Critique : Legend

Poster du film Legend écrit et réalisé par Brian Helgeland avec Tom Hardy
Portrait Krayonné d’un Gangster

Fiche

D’après le livre The Profession of Violence de John Pearson
Titre:Legend
Réalisateur(s):Brian Helgeland
Scénariste(s):Brian Helgeland
Acteurs:Tom Hardy, Colin Morgan, Christopher Eccleston, Joshua Hill, Emily Browning, Paul Anderson
Titre original:Date de sortie:20 / 01 / 2016
Pays:Royaume-Uni, France, États-UnisBudget:25 000 000 $
Genre:Biopic, Crime, DrameDurée:2h 12

Londres, les années 60. Les jumeaux Reggie et Ronnie Kray, célèbres gangsters du Royaume-Uni, règnent en maîtres sur la capitale anglaise. À la tête d’une mafia impitoyable, leur influence paraît sans limites. Pourtant, lorsque la femme de Reggie incite son mari à s’éloigner du business, la chute des frères Kray semble inévitable…

Photo de Legend avec Tom Hardy
Deux Tom Hardy pour le prix d’un, ça se fesse !

Critique

Déjà qu’un film avec Tom Hardy, ça me fait saliver. Alors en avoir deux pour le prix d’un, va falloir que j’apporte le bavoir. De plus, les deux Tom apparaissent sous la houlette du scénariste de L.A Confidential, Mystic River et Payback. N’en jetez pas plus !

Impossible de ne pas faire une parallèle entre Legend et la série Peaky Blinders, du moins pour la première et seule saison que j’ai vu pour l’instant (j’attends impatiemment la saison 2 sur Netflix). Si les époques diffèrent, le style semble pratiquement le même. On retrouve cette même alchimie entre la notion de famille, les gangs londoniens et une histoire d’amour. Il y a même le flic tenace (Alan Grant laisse sa place à l’ex-Doctor Who, Christopher Eccleston).

Legend marque déjà une première faiblesse. Une narration n’ayant rien d’original, si ce n’est les frères jumeaux Kray sublimés par un Tom Hardy en mode Mes doubles, ma femme et moi. Si ce dernier fait dans le classique pour le rôle du frère Reginald, il est plus marquant dans celui de Ronald. Il faut dire que le second est un rôle peu commun où l’acteur livre des bons moments. Ma préférence va pour la séquence où il humilie son public avec délectation. Le personnage permet d’apporter beaucoup d’humour au film via des répliques ou des comportements pour le moins cocasses.

Au-delà de ce dédoublement, véritable fantasme du marketing, il n’y a rien de transcendant à signaler. Legend déroule une intrigue pour le moins classique pour le genre en axant l’accent sur la relation amoureuse entre Reggie et Frances Shea (Emily Browning). L’actrice de Sucker Punch est tout à fait charmante avec son visage poupin, mais finit par lasser quand son personnage commence à dériver. Parmi la galerie de personnages secondaires, je retiens Taron Egerton (Kingsman). Le mec a un petit rôle, mais s’en sort brillamment.

Legend s’achève sans éclat, la faute à une réalité historique ne permettant pas d’excès. Au final, on se dit que les frères Kray n’ont rien de spécialement particulier, mis à part le fait d’être des jumeaux gangsters.

Par Christophe Menat qui se demande s’il n’a pas bu un verre de trop (deux Tom Hardy, quoi), le .

Photo de Legend avec Tom Hardy
« C’est un scandale. Il parait qu’il y a un autre homme qui se balade et qui dit qu’il est aussi Tom Hardy ! »

Conclusion

Legend marque pour le dédoublement de Tom Hardy, permettant à l’acteur d’offrir un jeu varié et pour le moins jubilatoire dans le rôle du frère psychopathe. Pour le reste, il ne s’agit que d’une intrigue assez classique pour un film de gangsters avec l’habituelle épouse qui n’accepte pas les mauvais penchants de son époux. J’ai vu mieux ailleurs, mais bon, on ne crache pas sur une double ration Hardy.

+

  • Tom Hardy en Ronald Kray
  • Pas mal d’humour
  • Se regarde sans déplaisir

  • Un peu long
  • Trop classique et sans éclat
6/10

Pin It on Pinterest