Critique & Test Blu-ray : Cars 2

Flash McQueen is back !

 
Fiche

Réalisateur(s):Brad Lewis, John Lasseter (Toy Story)
Scénariste(s):Ben Queen
Acteurs (personnages):Owen Wilson (Flash McQueen), Larry The Cable Guy (Martin), Michael Caine (McMissile), Emily Mortimer (Holley Shiftwell), Eddie Izzard (Sir Miles Axlerod)
Pays:États-UnisDate de sortie:27 juillet 2011
Genre:Animation, Aventure, Comédie, Course, FamilleDurée:1h52
Dans Cars 2, Flash McQueen, la star des circuits automobiles, et son fidèle compagnon Martin la dépanneuse reprennent la route pour de nouvelles aventures. Les voilà partis pour courir le tout premier Grand Prix Mondial, qui sacrera la voiture la plus rapide du monde ! Mais la route du championnat est pleine d’imprévus, de déviations et de surprises hilarantes, surtout lorsque Martin se retrouve entraîné dans une histoire comme il n’en arrive qu’à lui : une affaire d’espionnage international ! Ecartelé entre son désir d’assister Flash McQueen dans cette course particulièrement difficile et celui de mener à bien une mission d’espionnage top secrète, Martin se lance dans un voyage bourré d’action et une course-poursuite explosive sur les routes du Japon et de l’Europe, suivi par ses amis et regardé par le monde entier. Sur la route, Flash et Martin trouveront de l’action, de l’humour effréné et de tout nouveaux personnages – agents secrets, redoutables méchants et adversaires décidés sur les circuits automobiles…
Date de sortie Blu-ray/DVD:30 novembre 2011Format vidéo:2.39:1
Langues:Anglais (DTS-HD Master Audio 7.1), Français (DTS-HD High Resolution Audio 7.1), Anglais (Dolby Digital 5.1 EX), Français (DTS 5.1-ES)
Sous-titres:Français, Anglais
Suppléments :Courts métrages :
« Cars Toon : Air Martin »,
« Toy Story Toons : Vacances à Hawaï ».
Commentaires audio du réalisateur,
Le tour du monde des bonus (117mn):
– Les origines de Cars 2,
– Vidéos sur la scène d’ouverture,
– Vidéos sur l’espionnage,
– Visites des décors,
– Création des méchants,
– Immersion dans les Studios de Pixar en Californie,
– Bandes-annonces US, UK, allemande et japonaise,
– Scènes coupées,
– Scène d’ouverture alternative,
– Version longue de la course dans Tokyo avec commentaire audio du réalisateur.
Bonus cachés :
– Conseils de prudence en Russie
– Bande-annonce russe
– Bonus cachés additionnels

Critique

Le premier épisode m’avait laissé passablement froid, l’histoire n’était qu’une resucée du script somme toute banale du jeune prétentieux de la ville qui découvre la vie simple au contact des « ploucs » de la campagne. Le coup des voitures qui parlent ne m’avait fait ni chaud, ni froid. L’atout numéro un de Cars reposait sur son héros, Flash McQueen. Un bolide au look qui a ravi le cœur des jeunes garçons. Je ne me suis toujours pas remis du nombre impressionnant de produits dérivés sur le look de Flash. Un succès n’ayant rien à envier à celui de Spider-Man.

Je peux vous déjà affirmer que le deuxième épisode surpasse sans problème le premier. Déjà on voyage pas mal et ce sera l’occasion de se pâmer devant les magnifiques décors de Cars 2. On fera un petit crochet sur Paris. L’humour est aussi revu à la hausse avec pas mal de clins d’oeil aux autres productions célèbres comme le classique James Bond qui sera la pierre angulaire de cet opus avec le génial McMissile. J’ai notamment adoré un des plans directement calqué sur Spider-Man où McMissile alors accroché sur un filin, se jette dans le vide avant de remonter vers le haut de l’écran à deux doigts de la caméra (un plan qui rappelle aussi Retour vers le Futur qui en fait sa marque de fabrique).

Le meilleur passage de Cars 2 est de loin son début, un pur moment de bonheur digne d’un James Bond pastiché par des voitures mais attention pastiché avec des moyens n’ayant rien à envier aux meilleurs productions de l’agent qui avait un permis de tuer. Je ne me suis pas lassé de revoir ce passage encore et encore.

La suite de l’aventure délaisse à ma grande surprise la star McQueen pour s’intéresser à son meilleur ami Martin au dentier improbable avec ses deux dents de devant voulant se griller la priorité. C’est simple, McQueen n’est ici qu’un simple faire-valoir nous permettant de bénéficier de quelque plans de course. L’intrigue tournant autour d’un remake d’Austin Powers/Johnny English avec le dépanneur benêt dans le rôle principal. C’est plutôt efficace à défaut d’être original.

Je reprocherais à Cars 2, une certaine paresse dans sa réalisation qui a bien du mal à s’envoler durant les passages d’actions. Constant d’autant plus vrai que Tintin et Le Chat Potté sont passés par là (oui, d’accord Cars 2 est sorti avant mais quand même). Et aussi, un rôle moins important à Flash McQueen résulte alors d’une part moins importante aux courses qui était alors l’atout numéro un du précédent Cars. C’est vraiment dommage surtout que le deux se part d’un très bon rival italien.

Test

Bien évidemment comme tout film Pixar, la qualité technique de Cars 2 est exceptionnelle. Un vrai sans faute que ce soit au niveau du son ou de l’image. Un film qui justifie l’achat d’un blu-ray au détriment du DVD.

Au niveau des bonus, on notera deux courts métrages sympathiques qui raviront les bambins et surtout la présence des gros modules autour du film, un bon travail intéressant. Encore une option qui justifie l’achat du blu-ray au détriment du DVD (qui ne bénéficie que des deux courts-métrages).

Conclusion

Cars 2 ravira les bambins fans de McQueen et n’ennuiera pas le public adulte grâce à un bon humour et un très bon pastiche de James Bond.
+– le pastiche de James Bond
– l’humour
– c’est beau, très beau
– ça reste quand même limité
– sentiment de déjà-vu
– des courses moins importantes
6/10
Un excellent blu-ray qui justifie pleinement son achat.
Image : 10/10Son : 9/10Bonus : 7/10
Trophée8/10

Pin It on Pinterest