Critique : Machete

Danny Trejo a enfin son film ! Dans la pure lignée des revivals Grindhouse instauré avec l’excellent Boulevard de la Mort de Tarantino et le fun Planète Terreur de Robert Rodriguez qui coréalise Machete avec Ethan Maniquis (première réalisation mais habitué des films Rodriguez). C’est un film qui promet beaucoup au vu de sa bande annonce.
 
Bande annonce ultra populaire…

… parmi les bandes annonces diffusé par le programme Grindhouse (Boulevard de la Mort et Planète Terreur). Machete est un film qu’on nomme Grindhouse, c’est à dire qui imite des films d’exploitation donc complètement kitsch. Ces films étaient destinés à un public voyeur en excitant ses intérêts lubriques. Souvent ces films sont très mauvais mais disposent d’une excellente publicité tape-à-l-œil.
 
Le film de Robert Rodriguez et Ethan Maniquis raconte

… l’histoire d’une vengeance, celle d’un federale (mélange du FBI, DEA façon burrito) nommé Machete (ouah) et qui aime bien buter les méchants armé d’une wait for it … machette (purée, c’est incroyable). Sur fond d’une histoire de complot gouvernemental pour fermer les frontières entre le pays de l’oncle Sam et ceux qui font la sieste l’après-midi.
 
Le bad ass Danny Trejo joue le rôle de Machete

Danny Trejo est un grand habitué des seconds rôles et je peux même dire (enfin je peux me tromper) qu’il s’agit de son premier rôle principal. En tout cas, il le méritait rien que pour son impressionnante filmographie. Si le film s’est fait, c’est aussi grâce à Danny Trejo qui a harcelé son cousin Robert Rodriguez pendant deux ans au téléphone pour que le film se fasse.

Le rôle du méchant est tenu par un Steven Seagal qui a bien grossi, on dirait qu’il a bouffé un gosse avant de faire le film. A noter que c’est la troisième fois que Trejo et Seagal s’affrontent après Désigné pour mourir et Urban Justice, deux merdes sans nom mais inutile de le préciser.

Le film est servi par deux bombes : Jessica Alba et Michelle Rodriguez. Toutefois n’espérez pas de scènes sexy avec elles. Il n’y en  a pas à l’exception d’une scène de nue furtive avec Alba dans la douche. A noter la présence de Lindsay Lohan pour un tournage de trois jours. Normal avec ses déboires, elle avait intérêt à se magner le fion.
 
Il serait peut être temps de parler du film à présent

Eh bien, c’est vraiment très moyen. Le début est diablement excitant dans la pure ligné d’un excellent film Grindhouse. Danny Trejo et son compagnon fonce en voiture dans une baraque remplie de bad guys. Son pote meurt dans l’accident et Machete se part d’un culte « Désolé, mon pote ». Il commence à zigouiller les méchants à la machette de façon bien kitsch mais tellement jouissive donc Grindhouse.
 
Des têtes tombent, des mecs sont éventrés…

avant que le big boss Steven Seagal se ramène et coupe la tête de la femme à Machete tout en récitant des répliques totalement nases donc culte et donc encore une fois Grindhouse. Un superbe générique s’affiche avec une délicieuse photo de Lindsay Lohan en bonne sœur et léchant avec amour un flingue. S’affiche ensuite le titre du film en grosses lettres rouge sang. On ne se dit qu’une chose : « purée, ça s’annonce puissant ».
 
Passé le générique, …

… le soufflé retombe très vite et on commence sérieusement à s’emmerder. Jessica Alba ne sert à rien (pire, on sent qu’elle est mal à l’aise), Michelle Rodriguez non plus. Heureusement que certains remontent largement le niveau du film comme Robert de Niro dans un rôle de gros enfoiré de politicien complètement culte et le padre qui explosent les têtes des méchants au fusil à pompe.

Le film s’avance inexorablement vers la médiocrité avec pour paroxysme un final complètement foiré. Heureusement que de temps en temps, les répliques à la Chuck Norris de Machete (« Machete n’envoie pas de texto », « Machete improvise ») parsemé à droite et à gauche dans le film nous font esquisser un sourire.

Un mauvais film Grindhouse, il en fallait bien un après l’excellent Boulevard de la Mort et le sympathique Planète Terreur. Passé un premier quart d’heure complètement culte, le film devient une purge. Difficile de prolonger une bande annonce en un film d’une heure quarante-cinq. On comprend pourquoi Rodriguez hésitait à réaliser le film.

Sa scène culte : l’ouverture et le générique. Les deux choses à retenir du film.

Sa scène hot : Jessica Alba nue dans la douche.

Note : 5/10

Rendez-vous pour les prochains films Grindhouse: Thanksgiving (Eli Roth) et Hobo With a Shotgun.

29 réflexions au sujet de “Critique : Machete”

  1. alors déjà Danny trejo, j’aurais voulu l’appelé PAPA!!!Mais bon mon géniteur en fut un autre!en ce qui concerne le film, ayant déjà aimé les autres films grindhouse de Mr RODRIGUEZ et TARANTINO, mais aussi l’ensemble de sa filmo(et oui même le DESPERADO avec DEPP!!)moi j’aime le cinéma qui cherche pas à se prendre la tête,ce film il faut le prendre au 10 degré voir plus!de l’action à gogo, des gonzesses à tomber, des dialogues surréalistes ,des acteurs excellents DE NIRO (un vrai parodie, un rôle surjoué mais assumé),un Don JOHNSON méconnaissable dans un rôle de vrai pourri!! SEAGAL , fallait oser et RODRIGUEZ la fait!que te dire de plus moi j’aime ce cinéma qui sort des productions habituelles et qui de temps en temps ne se prend pas au sérieux mais qui peut être tout autant divertissant!une fois de plus je précise c’est mon point de vue personnel, après….!

    • Comment préciser dans ma critique, j’ai beaucoup aimé les précédents films GrindHouse mais celui-là faut dire que c’est un peu barbant passé la première demi-heure. Les acteurs tournent en rond, cherchent quoi faire. Y a quand même pas mal de remplissage. Les nanas à tomber par terre, ok mais le film ne leur fait pas honneur (comme Alba dans Sin City).

      Les dialogues surréaliste +1. Trejo +1. De Niro +1. Mais le reste ça roule à ras des paquerettes. Tu vas me dire, c’est le style Grindhouse. Je ne suis pas d’accord, Boulevard de la Mort et Planète terreur s’en sorte beaucoup mieux avec des idées originaux (Willis en zombie, ça n’a pas de prix, une nana avec une mitraillette à la place de la jambe non plus).

      Machete ne propose rien à part la corde/rein.

  2. C’est un autre style d’accord mais ça ne l’empêche pas d’être mauvais ^^. On a quand même fait beaucoup mieux dans ce registre.

    PS : Mr Méchant a plutôt apprécié le film, merde il n’y aura pas la suite de la guerre. Du coup je prends la relève. Machete, c’est un film de merde fait avec de la merde pour les gens qui ont de la merde aux yeux. Ok? Et si tu comprends pas, c’est juste que t’es une merde!

    • Je veux surtout dire que ce n’est pas le côté cheap et kistch complètement assumé du film qui m’a dérange mais justement parce qu’il ne se passe pas grand chose et que les filles servent à rien franchement. Je m’attendais à plus osé. Ça reste quand même très soft.

    • @Marvelll> euh il me saoule là ton mongolien. Faut qu’il me relance des attaques systématiquement à chaque fois que tu fais un nouvel article ?? Parce que ça serait bien qu’il ferme sa putain de gueule, ça fait 3 fois qu’il fait le coup :-/
      Sinon petit correctif: « Machete est un film qu’on nomme Grindhouse, c’est à dire qui imite des films d’exploitation donc complètement kitsch. »
      Le style Grindhouse n’imite pas les films d’exploitation, ce SONT des films d’exploitation. Le terme Grindhouse englobe tous les styles de prods de secondes zones, souvent en double feature (double film, d’où le concept repris pour le duo de films de Tarantino et Rodriguez).
      Dommage que t’aies pas aimé le film, moi je me suis pas ennuyé, et je l’ai trouvé plutôt surprenant au niveau de sa réflexion, car comme je l’expliquais dans ma critique il s’attaque au sujet épineux du mur qui est mis en place pour séparer USA/Amérique du Sud, tout en conservant l’humour et la dérision de ce genre de pamphlet. C’est sale, gore et bête, mais ça marche ! (après je sais pas si tu t’es fais les Christina Lindberg, Meinicke, Meyer, Grier et cie, mais c’est un catalogue à se faire pour pouvoir apprécier le style Grindhouse, car soit dit en passant Boulevard de la mort et Planet Terror avaient complétement visé à côté…).

      @maximus0223> t’as rien de mieux à foutre que t’occuper de ma life ? Go jerk-off boulet >_>

      • OH!! voilà mr mechant qui crache son venin, ok mr tchernia , bon tu sais j’suis pas plus mongolien que toi, et tu vois on est d’accord sur l’avis du film!t’inquiètes je m’occupe pas ta « life » , je pense être sur un blog ouvert à tous et qui permet de s’exprimer librement,c’est pas de ma faute si tes critiques me font marrer ou plutôt m’énervent ,je pense que nous n’avons pas la même définition du mot cinéma,toi tu préfères décortiquer à nous rabacher les oreilles avec tes p’tits termes techniques sur tel ou tel truc et si on a le malheur de dire qu’on aime pas, ben on est des cons….!! moi je préfère prendre comme ça vient,si c’est c’est bon, c’est cool si ça ne l’ais pas et bien tant pis!!je respecte l’avis des autres.prends en de la graine gaggio!!

        • En attendant le but du blog n’est pas que tu démarres à chaque article des attaques lancées vers moi, car comme pour l’article sur les bandes-annonces ton seul commentaire (et le premier de l’article) me concernait. Je suis très sexy en string, mais y’a des limites à l’obsession…

      • « Le style Grindhouse n’imite pas les films d’exploitation, ce SONT des films d’exploitation. Le terme Grindhouse englobe tous les styles de prods de secondes zones, souvent en double feature (double film, d’où le concept repris pour le duo de films de Tarantino et Rodriguez). »

        D’accord mais pour moi Tarantino et Rodriguez ont voulu rendre un hommage à ce genre donc imitation des effets de l’époque qui n’était pas fait exprès mais dû à un manque de moyens ou autre.

        Donc voilà pourquoi je parle d’imitation plutôt que de réels films d’exploitation, les deux n’en ont pas besoin. ^^

        • Oui mais ce que je voulais dire c’est que ton explication du terme était confuse, car Grinhouse = film d’exploitation. Le terme date du milieu des année 60, mais Tarantino et Rodriguez se sont une nouvelle fois approprié quelque chose qu’ils n’ont pas créé en baptisant leur double-feature « Grindhouse ».

      • « Dommage que t’aies pas aimé le film, moi je me suis pas ennuyé, et je l’ai trouvé plutôt surprenant au niveau de sa réflexion, car comme je l’expliquais dans ma critique il s’attaque au sujet épineux du mur qui est mis en place pour séparer USA/Amérique du Sud, tout en conservant l’humour et la dérision de ce genre de pamphlet. C’est sale, gore et bête, mais ça marche ! (après je sais pas si tu t’es fais les Christina Lindberg, Meinicke, Meyer, Grier et cie, mais c’est un catalogue à se faire pour pouvoir apprécier le style Grindhouse, car soit dit en passant Boulevard de la mort et Planet Terror avaient complétement visé à côté…). »

        J’avoue de pas avoir fait ce catalogue (trop jeune pour ça et j’imagine que ça a beaucoup vieilli maintenant).

        Je ne peux donc pas dire si Boulevard… et Planète Terreur sont passés à côté mais ils m’ont plus plu que celui-là. Pour le premier grâce à un Kurt Russel magnifique, des bombasses nickels et des dialogues cultes. Le deuxième par son traitement complètement déjanté et bien gore.

        Machete ne m’a pas vraiment surpris, c’était plutôt plat. Quand à son sujet, j’ai pas trouvé ça super génial. C’est pas la première fois qu’on en a parle et c’est pas super transcendant.

        • Je connais pas de films qui se soient penchés sur le sujet du mur qui est en cours de construction, et honnêtement si je n’achetais pas le National Geographic tous les mois je n’en saurais absolument rien…

          Pour l’univers Grindhouse regarde ces quelques trailers, c’est vraiment super bon ^^
          http://www.youtube.com/watch?v=2jVAIitIP-4
          http://www.youtube.com/watch?v=TgTv0VrsWhs
          http://www.youtube.com/watch?v=VtpxIVLNkrE

          Et probablement le plus ancien et le plus culte… (c’est ptètre démodé, mais quand tu verras les héroïnes tu verras que les poufs sans charisme de Boulevard de la mort ne leur arrivent pas à la cheville 😉 )
          http://www.youtube.com/watch?v=BF_kuTd1xeQ

          Boulevard de la mort -> SMS = FAIL.
          Machete -> Machete n’envoie pas de SMS = GREAT.
          Boulevard de la mort + Planet Terror -> NO BOOBS = FAIL.
          Machete -> HUGE BOOBS = GREAT.

          Le cinéma Grindhouse a des codes, si tu les zappes tu fais pas un film Grindhouse 😛

          • C’est sûr que niveau tour de poitrine, c’est autre chose.

            Mais bon, Machete niveau tour de poitrine, c’est pas top non plus. J’en ai pas beaucoup vu et ce n’est Lohan, Alba et Rodriguez qui vont amener ça ^^.

            Ca a quand même beaucoup vieilli, de nos jours tout le monde zapperais ça.

            Mais tiens, je me dis : OSS 117 a parfaitement sa place ici ^^.

  3. mais scott pilgrimm c’est pas rentable de le mettre au cinéma … lol sinon pour machette c’est plutôt bof bof j’aime pas trop ce genre de film.

    enfin bref je lui met un 5/10.

  4. Bah si on est un vrai cinéphile on est obligé de passer par ce genre de cinéma. Trop de personnes se nomment cinéphiles alors qu’ils n’ont jamais regardé un film sorti il y a plus de 30 ou 40 ans. Le cinéma va bientôt avoir 100 ans, et Tarantino n’a rien inventé (d’ailleurs si tu fais attention, le theme de Coffy que l’on entend dans le trailer, composé par Roy Ayer est celui que Tarantino a repris pour le film Jackie Brown).
    D’ailleurs tu te trompes car même si ces films n’ont pas de distribution en France, ils ont pour la plupart bénéficié d’éditions deluxe en outre-atlantique… (et sous pour la plupart très bien notés sur imdb)
    Pour comprendre le présent il faut apprendre le passé, c’est comme ça en histoire comme en cinéma (regarde Bronenosets Potyomkin de 1925, film Russe et muet [filmé à 17fps], ça nous rappelle que les Russes ont eu aussi leur heure de gloire dans les cinémas).
    C’est comme voir 300 et dire que c’est de la bombe sans avoir vu « La bataille des Thermopyles » 😉

    • Je ne considère pas comme un vrai cinéphile. Pour moi, c’est un boulot à part entière. Niveau vieux film, récemment j’ai juste Citizen Kane et j’ai vraiment été surpris par le film. C’était vraiment très très bon! En plus j’ai vu le film au moment où j’ai visité le vrai château (Heart’s Castle) du mec qui a inspiré le film.

Laisser un commentaire

Pin It on Pinterest