Critique : Spy

Affiche du film Spy écrit et réalisé par Paul Feig avec Melissa McCarthy, Jason Statham et Jude Law
Cooper, Susan Cooper. Agent XXL.

Fiche

Titre:Spy
Réalisateur(s):Paul Feig
Scénariste(s):Paul Feig
Acteurs:Melissa McCarthy, Rose Byrne, Jason Statham, Jude Law, Miranda Hart, Bobby Cannavale, Allison Janney, Morena Baccarin
Titre original:Date de sortie:17 / 06 / 2015
Pays:États-UnisBudget:
Genre:Action, Comédie, EspionnageDurée:2h

Susan Cooper est une modeste et discrète analyste au siège de la CIA. Héroïne méconnue, elle assiste à distance l’un des meilleurs espions de l’agence, Bradley Fine, dans ses missions les plus périlleuses. Lorsque Fine disparaît et que la couverture d’un autre agent est compromise, Susan se porte volontaire pour infiltrer le redoutable univers des marchands d’armes et tenter d’éviter une attaque nucléaire…

Photo du film Spy écrit et réalisé par Paul Feig avec Melissa McCarthy
Encore une publicité contre les femmes au volant…

Critique

On ne peut pas dire que Spy soit un film pétri d’originalité, car les films d’espionnage comiques, on en a eu. Par exemple, Austin Powers et Johnny English. Mais Spy a deux arguments en sa faveur : son agent secret est une femme et le duo Paul Feig/Melissa Mccarthy rempile.

Paul Feig est un artiste rare à Hollywood. Il est le seul, à ma connaissance, à faire trois films mettant en avant des femmes de suite. Ça avait commencé avec l’explosif Mes meilleures amies et ça s’est poursuivi avec le très bon buddy movie, Les Flingueuses. Ces deux films partagent un point commun avec Spy, l’actrice Melissa Mccarthy. Révélation de Mes meilleures amies, l’actrice XXL (dans tous les sens du terme) n’a jamais été aussi bien utilisée que par Paul Feig. C’est donc avec un grand sourire que j’ai accueilli la nouvelle concernant sa participation dans le prochain Feig : un SOS Fantômes où les membres de l’équipe seront entièrement féminins et où le réceptionniste sera joué par Thor !

Attention, toi qui vas jouer à « Je te tiens, tu me tiens par la barbichette » avec le film, abandonne tout espoir de gagner et prépare-toi à recevoir une tapette

Avant de s’emballer pour la prochaine aventure des chasseurs de fantômes, il faudrait peut-être parler du film du jour. Eh bien, sans surprise, Paul Feig balance sa formule magique avec un ratio d’action et de blagues à faire pâlir le pauvre Johnny English. Attention, Spy n’est pas une parodie comme Austin Powers, mais bien une aventure James Bondesque, avec de l’humour évidemment. Beaucoup d’humour. Ça ne s’arrête jamais, et la bande-annonce (le monde ?) ne suffit pas pour tous les montrer et ça, c’est good.

Pour commencer, quel casting ! Jude Law est impeccable en clone de James Bond, malgré son allergie. Quant à Jason Statham, j’ai été totalement épaté. Ses échanges avec le personnage de Melissa Mccarthy, Susan Cooper, sont parmi les meilleurs moments du film. Mon dieu, son monologue où il détaille tous ses faits d’armes surréalistes. Une belle tranche de rire. Reste Rose Byrne en méchante dresseuse de dauphins, mais comme le personnage ne m’a pas fait beaucoup rire, je la zappe pour rendre hommage à Aldo, un italien fidèle au cliché.

Le James Bond du rire

Après évidemment, la star des stars reste Melissa Mccarthy. J’étais dubitatif de la retrouver en sosie féminin de James Bond, mais la belle s’en sort impeccablement. Aussi convaincante dans les passages « Je suis un plouc » que sur les scènes « super agent secret » avec une mention spéciale pour la vidéo d’entraînement. Pour l’anecdote, l’actrice s’est si investie dans le rôle qu’elle s’est fêlé le crâne durant le tournage.

Au final, le seul reproche que j’adresserai au film du jour concerne le côté espionnage de son intrigue qui manque cruellement de surprise. J’aurais bien voulu que Paul Feig en fasse un peu plus, parce que bon, son twist, on le devine direct (et avec une heure d’avance sur les personnages). Par contre, là où je suis content, c’est que le réalisateur et son équipe ont bossé pour rendre les gunfights crédibles. Comprendre par-là que ça saigne. J’ai même parfois eu des flashs de John Wick (?!) en voyant Melissa se débarrasser de ses opposants avec un flingue lors du climax.

Par Christophe Menat, le , en direct depuis le QG de la CIA.

Photo du film Spy écrit et réalisé par Paul Feig avec Melissa McCarthy, Rose Byrne
Ouch, le mec de droite vient de dire le vrai âge de Rose Byrne. C’est dommage, il avait l’air sympa.

Conclusion

Drôle, très drôle, Spy est une nouvelle réussite menée tambour battant par le duo Paul Feig/Melissa Mccarthy, bien épaulé par Jude Law et un hilarant Jason Statham (c’est un de ses meilleurs rôles, sans hésiter). Le long-métrage ne délaisse pas non plus le côté action et balance quelques bons passages dont des combats fun. Seul bémol, une intrigue à twist trop prévisible qui casse un peu la dynamique de la partie espionnage de l’histoire. L’autre problème aussi, c’est que Kingsman est passé par-là.

+

  • Très drôle
  • Une belle brochette d’acteurs
  • Convaincant sur ses scènes d’action

  • Rose Byrne n’a pas réussi à me faire rire une seule fois
  • Un twist aussi pourri, c’était obligé ?
Trophée7/10

9 réflexions au sujet de “Critique : Spy”

  1. Je suis entièrement d’accord sur le fait que le « twist » n’était pas d’une folle originalité (c’est peu de le dire…) mais limite, j’aurais été déçue que ce « cliché » là ne soit pas exploité… 😉
    En tout cas, je voulais une comédie qui me fasse vraiment rire, je n’ai pas été déçue. Melissa McCarthy est une actrice géniale. Quand son personnage commence à se lâcher après des années à s’écraser, c’est juste extra !
    Concernant Rose Byrne, je ne suis pas du tout certaine que son rôle était de faire rire… donc ça ne m’a pas gênée ; j’ai trouvé qu’elle jouait bien les fatales qui se la racontent. Une vraie tête à claques, la bouche tout le temps en cul de poule, elle était parfaite dans son rôle (et quelle classe, quand même…).
    Statham est effectivement très bon dans le rôle de grande gueule quasi-incompétente, en fait je ne m’attendais pas à ce rôle-là, décidément je l’adore pour cette capacité à l’auto-dérision. Par contre, il ne m’a pas fait rire tant que ça (sorry).
    En comparaison, je ne sais pas qui est l’acteur qui n’arrêtait pas de peloter Suzan, mais lui ça a été une bonne surprise. Son duo avec Melissa fonctionnait encore mieux, je trouve. J’ai trouvé que c’était encore un cliché sur pattes super bien exploité en ressort comique.
    Et fichtre, les scènes d’action ! le réalisateur ne s’est pas moqué de nous, de ce côté là. J’ai adoré le crêpage de chignons dans la cuisine. Efficace et drôle en même temps, je n’en demandais pas plus.
    Bref, je suis ravie d’avoir choisi Spy, parce que visiblement, Jurassic World était bel et bien aussi mauvais que je le craignais… ^^

    • Ah la séquence vidéo d’entraînement. La voir en train de se rabaisser alors qu’elle fait des prouesses de malade. C’est vraiment jouissif.
      Pour Rose Byrne, il est vrai que le décalage avec le personnage est plutôt bien senti, mais je faisais surtout référence à ses séquences « comiques » comme dans l’avion où un mort a le nez dans son fessier ou quand elles engueulent Susan et sa copine parce qu’elles n’ont pas été foutues de la protéger.
      Pour Jason, j’ai toujours en mémoire sa dernière réplique. Dans ce fameux lac. Jusqu’au bout. Jusqu’au bout.

      Ah bon, tu l’as finalement vu Jurassic World ? Je te trouve dur, ça reste un bon film. Un peu au même niveau que Spy et en plus, il va bientôt franchir le milliard au box-office !

      • Oh, la séquence dans l’avion, elle m’a bien fait rire (et visiblement, mes voisins de séance aussi). Justement parce que voir la super méchante trop classe ainsi malmenée, j’ai trouvé ça tordant (et j’ai apprécié que les scénaristes n’en fassent pas trop pour autant, histoire qu’elle reste sur son piédestal de garce).

        Sinon, je n’ai pas vu Jurassic World et je m’y refuse, je ne vais pas au ciné souvent et vu le prix des places, je veux me faire plaisir. Là, je suis assurée de passer un mauvais moment (un T-rex furtif parce qu’il a des gênes de sèche ? WTF? il lâche des nuages d’encre, aussi ?). Je sais que ce n’est pas un film pour moi, même si je le regarderai peut-être à la TV, en branchant le mode « série Z ». Les copains m’ont raconté autour d’un verre quand on s’est retrouvé après notre film respectif, ça m’a suffit. Au moins avec Spy, je me suis éclatée. 😉

        • Bouah, le T-Rex modifié, ça se tient quand même, car c’est de la pure manipulation génétique. D’ailleurs, les dinosaures de Jurassic Park ne sont pas fidèles à la réalité, car justement, il y a eu des manipulations génétiques pour combler les trous de l’ADN. Au bout du compte, ça reste dans la lignée et ça correspond bien cette volonté de faire plus fort. Après bordel, y a Chris Pratt ! Rien que pour lui !

          Sinon, pourquoi tu sens que tu ne vas pas aimer Jurassic World ?

          Après, j’avoue qu’à choisir entre les deux, j’aurais bien du mal 😀

          • *pas taper ?*
            (j’ai dû aller sur Google rapidement pour voir qui est Chris Pratt)

            (ce qui me rappelle que je n’ai toujours pas vu Les gardiens de la Galaxy alors que tout le monde m’en dit du bien)

            Hum hum, bref… j’avais prévenu que je n’ai pas l’occasion d’aller aussi souvent que je le souhaite au cinéma.
            Concernant JW, j’ai juste eu confirmation qu’en dehors des énormités, le scénario est assez convenu.
            Vu que ce n’est pas mon genre de film, pour moi ce serait du temps et de l’argent de perdus, et surtout une énorme frustration. Ce n’est pas parce que tout le monde va le voir que je dois me sentir obligée de le voir aussi, alors que pour une fois, il y a d’autres films à l’affiche qui me faisaient bien plus envie que le dernier blockbuster (d’ailleurs, encore un grand merci pour l’article récapitulatif des sorties du mois !).

          • Ooooops. Corrigé.
            (ça m’apprendra à me relire…)

            Sinon, j’ai oublié, moi aussi je me suis bien marrée en découvrant la vidéo d’entrainement. 😉

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest