Critique : Attack The Block

« On dirait de la merde chiée par de la merde » – Nick Frost à propos des ET

Date de sortie cinéma : 20 juillet 2011

Écrit et réalisé par Joe Cornish (scénariste des futurs Ant-Man (L’Homme-Fourmi, adaptation d’un comic Marvel) et Les aventures de Tintin: Le secret de la licorne)

Avec Nick Frost (le gros du duo de Shaun of the Dead, Hot Fuzz, Paul), Jodie Whittaker, John Boyega, Luke Treadaway, Alex Esmail et Jumayn Hunter

Long-métrage britannique
Genre : Action, Comédie, Science fiction
Durée : 1h28

Un gang d’adolescents fait face à une invasion de féroces extraterrestres. Leur affrontement transforme une cité de Londres en une cour de récréation futuriste, un immeuble en une forteresse assiégée et des zonards en héros…

Attack the Block est le genre de film orienté djeun que les geeks vont adorer. Rentrant pile poil dans cette catégorie, j’ai envie de dire que le film déchire, qu’il en met plein la vue, que c’est le meilleur film de geek depuis Scott Pilgrim. Surtout que le réalisateur cite pêle-mêle Les Goonies, Les Gremlins et Shaun of the Dead parmi ses références (et effectivement, Attack the Block s’en inspire plutôt bien).

Mais force qu’il faut constater qu’Attack the Block n’est qu’une série B sympathique plutôt bien emballée, servie par de bonnes répliques même si elles finissent par devenir lourdingues au bout d’un moment, les meilleures sortent tous au début (et elles sont visibles à moitié dans la bande annonce, vous êtes prévenu). Le premier long-métrage de Joe Cornish nous rend confiant pour la suite de ses œuvres car techniquement il est impeccable et est doté de beaucoup de promesses.

Le bât blesse au niveau du scénario (signé par le réalisateur) et des acteurs. Le script est d’une simplicité absolue parfaitement résumée par l’affiche : Gang vs Aliens et il ne va pas plus loin qu’une histoire de rédemption qu’on devine dès les premiers instants. L’héroïne se fait agresser par les petites racailles de façon plutôt réaliste, ce qui nous pousse au premier abord à les détester et à se demander comment on va bien pouvoir apprécier ces petits cons. Mais à ce moment-là, le film prend leurs points de vue et le reste, vous le devinez bien.

Les seconds rôles sont impeccables, mention spéciale à Blème et Chaos, un duo de gosses de 9 ans qui décident de devenir des gangstas et au centre des meilleures scènes du film. Mais l’acteur principal, jouant le rôle de Moses et ressemblant vachement à Denzel Washington, ne joue pas très bien. Limité par son personnage ou sans talent, on ne sait pas trop. Seulement il semble assez pataud et on dirait même qu’il a honte parfois de s’exprimer de façon comique. Loin d’être le cas de ses compères ! Par contre, son jeu irait parfaitement dans la série The Wire.

Quant aux extra-terrestres, je les veux en peluches. Leur look est absolument trop cool ! Et surtout, il permet de jouer sur les effets de lumière en effet ils sont méga noirs, noirs de la tête au pied. Leurs dents sont les seuls éléments visibles (ce qui me fait penser à une des excellentes répliques du film : « Il est encore plus renoi que mon cousin Femi ! »). Les dents brillent comme une lampe phosphorescente ce qui permet d’excellentes scènes comme celle où les gosses sont coincés dans la pénombre et on aperçoit des dents un peu partout. La classe ! Sinon sans déconner, s’ils en vendent en peluche, prévenez-moi !

On attendait le nouveau Shaun of the Dead/Scott Pilgrim, on aura juste un premier long-métrage souffrant de quelques défauts mais dégageant une atmosphère plutôt sympathique. La première partie est bonne puis le film souffre de gros temps morts comme si le réalisateur n’avait plus d’idées (sûrement limité par son pitch simpliste).

Sa scène culte : l’apparition de dizaines de dents phosphorescentes dans la pénombre.

Note : 6/10

PS : Attack the Block concurrence l’autre film phare de l’été : Super 8, les deux partageant le même genre. Qui des deux s’en sortira vainqueur ? Verdict : mardi 26.

attack-the-block-affiche

Pin It on Pinterest