Critique : L’Aube rouge

L’Aube rouge Affiche
Ça va être tout noir !

Fiche

Remake du film de John Milius sorti en 1984
Titre:L’Aube rouge
Réalisateur(s):Dan Bradley
Scénariste(s):Carl Ellsworth, Jeremy Passmore
Acteurs:Chris Hemsworth, Josh Peck, Adrianne Palicki, Josh Hutcherson, Isabel Lucas, Edwin Hodge, Will Yun Lee, Jeffrey Dean Morgan
Titre original:Red DawnDate de sortie:28 août 2013
Pays:États-UnisBudget:75 000 000 $
Genre:Action, Drame, GuerreDurée:1h36

Un matin, les habitants d’une ville américaine se réveillent pour découvrir l’incroyable : des forces armées étrangères sont en train de les envahir. Les États-Unis sont attaqués, des centaines de parachutistes pleuvent du ciel, et ce n’est que le début… Très vite, les citoyens sont faits prisonniers et l’ennemi occupe le secteur. Un groupe de jeunes parvient à s’enfuir et se cache dans les bois. Ils n’ont pas dit leur dernier mot. Il n’est pas question pour eux de se laisser voler leur liberté et leur pays…

Photo du film L’Aube rouge
Un kilomètre à pied, ça use, ça use… Un kilomètre à pied, ça use les souliers.

Critique

Thor à l’affiche d’un film d’action, on est bien sûr curieux car la dernière fois qu’il avait tourné autre chose que pour Marvel, ça avait donné La Cabane dans les Bois, un petit bijou horrifique. Cette fois-ci, il s’agit d’un remake, celui du film éponyme de John Millius avec Patrick Swayze. N’ayant pas vu l’original, c’est l’esprit vierge de tout préjugé que j’attaque la projection.

Ne sachant pas vraiment à quoi m’attendre n’ayant pas vu de bande annonce, ni autre chose que la présence de Chris Hemsworth, j’ai pris une petite claque au début avec cette invasion grandeur nature à faire pâlir tous les paranoïaques obsédés par les complots et les invasions. Le film m’a aussi surpris par le calibre de ses scènes d’action, en témoigne cette course-poursuite à cent à l’heure et plutôt prenante. On est loin de la petite série B.

[Une] invasion grandeur nature à faire pâlir tous les paranoïaques obsédés par les complots et les invasions.

Du moins, c’est ce qu’on pourrait croire avant d’avoir vu la suite. Le niveau des acteurs, hormis Chris Hemsworth et Adrianne Palicki, (vue en baroudeuse dans G.I. Joe : Conspiration), d’ailleurs au cœur d’une intrigue romantique plutôt mignonne (l’Adriana étant plutôt convaincante, on la comprend, c’est l’éphèbe Thor), est plutôt bas, je ne parlerais pas de niveau de séries télé vu qu’elles pouvaient être parfois supérieures au cinéma. Josh Hutcherson, pitoyable collègue de Katniss dans Hunger Games, ne se révèle pas vraiment convaincant. Josh Peck, supposé héros de l’histoire et relégué au fond sur l’affiche française, est typiquement de ces personnages profondément agaçants qui se révèlent finalement être plus que ça, malheureusement, l’acteur a le même charisme qu’un Nokia 847 face à un iPhone 5.

L’Aube rouge Photo
« Ouah, les gars, elle est trop bonne, Adrianne ! »

Comme si le réalisateur s’en était rendu compte, il en a profité pour réduire au maximum l’intrigue, préférant se concentrer sur les scènes d’actions et de n’étoffer qu’au minimum les relations entre ses protagonistes. Quant au pitch de départ: les États-Unis envahis et occupés par une force étrangère, il est très rapidement vain et ne fait que reprendre des idées déjà vues un peu partout notamment la série V ou la dernière saison de Fringe. Dommage car il y avait de quoi provoquer une certaine peur, reflet des angoisses actuels. Malheureusement, les ennemis sont vite non identifiés pour ne pas coller à un courant temporel particulier même si on joue à fond la carte de la menace nord-coréenne dans le générique (malgré tout, le méchant est japonais).

L’intrigue ne réserve aucune surprise mais permet d’empiler les scènes d’actions jouissives.

L’intrigue ne réserve aucune surprise mais permet d’empiler les scènes d’actions jouissives où ça pète un peu partout. Toutefois, j’ai ragé devant l’absence totale de sang rendant les gunfights beaucoup moins funs même si les explosions permettent (un peu) de l’oublier. Ne manquez pas non plus le combat final.

Spoiler

Même si on s’y attendait, difficile de ne pas être choqué par la mort du personnage de Chris Hemsworth. On a l’habituelle scène de réconciliation fraternelle présageant la mort du grand frère (histoire que le petit prenne son envol) mais le voir mourir comme ça, au détour d’une scène toute banale a le mérite de choquer. Une excellente idée dont on s’en souviendra longtemps en se disant: « Oh my god, they killed Thor! ».

Le truc assez marrant, c’est de penser au pauvre Will Yun Lee qui va devoir se farcir les Wolverines deux fois cet été: une fois avec les Wolverines de L’Aube Rouge et une autre fois avec le seul et unique dans Wolverine: le combat de l’immortel (où il sera le Samouraï d’Argent). On lui souhaite bien du courage!

L’Aube rouge Photo
« Ouais, on est tombé sur toi à la rivière… Combien on était, je ne sais plus, trois ou quatre mais on n’a rien regardé, hein! »

Conclusion

L’Aube Rouge a un gros problème: un casting très faible (même si on peut excepter Chris Hemsworth, Adrianne Palicki et Will Yun Lee). Du coup, les relations entre les personnages demeurent simplistes et clichées. Fort heureusement, le film de Dan Bradley compense par des scènes d’actions généreuses (malgré l’absence de sang faisant des batailles armées, des guerres simulées par les gosses à la récré).

+– Chris Hemsworth
– les scènes d’action
– le casting moyen dans sa globalité
– scénario simpliste
5/10

Pin It on Pinterest