Critique : Paranormal Activity: The Marked Ones

Affiche française du film Paranormal Activity: The Marked Ones de Christopher Landon
Marqué à vie !‏

Fiche

Titre:Paranormal Activity: The Marked Ones
Réalisateur(s):Christopher Landon
Scénariste(s):Christopher Landon
Acteurs:Andrew Jacobs, Richard Cabral, Molly Ephraim
Titre original:Date de sortie:1 janvier 2014
Pays:États-UnisBudget:
Genre:Épouvante, Horreur, ThrillerDurée:1h 24

Spin-off de la saga Paranormal Activity : alors que Jesse, après avoir été « marqué », est poursuivi par des forces mystérieuses, sa famille essaye de le sauver.

Paranormal Activity: The Marked Ones Photo
« Coucou ! Non, non, ne vous préoccupez pas de nous, on ne fait que passer pour vous saluer. »

Critique

Incroyable mais vrai, c’est avec The Marked Ones que j’ai perdu ma virginité sur la saga Paranormal Activity. Je faisais partie de ces rares créatures n’ayant pas succombé au phénomène paranormal. Était-ce une première fois marquante ?

Avant d’embrayer, je vais vous balancer les deux faits qui m’ont incité à aller le voir : sa bande-annonce et le fait de pouvoir le voir en avant-première mondiale ! Deux monumentales erreurs (comme dirait Jack Slater).

Déjà, il faut savoir que The Marked Ones n’est pas Paranormal Activity 5 (lui est prévu pour le 22 octobre 2014) mais un spin-off comme Paranormal Activity : Tokyo Night sauf qu’au lieu d’aller au Japon, nous restons en Amérique du Nord. Toutefois, les héros sont des membres d’une communauté hispanique. Une excellente idée sur papier, parce que bon, les blancs bobos, ça suffit ! Et c’est probablement la seule bonne idée… Même pas correctement exploitée, en plus…

J’ai perdu mon pucelage de la saga avec Paranormal Activity: The Marked Ones.

Une phrase qui fait froid dans le dos, mais éclaircissant sur le naufrage du film. Un pur navet comme le cinéma horrifique est capable de fournir. Si le début fait illusion avec deux copains plutôt sympathiques (les voir faire le con avec la GoPro, ça représente un peu ce que ma génération fait). La suite accumule les clichés et des jump scares complètement foirés. Hallucinant comment un film dont la structure repose autour de ces artifices soit capable de tous les rater. Pas d’hésitation, c’est la faute à une seule chose : une réalisation de merde (le mot est dur, mais c’est le seul valable). Attends, le réalisateur te prévient à chaque fois qu’un jump scare va arriver. À. Chaque. Fois. Christopher Landon, scénariste sur Paranormal Activity 2, 3 et 4, peut retourner au stylo-plume ou au clavier mais surtout pas derrière une caméra.

Paranormal Activity: The Marked Ones Photo
« Ah ben voilà où j’avais paumé ma ficelle noire ! »

Si seulement, il n’y avait que ça. La réaction des personnages avec la caméra, pfff. Le summum est atteint sur le climax (dont un plan littéralement pompé sur Le Projet Blair Witch a provoqué l’hilarité de la salle alors qu’on était censé être au plus haut degré du suspense) où le cameraman, poursuivi par d’étranges personnes, trouve quand même le moyen de prendre le temps de filmer tout ce qu’il voit et n’éteint même pas la lumière de sa caméra (WTF ?). Tellement ridicule. C’est dommage car il y avait moyen d’utiliser la GoPro… Même si la résolution est plus faible, au moins, ça aurait été plus réaliste.

Je vous parlais en début de critique de la bande-annonce. Si elle m’a vraiment donné envie de voir le film, elle a une contrepartie digne du contrat de Faust. Bon d’accord, on ne va pas nous demander de vendre notre âme, mais la bande-annonce réussit l’exploit à condenser tous les passages marquants de Paranormal Activity : The Marked Ones sur deux minutes, tous sauf le climax (soit les dix dernières minutes). J’ai halluciné… Plus aucun intérêt de voir le film après avoir vu la bande-annonce.

Tous les jump scares sont prévisibles, tous sans exception !

L’autre point concernait l’évènement « avant-première mondiale ». Un truc bien sympa, les animateurs de Bercy ont réussi à mettre le feu à la salle en distribuant des casquettes et bracelets gratuitement. Il faut dire qu’il avait intérêt à bien nous chauffer, car ils avaient préparé des caméras infra-rouges pour filmer les réactions du public. Vous savez, pour faire ces passages qu’ils foutent ensuite dans les bandes-annonces pour parler du film le plus terrifiant de tous les temps et où on voit une fille, généralement un peu ronde, en train de faire dans son froc. Eh bien, pendant le visionnage, j’ai eu de la peine pour les pauvres gars qui tenaient la caméra tout en guettant une réaction du public. Ce qui a probablement dû arriver deux ou trois fois durant l’heure et demie (!). J’espère qu’ils n’ont pas foiré leurs coups sur ces rares fois. En tout cas, j’ai hâte de voir le résultat et surtout comment ils vont réussir à nous faire croire que toute la salle a flippé sa mère et a imploré Dieu d’arrêter la projection. Peut-être même qu’avec la magie de Photoshop, ils vont nous mettre une fille évanouie et un mec en train de dégueuler ses tripes tellement il est stressé. Vraiment hâte.

Paranormal Activity: The Marked Ones Photo
« Je ne sais pas si c’est le cas pour vous aussi, mais je ne me sens pas bien. Comme si… Comme si mon sixième sens était en train de me prévenir que nous jouons dans une daube sans nom. »

Conclusion

Pour ma première fois avec la saga, alors que je m’attendais à un évènement des plus marquants, j’ai été sacrément déçu. Je ne sais pas si je referai l’amour, euh pardon, si je reverrai un Paranormal Activity.

+– La bande-annonce
– Déplacer le sujet dans une communauté hispanique
– 0 jump scare réussi
– Tellement nul que je n’ai même pas envie de me creuser la tête à faire des moins
2/10

Pin It on Pinterest