Critique : Les Agents du SHIELD – Saison 1 Ep. 1 ‘Pilot’

La Marvel Cinematic Universe débarque à la télé

Fiche

Intégré au Marvel Cinematic Universe
Titre:
Les Agents du SHIELD
Créateur(s): , ,
Showrunner(s): , ,
Acteurs: , , , , ,
Guest-stars:
Titre original: Agents of S.H.I.E.L.D. Saison:
1
Pays: États-Unis Nombre d’épisodes: 3
Genre: Action, Drame, Espionnage, Fantastique, Science-fiction Format: 42 mn
Diffusion d’origine: 24 septembre 2013 Chaîne:

L’agent Phil Coulson retourne au sein de l’organisation mondiale du maintien de l’ordre, le S.H.I.E.L.D. (Strategic Homeland Intervention, Enforcement and Logistics Division). Il réunit alors une petite équipe d’agents, extrêmement bien entraînés, afin de s’attaquer aux affaires qui n’ont pas encore été classées ayant un trait à l’étrange et à l’inconnu.

Critique

S’il y a une série à retenir pour la rentrée, c’est sans doute celle-là. Sous l’égide de Joss Whedon, propulsé demi-dieu après son succès monstrueux avec Avengers, Agents of S.H.I.E.L.D. part avec un sujet limpide collant parfaitement au format série : suivre les périples de l’agence gouvernementale au-dessus du FBI, de la CIA et même, des Men in Black.

En règle générale, je ne me presse jamais pour voir le premier épisode d’une série (les seules exceptions à ce jour ont été Game of Thrones et The Walking Dead, et même pour eux, je n’avais pas pondu une critique du premier épisode), mais étant un fan assidu de Marvel, je ne pouvais pas faire autrement pour Agents of S.H.I.E.L.D.. Je ne vous dis pas l’excitation à l’heure de commencer à regarder l’épisode.

Je ne vous dis pas l’excitation à l’heure de commencer à regarder l’épisode.

Au-delà de l’enthousiasme généré par la série, que vaut-elle vraiment ? Après visionnage, difficile de se faire un vrai avis (en même temps, avec un seul épisode, pouvait-il en être autrement ?), mais on peut déjà s’en faire un. Tout d’abord, le style du film Avengers est conservé. À savoir un mélange d’humour (la scène d’interrogatoire inversée par le sérum de vérité est un pur délice) et d’action (ouh là, Melinda May, faut pas l’emmerder) sur un scénario très bien écrit et bourré d’excellentes références mais plombé par une réalisation assez banale (hormis sur quelques fulgurances).

Pour ce premier épisode, on peut déjà admirer le casting de la saison. Le chef Phil Coulson (Clark Gregg) accompagné du sosie asiatique de la Veuve Noire, Melinda May (Ming-Na Wen), du super-agent sans pouvoir Grant Ward (Brett Dalton), du génie de l’informatique et rigolote du service Skye (Chloe Bennet) et du duo comique de génies Leo Fitz (Iain De Caestecker) et Jemma Simmons (Elizabeth Henstridge). On se retrouve avec une équipe avec suffisamment de disparité pour prendre plaisir à les voir interagir entre eux. Malgré tout, difficile de poser un réel avis car vu l’ampleur de l’équipe (six personnes tout de même) tout en posant les bases de la saison à venir, ça fait beaucoup pour 45 minutes. À approfondir.

Quant à la raison du retour de l’agent Coulson, censé être mort dans Avengers, elle est à peine abordée au début de l’épisode, mais la réaction de certains personnages laisse penser que le retour miraculeux de Coulson fera l’objet d’une intrigue de fond et permettra d’alimenter les rumeurs les plus folles (certains parlent d’un clone). Pas de doute, Joss Whedon sait comment élaborer une série (il n’y a qu’à voir la longévité de Buffy contre les vampires – par contre, Firefly…).

Au niveau de l’épisode en lui-même, j’avoue avoir été un peu déçu. Ça partait plutôt bien, mais finalement, ça n’explose jamais tellement l’intrigue est classique. Le truc qui m’inquiète un peu pour la suite, c’est la trame de fond qui sent un peu le réchauffé.

Spoiler

Visiblement, on aura le droit au jeu du chat et de la souris entre l’unité du S.H.I.E.L.D. et une mystérieuse organisation à la Hydra. Pas de ce qu’il y a de plus emballant, mais finalement logique. À vérifier si Joss Whedon saura en améliorer le niveau.

Agents of S.H.I.E.L.D. s’intègre parfaitement au Marvel Cinematic Universe.

En tout cas, parmi les trucs qui m’ont épaté. Je peux compter sur les effets spéciaux, vraiment impeccables, surtout pour la petite lucarne (merci le traumatisme de V). Encore une fois, à vérifier si les épisodes suivants confirment la tendance.

Spoiler

Aussi sur le headshot de l’agent Ward sur le fugitif qui pète les plombs. J’y ai vraiment cru. Je me suis dit : « putain, ça va être énorme ». Et plouf, c’était juste un sérum. En tout cas, l’effet est réussi, car j’ai foncé dedans la tête en première. Sinon, vraiment pas mal ce petit hommage aux comics à la fin du pilote, avec la Lola volante.

Par rapport aux films ?

Agents of S.H.I.E.L.D. s’intègre parfaitement au Marvel Cinematic Universe et se déroule après Iron Man 3 (même si c’est plutôt les Avengers qui sont cités au début de l’épisode). Il emploie aussi les éléments qui ont été déjà vus dans les films comme…

Spoiler

Extremis (Iron Man 3), les Chitauris (Avengers), les radiations Gamma (Hulk), etc…

Les audiences

12.12 millions de téléspectateurs pour la première diffusion. Un excellent score et ce, malgré la concurrence de The Voice (14.35 millions) et NCIS (20.02 millions). On parle même du meilleur lancement pour un drama sur la chaîne ABC depuis V. Ne reste plus qu’à confirmer avec les audiences du deuxième épisode. On a connu des séries qui se sont effondrées une fois la curiosité dissipée.

Conclusion

Agents of S.H.I.E.L.D. est une série prometteuse, malgré les quelques défauts de l’épisode pilote. On tient ici le prolongement télévisé du Marvel Cinematic Universe et le concurrent d’Arrow de DC.

+ – La sauce Marvel Cinematic Universe
– Des répliques délicieuses
– L’agent Coulson cabotine à mort
– La remplaçante de la Veuve Noire
– De l’action qui tient la route
– Effets spéciaux
– Intrigue convenue
– Trop de choses en peu de temps
6/10
Advertisements
A propos de l'auteur : (2857 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.