Critique : À couteaux tirés

Affiche française du film À couteaux tirés écrit et réalisé par Rian Johnson avec Daniel Craig, Chris Evans, Ana de Armas, Jamie Lee Curtis, Toni Collette, Don Johnson, Michael Shannon, LaKeith Stanfield, Katherine Langford, Jaeden Martell, Christopher Plummer

Une histoire de donut et de vomi

Fiche

TitreÀ couteaux tirésTitre VOKnives Out
RéalisateurRian JohnsonScénaristeRian Johnson
ActeursDaniel Craig, Chris Evans, Ana de Armas, Jamie Lee Curtis, Toni Collette, Don Johnson, Michael Shannon, LaKeith Stanfield, Katherine Langford, Jaeden Martell, Christopher Plummer
Date de sortie27 / 11 / 2019Durée2h 10
GenreComédie, Crime, Drame, Mystère, ThrillerBudget40 000 000 $

Célèbre auteur de polars, Harlan Thrombey est retrouvé mort dans sa somptueuse propriété, le soir de ses 85 ans. L’esprit affûté et la mine débonnaire, le détective Benoit Blanc est alors engagé par un commanditaire anonyme afin d’élucider l’affaire.

Critique

Après sa balade dans une galaxie lointaine, très lointaine avec Star Wars: Les Derniers Jedi, Rian Johnson décide de revenir sur Terre pour se faire une partie de Cluedo avec un casting cinq étoiles dont les figures de proue sont Daniel Craig et Chris Evans. Il s’est également fait une séance d’Ouija pour invoquer l’esprit d’Agatha Christie afin de donner naissance à À couteaux tirés. On remarquera aussi, en arrière-plan d’une scène, la diffusion d’un épisode d’Arabesque.

Revivre ma jeunesse

Sur papier, le film avait tout pour me plaire. Dans ma jeunesse, j’étais un grand fan du genre. Je dévorais toutes les BD de Ric Hochet. Je matais Columbo dès que ça passait à la télé. Sans oublier toutes les séries françaises du style Navarro et Julie Lescaut. Tout ça pour dire que j’en ai bouffé de l’enquête. J’ai grandi avec de l’enquête. J’ai eu mon premier poil à la moustache avec de l’enquête. Après, j’ai plaqué l’enquête pour les super-héros, mais c’est une histoire pour une autre fois.

Toutefois, paradoxalement, je n’ai jamais ouvert un Agatha Christie ou vu un épisode d’Arabesque. Je crois que l’horaire de diffusion de cette dernière n’était pas compatible avec ma carrière à l’école primaire et au collège. Quant à Agatha, je trouvais que c’était un truc pour les vieux et on sait comme ils sont, les enfants, avec les trucs de vieux.

Pour couronner le tout, les nombreuses critiques très positives m’ont bien chauffé. Je me disais que, normalement, j’allais avoir une putain d’enquête. En plus, vu comment le gars a joué les codes de la saga où des étoiles se font la guerre pour donner un coup de fouet, je m’attendais à pareil traitement pour le genre whodunit.

Who ? Star-Who ?

Euh, « whodunit« , c’est quoi, ça ? Je te rassure, je ne connaissais pas non plus, mais le miracle Google / Wikipédia m’a permis d’apprendre qu’il s’agit d’une abréviation de « Who has done it ? », soit en français « Qui l’a fait ? ». Bref, ici, c’est qui qu’a buté le romancier Harlan Thrombey (Christopher Plummer) ?

Pour le coup, la descente a été rude. Pourquoi ? Pour plusieurs raisons.

Trop d’indices tuent l’enquête

La première, c’est que j’avais deviné la résolution au bout de quarante-cinq minutes (ça dure deux heures et dix minutes, hein). C’était trop flagrant, du moins me concernant, à cause des indices laissés par Rian Johnson. En aparté, je lui reconnais au moins qu’il n’a pas voulu prendre le spectateur pour un con, mais au point de lui filer une heure d’avance sur les personnages ?

En effet, je m’attendais tellement à ce que l’auteur dévoile quelques minutes plus tard le point qu’il avait laissé deviner par plusieurs indices que plus le film avançait, plus j’étais surpris par la tournure des événements. J’étais coincé dans une intrigue désespérément classique. Pire, au bout d’un moment, il était évident qu’il avait décidé de conserver ce point pour le passage classique des révélations finales. Du coup, j’ai assisté à une enquête sans aucun suspense, ni même intérêt, avec des phases d’agacement du style « mais purée, c’est possible d’être aussi con ? »

Pourquoi choisir le personnage le moins intéressant ?

La deuxième raison, c’est qu’au lieu de coller le film sur les épaules de Benoit Blanc, le « Columbo » joué par Daniel Craig. À couteaux tirés s’attache à suivre les périples de la Marta Cabrera jouée par Ana de Armas. Celle-là même que j’avais découvert en tortionnaire de Keanu Reeves dans le thriller érotique Knock, Knock. Alors là. Son personnage… Marta Cabrera… Aussi chiante, tu meurs. Le « purée, c’est possible d’être aussi con », ça la concerne. J’étais d’autant plus atterré que le film proposait un casting cinq étoiles avec des personnages loufoques et qu’est-ce qu’ils font, ils passent tout leur temps avec le personnage le moins intéressant du lot. Le seul truc que j’ai bien aimé chez elle, c’est son Pinocchio à la sauce Cité de la Peur (ceux qui ont vu les trois films comprendront).

Reste un décor magnifique digne de Cluedo, une réalisation soignée, des acteurs s’amusant beaucoup en composant des personnages marqués (certes, il y a des clichés, mais il y a une vraie et intéressante dynamique de groupe) et un Chris Evans crevant l’écran. Quant à Daniel Craig, il est loin d’être de son Mikael Blomkvist dans Millénium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes. Le James Bond proche de la retraite jouant un personnage à la Columbo, c’est à dire avec un ressort comique. Bémol, j’ai trouvé qu’il en faisait parfois un peu trop. Surtout sur la fin.

Par surpris de voir que, dans le style, il s’est plus amusé avec le Murder Mystery d’Adam Sandler.

Conclusion

J’attendais beaucoup du whodunit À couteaux tirés. Surtout, après que Rian Johnson ait dynamité la saga Star Wars (dans le bon sens, pour moi). Manque de bol, j’étais tellement dans le truc que j’étais vraiment attentif. Résultat, j’ai deviné la conclusion de l’enquête avec plus d’une heure d’avance. Du coup, j’ai eu une séance assez poussive à pester que l’histoire n’avance pas assez. D’autant plus que le personnage principal est assez lourd à suivre en plus de manquer d’intérêt. Heureusement que les cabotinages de Chris Evans m’ont bien fait rire et que le décor est sublime. Bref, déception.

+

  • Décor sublime
  • Casting cinq étoiles pour une famille dysfonctionnelle
  • Parfois drôle

  • Enquête trop facile à deviner
  • Personnage principal
5/10

Pin It on Pinterest