Critique : Dead Space 2

Le nouveau jeu de Visceral Games (Dead Space, Dante’s Inferno) fait directement suite aux évènements du premier opus. Êtes-vous prêt à avoir encore plus peur ?

Le premier nous avait terrifiés en basant son aventure dans un environnement original pour un survival-horror : l’espace. Bizarre que personne n’y est pensé avant sachant le grand nombre de film de flippe (Alien, Event Horizon).

Le deux prend directement suite aux évènements du premier. Isaac est interné dans une station orbitale et bien évidement il tente de reconstruire le monolithe. Il ne faut pas plus longtemps pour que les nécromorphes reviennent. C’est parti pour Isaac pour détruire le nouveau Monolithe et échapper à son démon intérieur : symbolisé par sa femme.

Graphiquement, c’est très beau, très beau

Le premier nous avait mis une claque par l’architecture torturé de l’Ishimura, là on vise plus grand. Ce sera toute une station qui sera modélisé (en passant par les chambres, le centre commercial, les égouts, l’église et j’en passe). A la différence du premier où on multipliait pas mal les allers retours. Ici, on traverse les environnements sans marche arrière. Même quand on entre dans une pièce, un évènement fera en sorte de nous éviter de retourner sur nos pas. Un grand merci à Visceral Games pour ça.

Niveau flippe, j’ai encore plus flippé que dans le premier

Les développeurs sont des petits vicieux. Ils nous foutent des évènements surprises sans qu’on s’y attende. Des flashes où un monstre vous saute dessus alors qu’il n’y a rien, il y en a des belles. Il y a un passage qui m’a traumatisé :

Spoiler

On se balade tranquillement dans l’Ishimura, on n’a pas rencontré d’ennemis depuis 5 minutes. On entre dans un couloir bien éclairé et impossible qu’un ennemi surgissent et paf, un flash-back du premier opus où un monstre avait surgi pour nous attraper. J’ai crié : (paroles censurés par le comité de censure du blog de Marvelll).

Quant aux monstres…

Ils sont toujours aussi dégueulasses, des nouveaux (dont des bébés kamikazes et des enfants) accompagnent ceux qui nous ont déjà traumatisés dans le premier opus.

C’est toujours flippant, surtout vers la fin où les munitions se font plus rares et que des tas débarquent ou encore plus flippant, quand vous n’avez presque plus de vie et pas de kits médicaux et vous êtes dans un couloir mal éclairé et encore je n’ai pas le dit le pire, vous entendez rugissements inhumains.

Pour le gameplay, on conserve celui du premier et…

… on modifie les passages sans gravité qui pénalisaient beaucoup. Au lieu de devoir viser les endroits où Isaac va sauter, on peut maintenant léviter tels des astronautes et bouger à l’aide de mini-fusées dans les chaussures. J’ai adoré ces passages. Je ferais juste une remarque, j’aimerais avoir des QTE plus sympa que bourriner X comme un malade. (pourquoi ne pas s’inspirer d’Heavy Rain pour le 3ème opus).

L’histoire vous entraîne dans les confins de la folie

Bien évidemment, le scénario n’avance pas beaucoup durant le jeu. Ce n’est pas étonnant en effet il est important que le joueur ressente une solitude dans le jeu afin d’amplifier le sentiment de peur (on ne fait pas la connerie de Resident Evil). L’histoire s’accélère vers la fin du jeu mais ne vous réservera pas de surprise. On en sera toujours pas plus sur le Monolithe (bonne idée ou non ? à vous de juger).

Des trophées sympas

Déjà pas de trophées multi-joueurs, pour un joueur comme moi, c’est magnifique. Sinon 50% d’entre eux consistent à tuer de différentes façons les nécros. J’aime bien ce genre de trophées. En tout cas à la fin sans me prendre la tête et en normal, j’ai obtenu 69% des trophées. Et bon courage à ceux qui veulent choper le platine car un trophée d’or consiste à finir le jeu en fanatique où vous ne pouvez sauvegarder que 3 fois !

Graphisme : 19/20 – Magnifique, la modélisation des créatures est superbe et le décor impressionnant (il n’est pas rare de s’arrêter pour regarder). Un des plus beaux jeux de la nouvelle génération!

Gameplay : 18/20 – Corrige celui très efficace du premier opus en modifiant les passages dans les zones sans gravité. Un petit reproche pour les QTE beaucoup trop basiques.

Durée de vie : 16/20 – Une dizaine d’heures pour le finir en normal par contre si vous voulez le platine, comptez le double minimum.

Histoire : 15/20 – Classique mais permet d’instaurer une ambiance malsaine et de solitude adaptée.

Succès/Trophées : 17/20 – 69% en finissant tout simplement l’histoire.

Son point fort : Jamais vous ne flipperez autant dans un jeu vidéo next-gen.

Note : 19/20 – Le meilleur jeu de ce début d’année et le meilleur survival-horror depuis le premier opus. Il surclasse sans peine son prédeccesseur en corrigeant ses défauts. Si Visceral Games continue comme ça, le prochain sera parfait et personne ne pourra le finir (on sera tous morts d’un arrêt cardiaque).

PS : quand vous rencontrez une nouvelle créature, essayez de vous laisser tuer pour voir les différentes mises à mort. Certaines sont géniales (surtout à la fin du jeu).

Voici le trailer de la Berceuse avec les paroles de la chanson traduites en français en sous-titres:

En bonus, pour tout ceux qui n’ont pas fait le premier ou qui veulent se remémorer, voici le résumé des évènements de Dead Space premier du nom en sous titré français :

Publicités

Pin It on Pinterest