Critique : The Lovebirds

Crazy Night en plus réaliste

Fiche

Titre The Lovebirds Titre VO
Réalisateur Michael Showalter Scénaristes Brendan Gall, Aaron Abrams
Acteurs Issa Rae, Kumail Nanjiani, Paul Sparks, Anna Camp
Date de sortie22 / 05 / 2020 (Netflix) Durée1h 26
GenreAction, Comédie, Crime, Mystère, Romance, Thriller Budget16 000 000 $

Un couple querelleur se retrouve soudain précipité involontairement dans une affaire de meurtre mystérieuse. Comme leurs tentatives désespérées de se disculper les font rebondir d’une situation extrême et hilarante à l’autre, ils doivent sauver leurs vies, et leur relation. Quelle nuit !

Critique

Marvelll, ce toxico en manque de nouveautés

C’est marrant. Avant, quand un nouveau film original sortait sur Netflix, je m’en foutais. Faut dire que 85 % du temps, c’était de la daube. Périmée, en plus, la daube.

Maintenant que les cinémas sont fermés, les règles ont changé. Tel un toxico, je me jette désormais sur toute nouveauté afin d’assouvir mes crises de manque. Bref, tout ça, pour dire que The Lovebirds, je ne l’aurais sans doute jamais vu dans l’ancien temps. Quoique, la Paramount avait à l’origine prévu de le sortir dans les salles. Ouais, mais non, au vu de la bande-annonce, je n’aurais pas déboursé le prix d’une place pour ça.

Elle est bien belle, cette introduction, mais si on parlait du film ?

Crazy Night

The Lovebirds, c’est un ersatz de Crazy Night, le film avec Steve Carell et Tina Fey. Pour ceux qui ne connaissent pas, voici un pitch :

Un couple. Une soirée. Tout part en couilles. Point.

La différence avec ce dernier réside dans le style de l’humour. The Lovebirds est plus vraisemblable. Il est également extrêmement bavard. Un peu comme une pièce de théâtre. Heureusement, les dialogues sont assez agréables dans le sens où ils sonnent vrais et modernes. La première engueulade du couple est d’ailleurs criante d’authenticité. Ça m’a rappelé mes engueulades avec ma moitié.

Le couple phare du film, Issa Rae et Kumail Nanjiani, est attachant, chacun dans son registre. Le seul bémol, c’est que les personnages secondaires, sauf une lunaire Anna Camp, sont sans intérêt. On est alors loin de Crazy Night avec ses interventions de Gal Gadot et Mark Wahlberg.

Quand la police se plante

Quant à l’intrigue policière servant de fil rouge, quelle déception de la voir sombrer dans le risible. Elle devient si improbable au point de dénoter avec le reste. Pourtant, j’ai bien senti jusqu’au bout cette volonté de rester un minimum réaliste, contrairement à un Crazy Night justement. L’attrait de rester crédible est justement de rendre les événements cocasses, à la manière d’un documenteur.

Je me suis donc contenté de suivre avec amusement le duo dans ses péripéties plutôt amusantes, même si je regrette qu’elles ne soient jamais réellement drôles. Bref, une comédie pour se distraire le temps d’une soirée.

Par calmé par son fix.

Conclusion

En attendant de découvrir Kumail Nanjiani en Éternel, on se contentera de le voir dans une comédie à la Crazy Night où un couple vit la pire nuit de sa vie. Parmi les points forts, une certaine volonté de rester réaliste ce qui rend les événements particulièrement cocasses. Malheureusement, l’intrigue policière servant de fil conducteur est tellement improbable que l’ensemble manque tout juste de se vautrer par terre. Bref, un truc sympa à regarder pour se distraire, mais sans plus.

+

  • Couple attachant
  • Dialogues plutôt bien écrits

  • Intrigue policière sombrant dans le grand n’importe quoi
6/10

Pin It on Pinterest