tenta de regarder avec elle quelques épisodes. Bon ben, je les ai tous regardé… Ce qui se passe évidemment de commentaires.

On n’oubliera pas non plus la série Firefly devenue désormais culte et le film chargé de boucler la série, Serenity – L’ultime rébellion. Tous les deux sont extrêmement bien considérés même si le succès n’a pas été au rendez-vous.

Tous les fans de comics/séries vous le diront, Joss Whedon est un génie ! Donc quoi de plus normal que de lui confier les rênes du plus gros film Marvel de tous les temps (jusqu’à Avengers 2 ?). La pression est sur lui et enfin, après un épilogue à n’en plus finir, on va enfin aborder le film. Avengers, pétard mouillé ?

Pour illustrer un peu l’importance d’Avengers, c’est comme l’épisode final d’une saison d’une série. Toutes les intrigues ficelées dans chacun des épisodes de la première saison Marvel (Iron Man, L’Incroyable Hulk, Iron Man 2, Thor, Captain America) trouvent dans cet épisode le dénouement, qui peut parfois s’avérer être un énorme pétard mouillé comme dans Smallville. Or Avengers, c’est la quintessence, la jouissance ultime, l’Armageddon ! Et comme pour chaque fin de saison, on dispose du traditionnel cliffhanger de malade, celui qui vous fait péter un plomb en réalisant le temps qu’il faudra attendre pour la prochaine saison. Je vais vous le dire, approchez votre oreille et ouvrez la balise spoiler à vos risques et périls (Ceux qui n’ont pas vu le film, je ne vous le conseille vraiment pas ! Pour les autres qui ont vu le film mais qui n’ont pas compris, je vous invite sincèrement à la lire pour comprendre) :

Spoiler

On y voit Thanos, l’amant de la mort et ce n’est pas un titre pour faire joli, il l’est réellement (ce qui explique pourquoi il sourit quand il entend le mot « mort »). Pour ceux qui n’ont pas compris pourquoi les quelques Marvel boys de votre salle se sont évanouis. Je vais vous donner une idée de sa puissance par rapport à Loki, on va illustrer par une métaphore, si Loki est de niveau primaire (on va dire la CE1) alors Thanos, c’est Bac +8. Dans le comic, il a réussi à affronter seul tous les super-héros de l’univers Marvel (soit plus de 500), le pire, c’est qu’il a gagné.

Là où Joss Whedon mettra tout le monde d’accord, c’est pour son énorme talent à mettre en boîte les séquences d’action. Même si on cumulait toutes les scènes d’actions de tous les films Marvel qui ont précédé Avengers, on réussirait seulement à compléter la moitié de celles d’Avengers et difficilement (pourtant L’Incroyable Hulk est pas mal de ce côté). Transformers 3 ? De la rigolade… Le générique d’introduction de l’épisode 3 de Star Wars est le seul à pouvoir rivaliser techniquement (seulement ça ne dure que 5 minutes, Avengers, c’est environ la moitié du film).

Le pire avec tout ça, c’est qu’elles demeurent incroyablement lisibles, un peu comme si des cases de bande dessinées prenaient vie à l’écran. On est capable de voir exactement ce qui se passent et le meilleur, c’est que Joss Whedon n’use que très, très rarement de ralentis (les allergiques de Zack 300 Snyder seront ravis). En toute sincérité, j’ai pris une énorme claque devant tant de maîtrise. Pour couronner le tout, il y a un plan séquence où on va faire un tour sur le combat de chacun des personnages, tout simplement bluffant ! Parmi les personnages les plus spectaculaires, difficile de départager entre Thor, Iron Man et Hulk (Captain America étant trop faible pour insuffler de la puissance malgré un passage flash-back foutant des frissons partout – celui où il tape sur le sac de frappe). Pour ma part, je décerne la couronne à Hulk vraiment démentiel, il arrive à lui seul à impressionner par sa puissance et sa fureur, rendre fou de trépidation lors de son déchainement (une armée, ce n’est rien pour un Hulk) et aussi faire rire (je vous laisse découvrir comment, en tout cas, toute la salle était morte de rire).

L’autre surprise du film, c’est l’équilibre entre les différents personnages. On se croirait en pleine présidentielle où chaque candidat bénéficie d’un temps imparti que les médias sont obligé de respecter ce qui amène un répartition juste. Œil de Faucon et la Veuve Noire des personnages secondaires ? Même pas. Comme pour Game of Thrones, un modèle du genre, le scénario bifurque à merveille entre les différents protagonistes et développe finement leurs interactions. Personne n’est délaissé, personne n’est sous-traité. On comprend mieux pourquoi le film dure trois heures à la base. Espérons très fort que Joss Whedon livre une version longue lors de la sortie blu-ray comme Peter Jackson et Snyder en sont extrêmement friands, croisons les doigts (ndlr: après recherche sur le net, Joss Whedon a affirmé que 30 minutes de scènes coupées seront disponibles avec le blu-ray).

Le seul point un peu bancal demeure le synopsis très classique : un méchant veut envahir le monde mais quand les moyens sont là, on n’y fait même plus gaffe. Non seulement content de réussir à développer les protagonistes (il faut dire qu’on fait l’impasse sur les présentations, chacun ayant eu le droit à son film), l’émotion, le rire et les frissons sont aussi là.

L’émotion sera surtout présente pour une scène inattendue :

Spoiler

Putain, ils l’ont fait, ils ont tué l’agent Coulson. J’ai même versé une larme. On n’avait qu’une envie, hurler « Vengeurs, rassemblement ! Et butez moi cet enfoiré de Loki ! » On voit aussi le génie machiavélique de Fury, capable de se servir d’un tel évènement à ses fins, mais bon c’est pour sauver le monde donc on lui pardonne. En tout cas, on retrouve le Fury de l’univers Ultimate.

Le rire pour la tonne de répliques vraiment drôles, c’est fin, on rit de bon cœur. Bien sûr, Tony Stark récupère les meilleures. En fait, on retrouve tout simplement l’humour d’Iron Man mais pas seulement.

Les frissons pour le côté épique des batailles, vous trouvez que ça en manquait dans les précédents Marvel (L’Incroyable Hulk mis à part), ben vous serez servi. Jamais les personnages n’ont été aussi impressionnants et épiques. Je me répète mais on a vraiment l’impression de voir les Vengeurs des comics en live, rien n’est épargné, castagnes spectaculaires n’ayant rien à envier à l’inoubliable prise de bec entre Hulk et l’Abomination, déchainement de puissance à faire pâlir Superman, poses iconiques directement inspiré de celles de Blade dans l’épisode réalisé par Guillermo Del Toro (Blade II). On peut y ajouter aussi des répliques, seulement elles ont toutes été dévoilées dans les différentes bandes annonces.

Joss Whedon pousse même le vice à trouver des plans incroyables, les contre-plongées systématiques pour Fury en font du personnage incroyablement classe qu’il est, les caméras planquées dans les bagnoles donnent un autre point de vue des scènes d’action. Comme s’il avait décidé que les cases de bandes dessinées parfois tellement imaginatives qu’on les supposait irréalisables, eh bien, c’est possible, la preuve : Avengers !

Les acteurs sont tous vraiment bons mais ce n’est pas une surprise parce qu’on ne découvre personne (c’est pour ça que je ne vois pas l’intérêt d’en parler). Tout de même arrêtons-nous sur la seule nouvelle avec Mark Ruffalo, Cobie « How I Met Your Mother » Smulders jouant Maria Hill, le bras droit de Fury. Franchement, je la redoutais énormément parce que c’est Robin, quoi! Finalement, elle s’en sort plutôt bien même si j’ai souri quand elle a sorti son flingue dans une pose à la Jack Bauer.

Par contre quand même deux bémols techniques, le choix du format (entre le 16/9 et le 4/3). Au lieu de s’emparer de la totalité de l’écran, on subit de coupures, un sentiment désagréable et surtout de gros regrets. Qu’est-ce que ça aurait pu donner si le long-métrage avait pris la totalité de l’écran ?

Deuxième bémol, la 3D, bon franchement, elle n’est pas géniale, ouais, elle ne sert à rien en fait mais bon, elle ne gêne aucunement (pas comme dans le séquence d’ouverture de Thor chez les Géants de Glace) ! C’est toujours ça de pris.

Niveau fidélité comic, Joss Whedon fait preuve d’un énorme respect au matériau d’origine tout en sachant innover et adapter le matériau, un peu comme il avait fait avec Astonishing X-Men.

Je crois que j’ai fait un peu le tour de tout ce qu’il y avait à dire sans dévoiler quoi que ce soit de l’histoire hormis entre spoilers (sinon ce n’est plus drôle, surprise totale donc). Tout ce qu’il faut retenir, c’est qu’Avengers représente la quintessence du film de super-héros tout en annihilant les défauts qu’on avait vu au cinéma dans les films d’équipes de super-héros surtout X-Men qui souffrait d’une telle Wolverine-mania qu’on aurait pu ré-intituler la saga, Wolverine et les X-Men, comme un vulgaire groupe de rock.

Ah oui, un truc drôle quand même, quand je vois qu’Avatar a coûté 300 millions, on pourrait imaginer qu’Avengers ait coûté le double. D’ailleurs, il aurait sûrement eu ce prix si Marvel Studios n’avait pas aussi bien fignolé les contrats des acteurs. Allez, j’avoue aussi, je n’étais pas bien avant de voir le film, j’avais tellement peur d’être déçu. Tellement peur que tout ce foin n’ait servi à rien. C’est quand même dingue! Ce n’est qu’un film quoi… Mais bon, je suis sorti de la salle soulagé. Je vais aller le revoir tranquillement, libéré de cette angoisse.

Autre anecdote, pour les avants-premières, on a le droit au traditionnel livret marketing où les acteurs sont présentés, etc. Quand je l’ai pris, j’ai été surpris par son poids, effectivement, c’est un gros pavé qu’il y a. On se dit, ben dis donc, ils ne lésinent pas.

Conclusion

La Colère des Titans, Battleship, John Carter, tous ensemble n’arriveraient pas à arrêter le monstre Avengers même en fusionnant. C’est dire la merveille ! 2012 a son blockbuster parmi les blockbusters (peut-être même celui de la décennie), on se demande bien comment The Dark Knight Rises va pouvoir rivaliser avec le Hulk des blockbusters.

Avengers, écrase!

+– Bien écrit
– Bien réalisé
– Drôle
– Fun
– Spectaculaire
– Meilleur cliffhanger juste derrière celui de Captain America
– Nombreuses répliques cultes
– 3D
– Ratio de l’image
– Où est passé la réplique : « Vengeurs, rassemblement ! » ?
– Putain, on est reparti pour attendre au moins 4 ans pour avoir Avengers 2 !
10/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (3027 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter ou Facebook.