Critique : Cowboys & Envahisseurs

Quand James Bond et Indy rencontrent les parents d’E.T.

Fiche

Basé sur le roman graphique créé par Scott Mitchell Rosenberg, publié par Platinum Studios, écrit par Fred Van Lente et Andrew Foley et dessiné par Luciano Lima
Réalisateur(s):Jon Favreau (sauvé par Iron Man)
Scénariste(s):Roberto Orci, Alex Kurtzman, Damon Lindelof, Mark Fergus, Hawk Ostby (cinq pour écrire un scénario, ce n’est pas bon signe du tout!)
Acteurs:Daniel Craig (le James Bond qui ne dit pas « Bond, my name is Bond« ), Harrison Ford (on espère qu’il rempilera pour un cinquième Indy: Indiana Jones et le dentier perdu), Olivia Wilde (on espère ne plus la revoir vu son jeu), Paul Dano (le prodigieux prêtre de There Will Be Blood), Sam Rockwell (lumineux dans Moon), Adam Beach (parce qu’on est en été et y a plage dans son nom), Ana de la Reguera (trop la classe son nom), Noah Ringer (Le Dernier Maître de l’Air, j’ai honte de ne pas l’avoir vu, tout le monde dit que c’est un chef d’œuvre) et Keith Carradine (inoubliable agent Frank Lundy dans Dexter)
Titre original:Cowboys & Aliens
Pays:États-UnisDate de sortie:24 août 2011
Genre:Action, Science fiction, Thriller, WesternDurée:1h57
Arizona, 1873. Un homme qui a perdu tout souvenir de son passé se retrouve à Absolution, petite ville austère perdue en plein désert. Le seul indice relatif à son histoire est un mystérieux bracelet qui enserre son poignet. Alors que la ville est sous l’emprise du terrible colonel Dolarhyde, les habitants d’Absolution vont être confrontés à une menace bien plus inquiétante, venue d’ailleurs…

Critique

Un pitch original ? Cette idée de mélanger deux univers n’ayant rien à voir n’est pas nouveau rien que récemment, on avait Outlander où des vikings se frittaient avec ce qui venait d’ailleurs. Le film souffrait de pas mal de défauts mais se matait. Enfin bref, tout ça pour dire qu’il n’y a rien de bien nouveau chez Cowboys & Envahisseurs. Mais il n’en reste pas moins que mélanger deux univers/genres différents est un exercice très casse gueule.

On commence le film avec Daniel Craig perdu et sans mémoire. Le tout est calibré comme un western pur souche et fonctionne, à ma grande surprise, plutôt bien. On est pris par les enjeux : le Daniel Craig amnésique se révèle être un meurtrier mais des flash-back sont là pour nous dire attention ce n’est pas vraiment un vrai méchant et surtout il a un gadget futuriste à son poignet. Quand il revient à la ville, il rencontre un petit con (ses couilles ne survivront pas à leur rencontre) puis le shérif veut l’arrêter (ben oui, c’est un meurtrier donc sa tête est mise à prix) mais le riche du coin, Han Solo, non pardon, Harrison Ford veut l’embarquer (il est furax parce que James Bond lui a piqué son argent). On s’amuse plutôt bien. Ah oui, j’ai oublié de vous parler de la nana de Tron 2. Ben elle est là, on ne sait pas trop ce qu’elle veut mais James Bond lui a tapé dans l’œil. Tout ça se fomente à point et paf, les extra-terrestres arrivent !

A partir de là, la collision entre les deux univers a lieu (mais bon, tu t’en doutes). La première confrontation est plutôt sympa et fini par un pan-pan de James Bond explosant le vaisseau. Mais auparavant, il y a le shérif et le petit con qui sont embarqués comme du vulgaire bétail par les extra-terrestres et c’est la cata ! Mais pourquoi avoir embarqué les deux personnages les plus intéressants du lot.

Du coup, on se retrouve avec un gamin apeuré, un Craig qui nous fait du James Bond nouvelle génération (il prend des poses de mannequin en faisant la gueule genre « Putain de soleil, ça me nique les yeux bleus »), Olivia Wilde nous fait du Tron : un personnage au visage de RoboCop et inintéressant. Il n’y a plus qu’Harrison pour nous émouvoir avec un personnage de vieux con finalement sympathique (il est blindé pour jouer ce genre de personnage, il l’avait déjà fait dans Morning Glory). Ah oui, y a aussi Sam Rockwell, le bad guy d’Iron Man 2, enfin le « méchant » parce que le vrai, c’est Mickey Rourke. Sam dans C&E, ben il est chiant ! C’est un mec auquel on a kidnappé sa femme, il râle tous les deux minutes parce qu’il ne sait rien faire, que tout est de sa faute, que c’est un pauvre type et bla bla. Et pas un E.T. pour lui exploser la cervelle…

Vous l’avez compris, on a un petit groupe de personnage antipathique sauf Han Solo. Je me suis dit alors, purée, on est mal barré. Mais attendez, tout ce que je viens de vous raconter, ce n’est que les vingt premières minutes. Il en reste encore une heure quarante. On se demande ce qu’il va bien pouvoir se passer. Ben, ils partent tous retrouver les membres enlevés et c’est parti pour une balade comme dans un western. Sauf que, je vous le dis tout de suite, c’est bien loin du niveau de True Grit.

Je ne vais pas vous raconter le reste de l’histoire, aucun intérêt par contre je peux déjà vous dire que la suite m’a bien emmerdé. C’est foncièrement chiant, les relations entre les personnages sont inintéressantes hormis Harrison Ford et l’indien. Les extra-terrestres, ben on n’apprend pas grand-chose d’eux et surtout, ne vous attendez pas à des monstres ayant le charisme du Predator ou d’Alien.

Le final est expédié de telle manière que lorsque le générique apparait on se dit qu’on n’a pas vu grand-chose : juste des aliens se fritter avec des cowboys, seulement ni l’un, ni l’autre n’ont du charisme et en plus, le combat final est pourri. Ces cons d’aliens vont se battre à main nues alors que vu les armes qu’ils ont, l’affaire aurait pu être bouclé en 5 secondes. Je préfère autant revoir Racailles & Aliens (Attack the Block so).

Décidément Jon Favreau a dû avoir un coup de bol avec Iron Man parce que là, c’est quand même mauvais. Et en plus, j’ai oublié de vous parler des très nombreux problèmes de raccord. C’est quand même hallucinant qu’un film de ce calibre laisse passer des erreurs de débutants. Par exemple quand Craig part la première fois, il fait tomber son chapeau et repart sans. La séquence juste après, on le voit avec son chapeau. Puis il y a aussi le gamin qui disparait de temps en temps en fait il disparait à presque chaque scène d’action (c’est chiant à diriger un gosse alors quand ça pète de partout, je n’imagine pas).

Conclusion

Une grosse déception. Je ne m’attendais pas à grand-chose et je n’ai pas eu grand-chose : des personnages inintéressants, un scénario bancal, des combats bidons.
3/10

Cowboys-Envahisseurs-Affiche-Finale-France-Groupe

Pin It on Pinterest