Test : Portal 2

T’aimes pas les puzzle-games? T’as jamais joué à Portal!

Date de sortie : 21 avril 2011

Édité et développé par Valve Corporation (Half Life, Counter Strike, Left 4 Dead)

Genre : Action, Puzzle, Réflexion

Plate-forme : Mac OS X, PC, PlayStation 3, Xbox 360

Portal 2 se déroule près d’un siècle après le premier Portal.

Chell se réveille dans ce qui semble être une chambre d’hôtel. Une voix de robot la guide à travers un test cognitif avant qu’elle ne soit remise en sommeil. Lorsqu’elle se réveille de nouveau, de nombreuses années se sont écoulées. Wheatley, un robot chargé de l’entretien du personnel en stase, déplace la salle, une des centaines stockés dans un immense entrepôt et l’aide à s’échapper en passant par les salles de tests d’Aperture Science délabrées par le temps et à récupérer le Portal Gun.

Wheatley, ayant manqué à son devoir de maintenir les fonctions vitales des autres sujets de test stockés, cherche à s’échapper des locaux, dirigeant Chell vers la salle où GLaDOS a été désactivée par Chell dans le premier opus. Wheatley tente d’allumer le disjoncteur du module de sécurité, mais accidentellement il réactive GLaDOS, qui condamne Chell à des tests jusqu’à sa mort pour se venger de sa désactivation, et commence la reconstruction de l’usine en ruines.

Les puzzle-games n’ont jamais été ma tasse de thé. Soit parce que ça finit par me gonfler, soit parce qu’il n’y a pas d’histoire (donc ça finit par me gonfler). Mais Valve semble avoir tout compris en proposant une expérience hallucinante. Ils ont réussi à me faire aimer les puzzle-games!

Portal 2 commence de la plus belle des façons. On comprend alors que le jeu est très scénarisé mais son point fort est surtout les dialogues à mourir de rire. Valve a réussi à insuffler de la vie dans les robots qui vous accompagnent. C’était un pari risqué (il n’y a pas d’autre humain que vous dans ce méga complexe) mais ces robots ont plus de personnalité que 99% des humains de jeux vidéo. Un prodige ! Je me suis éclaté à écouter leurs commentaires pendant mon aventure et parfois même à rire.

Je ne te raconterais rien de l’histoire (tu permets que te tutoies) parce que c’est un petit bijou de rebondissements mais en tout cas, je ne m’attendais pas du tout à ça.

Le gameplay est d’une simplicité absolue pour la prise en main : une maniabilité FPS avec un bouton pour sauter, un pour faire un portail orange, un autre pour un portail bleu et un dernier pour activer les mécanismes, c’est tout… Mais les salles de tests proposées sont parfois tellement tordues que tu loueras ce gameplay parfait qui t’évitera de pester parce le truc est mal dosé.

On enchaine les rebondissements et les salles de test tordues. Il y a encore un truc. Techniquement le jeu est une merveille. Le son est un pur régal (même en tant que sourd, j’ai réussi à distinguer les gouttes, le grincement métallique) et surtout quelle musique. Le gros must aussi, ce sont les sous-titrages malentendants qui m’ont permis de bien tout assimiler au niveau du son (un grand merci pour Valve pour ce travail).

Graphiquement, c’est une bête ! Un des plus beaux jeux de la PS3, les lumières, les textures, la modélisation, l’animation. Tout est réussi ! Parfois le jeu te soumet des décors tellement énormes et beaux que ta mâchoire va se retrouver par terre.

Lorsque le générique de fin défile, j’étais sur le cul grâce à une chanson originale totalement culte (on comprend pourquoi l’album de Portal 2 a eu du succès). On en veut encore ! Donc on se rabat sur le mode Coop tout aussi excellent qui te permettra de t’éclater avec un pote (écran splitté) ou en ligne (mais c’est moins fun).

La seule déception concerne le combat final un peu trop facile.

Graphisme : 8/10 –Magnifique malgré un moteur daté.

Gameplay : 9/10 – La prise en main est simple mais la résolution des tests beaucoup moins.

Son : 9/10 – Purée, c’est magnifique autant la musique que les bruitages et le doublage (que ce soit en VF ou en VO). En plus, on a le droit de choisir la langue pour les voix et les sous-titres sourds & malentendants.

Durée de vie : 8/10 – Une douzaine d’heures pour finir l’histoire. Comptez une dizaine de plus pour l’excellent mode Coop.

Histoire : 8/10 – Absolument géniale. Bourrée de rebondissements et bardée de répliques cultes. Une grosse surprise pour un puzzle game.

Succès/Trophées : 7/10 – 34% en finissant le mode solo. 50% avec le mode Coop en plus. Un ratio temps passé/trophée plutôt bon.

Son point fort – Un puzzle-game réussi avec une bonne histoire.

Son point faible – Le combat final un peu décevant.

Note : 9/10 – Le seul puzzle-game qui aura réussi à m’accrocher plus d’une heure. Un gameplay très efficace, des personnages attachants, des graphismes à tomber, une histoire à twist, une belle musique. Que demander de plus ? Portal 3!

portal-2-poster-1970

Pin It on Pinterest