Critique : Life is Strange – Episode 1: Chrysalis

Quand Telltale Games fait des émules

Fiche

Titre :
Life is Strange
Éditeur :Square Enix
Développeur :Dontnod Entertainment
Plate-forme :PC, PlayStation 3, PlayStation 4, Xbox 360, Xbox OneDate de sortie :30 / 01 / 2015
Genre :Aventure, Fantastique, ThrillerTesté sur :PC

La jeune Max Caulfield est une étudiante en photographie qui revient dans sa ville natale, Arcadia Bay, dans l’Oregon. Alors qu’elle vient de découvrir qu’elle possède le pouvoir de remonter dans le temps, elle enquête rapidement sur la disparition d’une adolescente de la ville.

On commence le jeu, et voilà ce qu’on découvre…

Critique

Il fallait bien que ça arrive un jour. L’énorme succès que rencontre Telltale Games avec ses jeux point & click new gen comme The Walking Dead ou The Wolf Among Us fait des envieux et allait donc faire apparaître des copieurs. Comme ce Life is Strange.

Développé par le Dontnod Entertainment qui s’est fait remarquer pour son sympathique Remember Me, Life is Strange calque son gameplay sur celui des jeux de Telltale Games allant jusqu’à afficher le même message d’avertissement sur les conséquences des choix. Toutefois, certaines nuances sont à noter et le studio parisien apporte sa pierre à l’édifice, via la possibilité de remonter le temps. Un effet qui fait penser très fort à Prince of Persia: Les Sables du Temps. Ça n’a l’air de rien, mais ça offre quelques puzzles marrants et une nouvelle façon d’aborder les discussions, même si en contrepartie, cela rend le jeu beaucoup moins stressant (il y a toujours possibilité d’annuler l’action précédente). On ne panique pas comme face à une attaque de zombie avec l’obligation de choisir très vite entre deux personnes à sauver.

The Walking Dead: Les Sables du Temps

Pour ce premier épisode, je me suis montré très convaincu. Si le jeu est parfois lent, il faut dire qu’on nous place dans la peau d’une étudiante en photographie durant une journée plus ou moins normale, difficile de nier que quelque chose se produit. L’atmosphère est très agréable (on a l’impression d’être entré en immersion dans une école américaine), mais c’est surtout la très grande richesse des décors (au point de supplanter les jeux de Telltale Games sur ce point) qui ébouriffe. Au début du jeu, on est un peu noyé devant la mine d’informations qui s’affiche à l’écran. Pour peu qu’on s’investit, on découvre un jeu très soigné, qui prend le temps d’étoffer ses personnages, même si on ne peut pas nier que certains sont clichés.

Graphiquement, le jeu est plus beau qu’un Telltale Games (merci, l’Unreal Engine), mais les deux partagent la même faiblesse: des animations fades. En plus de ça, il faut ajouter à Life is Strange, des visages inexpressifs. Un problème qui ne se pose pas du côté de Telltale Games. À voir si ça va poser des problèmes, par la suite, pour l’empathie.

En tout cas, je peux dire qu’à la fin de l’épisode, je n’avais qu’une envie, mettre le suivant. Je fus donc très déçu de voir que le prochain ne sort que dans six semaines. Cela prouve que le jeu a fonctionné. En plus, le gros avantage sur un jeu Telltale Games, c’est que le jeu est nativement sous-titré en français (encore heureux, vu que ce sont des frenchies qui l’ont développé).

Par Christophe Menat, le .

La photographie instantanée, pierre angulaire du jeu.

Conclusion

Comme on est dans un jeu vidéo distribué comme une série, parlons le langage des séries TV. Chrysalis est un épisode pilote très prometteur. Il prend le temps d’installer son gameplay et son univers, avant de faire monter la sauce crescendo jusqu’à qu’on découvre l’enjeu de la saison sur un intriguant climax. De quoi faire attendre le deuxième épisode de pied ferme.

+

  • Du Telltale Games, mais revisité
  • Atmosphère
  • On veut découvrir la suite
  • Sous-titré français

  • Le jeu peut rebuter au début par sa richesse
  • Un peu trop de clichés
  • Le rythme un poil lent
7/10
Advertisements
A propos de l'auteur : (2829 articles)

Fou de cinéma depuis qu’il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.