Critique : Space Force – Saison 1

Loin des étoiles

Fiche

TitreSpace ForceTitre VO
CréateursSteve Carell, Greg Daniels
ActeursSteve Carell, John Malkovich, Ben Schwartz, Diana Silvers, Jimmy O. Yang, Lisa Kudrow, Tawny Newsome
Saison1Nombre d’épisodes10
Date de sortie29 / 05 / 2020Durée26 à 36 mn
GenreComédieChaîneNetflix

Un général quatre étoiles doit faire équipe avec un scientifique excentrique pour développer la Space Force, une nouvelle branche de l’armée américaine.

Critique

Des sommets au sol

J’attendais énormément de Space Force. Pour une simple raison. C’était la promesse de belles retrouvailles avec le duo Steve Carell et Greg Daniels. C’est-à-dire une réunion The Office où le premier en était la star et le second, son créateur.

Le contrecoup a été rude.

Ce qui m’a choqué avec les premiers épisodes, c’est à quel point la série n’est pas… drôle. Avec stupeur (et tremblements ?), j’ai constaté que toutes les vannes tombaient à plat. C’en est même impressionnant de régularité. S’ils avaient voulu faire exprès, ils n’auraient pas pu faire mieux. Mince, avec une telle réunion de talents, comment peut-on se crasher aussi violemment ?

Personnages noyés dans le cliché

Si la galerie de personnages peut sembler intéressante du fait de sa nature hétéroclite entre le général psychorigide, sa fille adolescente dans sa phase rebelle, Malkovich en chef de la section scientifique, le secrétaire d’une inefficacité crasse, l’espion russe, le scientifique d’origine asiatique et de la Silicon Valley sans oublier un POTUS en mode Trump.

Problème, le tout est encrassé dans un amas de clichés les rendant indigestes. Surtout l’ado qui les cumule tous… Assez surprenant quand on se rappelle The Office ou Parks & Recreation (autre show de Greg Daniels). Pire même, Upload, la série de Daniels sortie le mois dernier sur Amazon Prime Video, réussissait plutôt bien dans ce créneau.

Du pognon, mais pas de créativité

J’en ai été d’autant plus surpris que l’environnement de la série, l’Air Force en mode espace, se prêtait justement aux meilleurs délires. D’accord, il y a des trucs cocasses comme avec le deuxième épisode, Save Epsilon 6!, où un cousin du singe d’Umbrella Academy est impliqué. Mais ça reste malgré tout morne. Jamais la série ne réussit à s’emballer à la manière d’un Scrubs ou d’un Community (pourtant, l’épisode 5 ,Space Flag, était l’occasion de nous livrer une version alternative de ses épisodes cultes consacrés au paintball).

Au final, c’est comme si tout le pognon mis sur la série (ouais, ouais, il y a du fric dedans et ça se voit) avait réduit à néant tout créativité. On peut maintenant citer Space Force en exemple dans toutes les thèses pour illustrer à quel point la créativité se nourrit de la restriction.

Ça reste sympa quand même

En me relisant, je me trouve assez sévère quand même. Au moins, on voit nettement la déception que j’ai ressentie, parce que sans déconner, ce n’est pas non plus mauvais. Au fil des épisodes, j’ai constaté des améliorations. Chacun commence à prendre ses marques. Les couples comiques se forment. Il y a même une excellente blague avec une référence à Rocky par Jimmy O. Yang. Dès lors, on obtient une série sympathique à regarder, mais mince quoi, ce sont les mecs de The Office derrière ! Ça doit être beaucoup plus.

Par qui fait la même tête que Steve Carell sur l’affiche.

Conclusion

En voyant la star et le créateur de The Office refaire équipe pour une série reposant un pitch original, je m’attends à les voir s’envoler. Pas de bol, ils se sont crashés.

+

  • Ça se digère sans problème

  • Très rarement drôle
  • Personnages trop dans le cliché
6/10

Pin It on Pinterest