Critique : The Danish Girl

La femme libérée de sa prison d’homme

Fiche

D’après le roman de David Ebershoff
Titre:The Danish Girl
Réalisateur(s):Tom Hooper
Scénariste(s):Lucinda Coxon
Acteurs: Eddie Redmayne, Alicia Vikander, Amber Heard, Ben Whishaw, Matthias Schoenaerts
Titre original:Date de sortie:20 / 01 / 2016
Pays:Royaume-Uni, Belgique, États-UnisBudget:25 000 000 $
Genre:Biopic, Drame, RomanceDurée:1h 59

La remarquable histoire d’amour de Gerda Wegener et Lili Elbe, née Einar Wegener, l’artiste danoise connue comme la première personne à avoir subi une chirurgie de réattribution sexuelle en 1930. Le mariage et le travail de Lili et Gerda évoluent alors qu’ils s’embarquent sur les territoires encore inconnus du transgenre.

« Oh mince, j’avais oublié, mais en fait, je suis une femme. »

Critique

Tout juste auréolé d’un Oscar, l’acteur Eddie Redmayne ne s’est pas reposé sur ses lauriers et s’est attaqué à un défi encore plus grand : changer de sexe. Ok, ok, il n’ira pas jusqu’à l’opération chirurgicale, mais va tout faire pour rendre convaincante cette adaptation cinématographique de l’histoire vraie de Lili Elbe / Einar Wegener, la première personne à changer de sexe.

Bon, j’avoue que je n’étais pas très motivé à voir le film. Carol m’avait beaucoup refroidi, Enthousiasmé par la magnifique bande-annonce, j’ai été plombé par le résultat final. J’avais peur de revivre la même expérience avec The Danish Girl. Finalement, ce ne sera pas le cas.

J’ai été pour le moins emballé par cette magnifique histoire qui fonctionne à plusieurs niveaux. Culturellement, le film permet de s’ouvrir à des horizons pour le moins intéressants en attaquant de front un sujet qui ne passionne pas les foules. Personnellement, je ne me suis jamais renseigné dessus au-delà du classique « comment est-ce possible physiquement qu’un homme puisse devenir une femme et vice-versa ? ». On pourrait même dire qu’il y a encore un tabou. Fort heureusement, des personnalités fortes comme Lana Wachowski permettent d’attiser la curiosité du public et surtout, son acceptation. En plus de ça, le film offre une fabuleuse histoire d’amour grâce à une Alicia Vikander, qui joue ici la femme d’Einar, épatante (j’ai eu du mal à retrouver l’actrice froide et calculatrice d’Ex Machina). Cette histoire d’amour est si belle qu’elle m’a ému jusqu’à me faire lâcher une petite larme lors d’une scène de retrouvailles.

Je demande Eddie Redmayne pour l’Oscar du meilleur acteur et actrice

Si Alicia Vikander signe une jolie prouesse, on est loin du niveau stratosphérique d’Eddie Redmayne. Pourtant, l’acteur avait déjà été monstrueux dans Une Merveilleuse Histoire du Temps. Pour ma part, j’ai été davantage impressionné et troublé par sa prestation dans The Danish Girl. Impressionné, parce que se transformer en femme sans paraître ridicule l’ombre d’une seule seconde a de quoi forcer le respect. Troublé, parce que je me suis retrouvé à me dire : « Mais, en fait, elle est vachement mignonne, Lili. ». La performance est d’autant plus incroyable qu’on suit toutes les étapes de la transformation d’Einar en Lili. Il n’y a donc pas de subterfuge.

À la barre, j’ai retrouvé avec grand plaisir Tom Hooper à un bon niveau après son misérable couac. Le réalisateur ne signe pas ici son meilleur film (Le Discours d’un Roi et The Damned United sont meilleurs, à mon goût), mais il livre une réalisation impeccable, mettant l’accent sur les décors. J’ai même parfois eu des flash-backs de Le Discours d’un Roi. Le problème de son nouveau film, c’est qu’il s’étend un peu en longueur et fait intervenir des péripéties pas forcément utiles. En disant cela, j’ai en mémoire celles faisant intervenir Hans Axgil (Matthias Schoenaerts). Certes, le personnage permet d’illustrer le trouble de la femme d’Einar, mais bon, ça fait traîner les choses et ça a tendance à sortir l’histoire de ses rails.

Par Christophe Menat troublé par Lili, le .

Sur la photo, un des personnages est joué par un homme. Lequel ?

Conclusion

Basé sur un sujet encore atypique de nos jours, le transgendérisme, The Danish Girl réussit de jolies prouesses. Déjà, il met la lumière sur le sujet en suivant les différentes étapes avant la libération de l’individu concerné et surtout, illustre son malaise d’avant. En plus, de ça, il offre une émouvante histoire d’amour, même si elle semble prendre des libertés avec la réalité. Le tout bénéficie de la réalisation sobre mais belle de Tom Hooper et de la performance de ses deux acteurs principaux, Alicia Vikander et surtout Eddie Redmayne qui mériterait bien un nouveau Oscar.

+

  • Eddie Redmayne, monstrueux une nouvelle fois
  • Alicia Vikander
  • Les magnifiques plans offerts par la réalisation
  • Émouvante histoire d’amour
  • Sujet rarissime et superbement traité

  • Des longueurs
  • Certaines péripéties ne sont pas forcément utiles
7/10
Advertisements
A propos de l'auteur : (2792 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Il faut vraiment, vraiment que je parvienne à le voir…