Critique : Le Hobbit: La Bataille des Cinq Armées

Poster du film Le Hobbit 3: La bataille des cinq armées
C’était la Terre du Milieu…

Fiche

D’après le roman Le Hobbit de J. R. R. Tolkien
Titre:Le Hobbit: La Bataille des Cinq Armées
Réalisateur(s):Peter Jackson
Scénariste(s):Fran Walsh, Philippa Boyens, Peter Jackson, Guillermo del Toro
Acteurs:Martin Freeman, Ian McKellen, Richard Armitage, Luke Evans, Evangeline Lilly, Cate Blanchett, Lee Pace, Orlando Bloom, Manu Bennett, Benedict Cumberbatch, Hugo Weaving, Christopher Lee, Aidan Turner, James Nesbitt, Stephen Fry, Graham McTavish, Billy Connolly, Mikael Persbrandt, Dean O’Gorman, Ian Holm, Ken Stott
Titre original:The Hobbit: The Battle of the Five ArmiesDate de sortie:10 / 12 / 2014
Pays:États-Unis, Nouvelle-ZélandeBudget:
Genre:Action, Aventure, FantastiqueDurée:2h 24

Atteignant enfin la Montagne Solitaire, Thorin et les Nains, aidés par Bilbon le Hobbit, ont réussi à récupérer leur royaume et leur trésor. Mais ils ont également réveillé le dragon Smaug qui déchaîne désormais sa colère sur les habitants de Lac-ville. A présent, les Nains, les Elfes, les Humains mais aussi les Wrags et les Orques menés par le Nécromancien, convoitent les richesses de la Montagne Solitaire. La bataille des cinq armées est imminente et Bilbon est le seul à pouvoir unir ses amis contre les puissances obscures de Sauron.

Photo de Le Hobbit 3: La Bataille des Cinq Armées

La fin de l’innocence. Le début de l’âge sombre.

Critique

Tout s’achève ! Avec Le Hobbit: La Bataille des Cinq Armées, Peter Jackson boucle une saga qu’il tient tel Atlas depuis 1995. Soit, presque vingt ans de sa vie. Il est temps pour lui de reposer le globe et s’offrir un repos mérité à Fondcombe. Pour nous, il ne nous reste plus qu’à admirer le dernier chapitre de la saga. Pour moi, il ne me reste plus qu’à critiquer.

« Deux heures vingt-quatre ? Vous vous foutez de ma gueule ? Remboursez-moi, monsieur ! Non, non, je ne vous crois pas, le film n’a pas duré deux heures vingt-quatre. Vous m’aurez dit une heure vingt-quatre, je vous aurais cru à la rigueur, mais plus de deux heures, impossible ! Et ne me dites pas impossible n’est pas français sinon je vous décolle une tarte.» Voici le tenant du discours que j’ai prononcé aux responsables du cinéma à la sortie de la séance. Évidemment, ce n’est que pure fiction, mais elle illustre bien dans quel état d’esprit j’étais.

Bizarrement, avant d’assister à la projection ? Je n’avais aucune inquiétude concernant le film. Pourtant, avant chaque grosse attente, je suis toujours inquiet, me posant éternellement la même question : « Est-ce que le résultat va être à la hauteur de mes espérances ? ». Mais là, nada. J’y suis allé avec l’assurance d’avoir une conclusion épique. Il m’était impensable que Peter Jackson foire sa dernière partie. Et j’avais bien raison.

Avec Le Hobbit: La Bataille des Cinq Armées, le barbu de Nouvelle-Zélande offre l’un des meilleurs épisodes de la saga, les épisodes de la trilogie Le Seigneur des Anneaux compris. Certains le jugeront même comme étant le meilleur, et je ne pourrais que difficilement leur donner tort. Tout est poussé à l’extrême dans cet épisode, l’émotion, la violence, l’héroïsme, le spectacle. Le tout s’embrase dans un feu que n’aurait pas renié le dragon Smaug. Si je ne dis pas s’il s’agit de mon préféré, c’est juste que je suis incapable de définir mon préféré parmi la saga. Ils forment un tout. L’un n’existerait pas sans l’autre. Et désormais, Le Seigneur des Anneaux n’existerait pas sans Le Hobbit.

Photo de Le Hobbit 3: La Bataille des Cinq Armées

La Mort arrive.

Avant de partir pour un ultime voyage en Terre du Milieu, je me suis fait les deux premiers épisodes de la saga en version longue, et j’ai été surpris de constater la disparition de certaines intrigues (on sent que ça a été coupé au montage – je pense principalement à Thrain, le père de Thorin). Du coup, vivement la version longue de ce troisième film qui permettra de disposer de la meilleure saga de tous les temps. Devant Star Wars. Car à la différence de la saga de l’Anneau Unique, l’hexalogie de George Lucas a une deuxième trilogie bien en deçà de la première. On pensait (je pensais) que Bilbon allait suivre la même voie qu’Anakin, seulement, il y a eu La Désolation de Smaug et surtout, La Bataille des Cinq Armées. En tout cas, mes chers lecteurs, à l’heure où j’écris ces lignes, je ronge mon frein pour attaquer le visionnage de la deuxième partie de la saga de l’Anneau Unique en version longue.

Ça fait des lignes et des lignes que je blablate, que je dis que Le Hobbit 3 est un must-see. Mais qu’en est-il réellement ? Pour ceux qui se souviennent (en même temps, qui ne se souvient pas), on nous avait lâchés sur un final abrupt où Smaug proclamait, tout en se dirigeant vers Lacville, qu’il était le feu, qu’il était… La mort ! Le tout s’achevant sur le visage de Bilbon qui lâchait un désespéré « Qu’avons-nous fait ? » avant qu’une coupure brutale ne nous laisse bouche bée. Cette suite reprend pile-poil où on s’est arrêté. Smaug ravage Lacville. C’est le départ d’une succession de scènes d’action épiques, à peine interrompu par un interlude mettant magnifiquement en scène la folie de Thorin, ne se terminant qu’à la toute fin du film.

Photo de Le Hobbit 3: La Bataille des Cinq Armées

La malédiction guette le Roi sous la Montagne.

Si je devais donner mon passage préféré, je désignerais sans aucun doute la conclusion de l’intrigue de Dol Guldur, du nom de la forteresse de Sauron. Je ne peux pas en dire sinon je me mettrais à spoiler dans tous les sens. Du style, t’as vu quand X a fait ça ? Et quand Y a balancé ça ? En tout cas, ce passage d’une réelle noirceur implique des acteurs de légende, et est le passage qui amène directement vers la saga du Seigneur des Anneaux. Le génie de Peter Jackson est d’avoir bouclé ce passage avant de s’attaquer à la bataille des Cinq Armées. Du coup, il se déleste de la pression de faire une liaison avec son autre trilogie et peut désormais conclure tranquillement dans le feu sa nouvelle trilogie. Il faut dire que mis à part Gandalf, Bilbon et Legolas, aucun des autres personnages n’est impliqué dans la nouvelle trilogie ce qui permet de bénéficier des surprises de taille ! Non, non, je n’en dis pas plus. Sinon, que je n’exagère pas sur le « de taille ». Juste un exemple sans spoiler. Ce gros malin de Peter Jackson joue avec nous sur une séquence en particulier. J’étais tellement persuadé qu’on aurait une issue différente que j’ai été choqué. Oui, c’est le bon mot. Choqué. Quel génie (je n’en finirais jamais de le dire), ce Peter Jackson de réussir à jouer avec le spectateur d’une telle manière.

La fameuse Bataille des Cinq Armées est un gigantesque morceau de bravoure. Néanmoins, je regrette une chose. Le côté tactique de la chose est rapidement délesté au profit des combats de chaque personnage majeur. Je trouve ça un peu regrettable, néanmoins, il est nécessaire pour susciter l’émotion (comment être ému si on suit une bataille cacophonique de loin ?). Toutefois, ne vous inquiétez pas, on a notre lot de batailles de masse avec des images fortes. Malgré tout, la bataille du Gouffre de Helm (Les Deux Tours) reste la bataille la plus épique de la saga. C’est la seule remarque que je ferais. Pour le reste, c’est inracontable. Ça se vit. Laissez-vous bercer par le son de la mélodie des braves et vivez l’un des plus grands moments de votre histoire cinématographique. Les frissons, les larmes et tous les adjectifs qu’on peut adjoindre à une bataille sont présents.

Photo de Le Hobbit 3: La Bataille des Cinq Armées

Une armée pour une dernière bataille.

Pour terminer son film (et sa saga), Peter Jackson a encore un nouveau trait de génie. Car, comment conclure sa trilogie tout en laissant une porte ouverte à la nouvelle ? Comment concilier les émotions des spectateurs qui savent qu’ils vivent pour la dernière fois une (nouvelle) expérience en Terre du Milieu et les contraintes d’une hexalogie, après tout Le Hobbit n’est-il pas qu’une étape vers la montagne du Destin ? Peter Jackson le fait avec brio. J’en suis ressorti bouleversé de voyager pour la dernière fois en Terre du Milieu. Trouvant un miroir en Martin Freeman. La saga s’achève dans un torrent d’émotions contradictoires… La marque des très grands films.

C’était l’histoire d’un aller et retour.

C’était l’histoire d’un Hobbit.

C’était l’histoire d’une vie.

C’était… La Terre du Milieu.

Par Christophe Menat, le .

Photo de Le Hobbit 3: La Bataille des Cinq Armées

Un Hobbit inoubliable pour un voyage inattendu.

Conclusion

Un rêve. La conclusion rêvée de la saga s’est échappée de mon esprit et s’est illustrée à l’écran. Je n’aurais pas pu imaginer mieux. La saga de l’Anneau Unique s’achève dans une torpeur inouïe d’émotions et de violences.

Du Cinéma avec un C majuscule.

+

  • Une vraie conclusion épique pour la saga

  • Dire au revoir
Trophée10/10
Poster du film Le Hobbit 3: La bataille des cinq armées

Poster final

Bonus : les photos coupées

Oui, comme sur les DVD, il y a parfois des bonus avec une critique 😛 . Les photos suivantes accompagnées de leurs petites blagues en figure de légende étaient censées accompagner l’article. Seulement, je ne pouvais pas les laisser, car elles ne collaient plus avec le ton de l’article. Pour un final de rêve, je voulais offrir une critique qui tente d’accompagner l’épique jusqu’au bout (j’espère que j’ai réussi). Par contre, ça m’emmerdait de les perdre, parce que j’aimais bien certaines blagues du coup, je vous les garde au chaud là.

Advertisements
A propos de l'auteur : (2620 articles)

Avatar de l'auteur MarvelllFou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Soryu_Zep

    ALERTE SPOILERS INTÉGRAL !

    Alors je dois d’abord dire que j’ai ressenti totalement à l’envers de ta critique. Déjà un problème de montage, regarder ce film sans avoir revu le 2ème c’est vraiment dur. Aucune scène d’introduction pour nous rappeler un minimum où on est, et où on s’est arrêté. J’aurais préféré voir la fin de Smaug dans la fin du 2, parce que là c’est expédié en 5min avec un arc détruit qui tient sur deux bouts de bois alors que l’arc est bandé à mort ?.UNE seule flèche tue un dragon ? Non j’y crois pas, ça ne tient pas. Le nombre d’incohérences est impressionnant : Un mur de 20m avec escalier construit en 1 nuit par 10 nains ; des bouquetins qui grimpent une montagne et qui apparaissent de nul part (puisque aucunes des armées n’en a avant) ; l’orc qui détruit la glace et qui se projette depuis l’eau ; l’armée elfe qui débarque et que personne n’a entendu ; Legolas qui arrive à rester sur un pont qui se disloque sous ses pieds… Enfin voilà c’est gros, c’est trop gros pour être crédible. Un point aussi qui m’a gêné : Les 2 évocations de la mère de Legolas et Saroumane qui part vers Sauron. On en parle mais finalement ça sert à rien, ça n’amène rien alors qu’on attend quelque chose dessus.
    Les acteurs sont mauvais, mais ultra mauvais. Thorin louche sur la plupart de ses apparitions, Legolas j’en parle même temps tellement qu’il ne joue même pas : il récite son texte avec un air détaché (c’est pire que dans LSDA c’est dire !). Les seuls qui sauvent le truc son Bilbo, Gandalf et le Roi des elfes.
    Ce film est un viol de l’œuvre de Tolkien : Galadriel perd toute classe, elle devient juste un espèce de Power Ranger avec des pouvoirs magiques surréalistes, les 9 rois humains ne sont absolument pas effrayants comme ils pouvaient l’être dans le LSDA et sont dézingués dans une scène totalement inutiles et absolument risible. Je parle pas des mangeurs de terre qui sont juste des pompages des vers des sables

    Je ne parlerai pas du rôle d’Alfrid qui se veut comique mais qui est ridicule et absolument immoral puisqu’au final il part avec l’argent.
    La 3D est pas dégueulasse, mais alors le slow motion est BEAUCOUP trop utilisé et les combats sont beaucoup trop chorégraphiés. Je parle pas des effets spéciaux que j’ai rarement trouvé aussi laids (peut-être du aux 48 images/secondes)

    Bref ce film est ridicule, on ne croit à rien, ni aux combats, ni aux sentiments, ni à l’aspect comique, à rien en fait. J’ai passé 2h à rigoler, parce que le film se rapproche du nanar.
    La seule scène que j’ai vraiment apprécié est la toute dernière qui fait le lien avec LSDA.

    • http://marvelll.fr/ Marvelll

      Merci d’avoir mis la balise SPOILERS 🙂 Sinon, commentaire intéressant, même si je ne suis pas d’accord. C’est donc l’heure du débat 😀

      Expédié en cinq minutes quand même pas. C’est certes le souvenir qui reste, mais quand je l’ai revu la deuxième fois. Ça doit clairement s’approcher de dix minutes. Mais, surtout j’adore la fin du deux. Ça m’a rappelé L’Empire contre-attaque. La fin la plus nihiliste possible. Une phrase « Mais qu’avons-nous fait ? » et une coupure ! Boum, c’est terminé !

      Après pour se rappeler où on en est. Là, je trouve que tu abuses, il n’y a pas grand-chose à se souvenir. Smaug attaque Lacville. Point barre. Pour ma part, ça ne m’a pas posé de problème car une semaine avant, je me suis refait les deux premiers Hobbit, ainsi, j’ai vu le troisième épisode vraiment à la suite. Et c’est ça dont il est question, c’est une VRAIE trilogie. Pas trois suites indépendantes.

      Pour la flèche qui tue le dragon. Déjà, c’est une flèche noire, et en plus, elle est tirée direct sur le cœur de Smaug. Comment veux-tu que le dragon survive ? C’est sûr que ça fait drôle de voir une masse pareille mourir avec une flèche.

      « Un mur de 20m avec escalier construit en 1 nuit par 10 nains », euh, je ne vois pas trop de ce qu’il y a d’impressionnant. Ce sont des nains. C’est leur taf. Et en plus, ils prennent des blocs de pierre d’un mètre de hauteur. Ça va vite.

      « des bouquetins qui grimpent une montagne et qui apparaissent de nul part
      (puisque aucunes des armées n’en a avant) »… Euh, le cousin de Thorin avait bien une monture, alors pourquoi les nains n’en aurait pas en réserve ?

      « l’orc qui détruit la glace et qui se projette depuis l’eau » La scène fait cool quand même.

      « l’armée elfe qui débarque et que personne n’a entendu » La blague est marrante.

      « Legolas qui arrive à rester sur un pont qui se disloque sous ses pieds… » Mais attends dude, c’est Super Legolas !

      « Enfin voilà c’est gros, c’est trop gros pour être crédible. » C’est là, le problème. Le film est fait pour être fun. La crédibilité, on s’en fiche un peu. Moi personnellement, ces détails, je m’en foutais un peu. Ça m’éclatait et c’est le but. On n’est pas dans Il faut sauver le soldat Bilbon.

      « Un point aussi qui m’a gêné : Les 2 évocations de la mère de Legolas et Saroumane qui part vers Sauron. On en parle mais finalement ça sert à rien, ça n’amène rien alors qu’on attend quelque chose dessus. » Alors là, tu m’épates. D’un, la mère de Legolas amène un moment émouvant et ça permet d’étoffer le personnage de Legolas. De deux, Saroumane qui part vers Sauron, c’est juste l’introduction du Seigneur des Anneaux et ça indique pourquoi Saroumane a change de camp. Il faut bien penser que Peter Jackson a prévu Le Hobbit pour être une hexalogie. L’hexalogie de la Terre du Milieu.

      Pour les acteurs, je les ai tous trouvé très bon, surtout Thorin (en quoi le fait qu’il louche est un problème, l’acteur a les yeux qui s’écartent, et alors ? Franchement, dire qu’il est mauvais parce qu’il louche…). Pour Legolas, je l’ai même trouvé moins insupportable que dans Le Seigneur des Anneaux, car il est en souffrance dans la trilogie du Hobbit, à l’inverse du Seigneur des Anneaux, où on n’a jamais l’impression qu’il galère.

      « Ce film est un viol de l’œuvre de Tolkien : Galadriel perd toute classe, elle devient juste un espèce de Power Ranger avec des pouvoirs magiques surréalistes » Le pouvoir de son anneau Nenya est la protection contre le mal. Après, la représentation du pouvoir, j’ai trouvé ça cool. Elle se transformer en Dark Elf et ça faisait stylé. En tout cas, ça m’a fait vibré. Après les goûts et les couleurs. Pour les rois humains, j’ai beaucoup le combat; Je trouvais que ça change un peu. Surtout en 3D qui rend la transparence époustouflante.

      Pour Alfrid, c’est du pur Jackson. C’est génial. C’est un salaud et il le sait. Ça change. Et c’est quoi le problème que ce soit immoral ?

      « Les combats sont beaucoup trop chorégraphiés », là, je ne comprends pas…

      Pour le HFR, j’ai toujours voulu l’éviter. Je ne voulais pas que ça me gâche le visionnage et d’après, ce que tu me dis, j’ai eu raison 😛

      Après, là, on est clairement en désaccord. Mais je respecte ton avis. En fait, ce que tu dis, ça me fait un peu penser à ce que j’ai pensé d’Interstellar. Le film m’est passé par dessus la tête. Mais le truc que je suis curieux de savoir, c’est de savoir qu’est-ce que tu attendais.

      • Soryu_Zep

        Déjà moi Interstellar j’ai adoré, ça m’a mis 3 baffes dans la gueule même si certains coté m’ont déplus mais c’est pas le sujet ;).

        En fait j’ai bien aimé le premier film avec les clins d’oeils au Seigneur des anneaux du début, je trouvais le film assez fun même si un peut trop culcul mais bon le Hobbit en livre c’est pour les enfants, pas de problème.

        Puis à partir du 2, ça se gâte: Le côté quête, aventure est laissé de côté et on est dans une surrenchère de scènes sans queue ni tête. L’impression que m’avait laissé le 2 (je ne l’ai pas revu depuis sa sortie) c’est d’avoir été divisé en 3 et réalisé par 3 mecs différents enfin bref j’avais pas aimé.

        Mais là non, j’ai détesté ce film.
        Pour les bouquetins non le cousin nain est sur un animal louche mais il est le seul à être sur une monture, les autres nains sont à pieds (et se font marcher dessus par des elfes en slow motion – C’est une habitude après Legolas qui danse sur les tonneaux. Je l’ai pas mentionner mais ça aussi c’est complètement ridicule) Tout comme le cousin qui tue les orcs avec sa tête. 2 orcs c’est rigolo, mais après c’est juste lourd.

        Tu dis que le film est fait pour être fun. C’était vrai pour le 1 qui est un film d’aventure assez enfantin, assez léger et plutôt tendre. Les suites c’est juste de la surrenchère partout d’effets spéciaux pas beaux.

        Et je campe sur mes positions la maman de Legolas c’est pas émouvant pour un sou. Et Dieu sait que j’ai les larmes aux yeux pour rien mais là non ça marche pas, la relation entre la fille elfe et le nain non plus c’est absolument pas crédible.

        Le problème c’est que ce film casse ce qui m’avait fait adoré l’univers de Seigneur des Anneaux :

        – Galadriel est belle, je connais pas l’histoire de son anneau (punis -moi !) mais j’adorais le côté magnifique reine hautaine qui pète un câble en voyant l’anneau dans le 1 puis qui donne des conseils, là non ça me casse mon image du personnage !
        – Dans mon interprétation du Seigneur des anneaux, Saroumane tombait « du côté obscur » pour avoir abusé des pierres de visions, qu’il voulait aller chercher du côté de la magie pas cool. Là aussi ça me casse mon personnage qui avait franchement la classe puis qui l’a plus puisqu’en fait Sauron lui a dit qu’il avait des gateaux puis ils sont devenus pote. Merci LE HOBBIT !

        Quand je te dis que les combats sont trop chorégrahpié c’est qu’on y croit pas, c’est pas la guerre, c’est un ballet du Bolshoï le truc. Il y a pas de bataille qui file les frissons comme l’introduction de la communauté de l’anneau, comme les ourouks-hai qui tapent le sol du Gouffre de Helm, ou alors les armées du Mordor qui sortent de Minas-Morgul.

        En définitif j’ai passé 2 à rire tellement que c’était ridicule, ça m’a brisé toutes mes certitudes sur le Seigneur des Anneaux. 2 films auraient laaaaargement suffit à mon humble avis 😉

        • http://marvelll.fr/ Marvelll

          Effectivement, je crois qu’il n’y a pas grand chose à dire. T’as pas été pris dans le jeu. C’est dommage, mais bon. Par contre, je soupçonne que tu souffres de « Legolasphobie » pour ne pas avoir été ému par le passage de la maman. Je sais que c’est, j’avais la même chose dans Le Seigneur des Anneaux. Chaque passage avec Legolas était un supplice pour moi. Il était tellement parfait que ça m’énervait. Du coup, le voir plus humain dans cette trilogie, ça m’a fait du bien 😀

          Après pour l’histoire des bouquetins, j’attends de voir la version longue. Car effectivement, certaines séquences donnent vraiment l’impression d’avoir été coupées dans cet épisode. En même temps, quand tu sais qu’il manque 30 minutes…

          Par contre, ça ne règle pas les scènes d’actions. Personnellement, je préfère quand c’est chorégraphié plutôt que de voir des mecs en train d’essayer de se taper dessus, mais pas trop fort pour pas se faire mal. Il y avait un film récent qui m’avait foutu ça, ça m’a ruiné le kiff. Après, j’ai trouvé ça toujours très juste. Le passage où les elfes sautent par dessus les nains en slow-motion, j’avais vibré dessus.

          Pour Galadriel, je trouve que ce qu’elle fait dans Le Hobbit rend ses actions plus logiques dans Le Seigneur des Anneaux où je m’étais toujours demandé pourquoi elle ne participait pas à la Guerre de l’Anneau. Là, on comprend, elle est trop affaiblie.

          Pour Saroumane, ça ne remet pas en cause qu’il ait été corrompu par le palantíri, juste ça donne une idée pourquoi il a succombé. Voir la terreur s’inscrire sur son visage quand Sauron débarque le démontre bien.

  • HurleyFoxy

    Pour ma part mon avis est un peu partagé sur ce film. Cette Bataille des Cinq Armés reste dans la continuité des deux films précédents dans sa réalisation mais se démarque par son coté épique, principale attraction, vendu depuis le début par Peter Jackson. Au final il nous en met plein les yeux, pas de soucis là dessus mais au détriment d’un scénario un peu trop vide et des personnages laissés à l’abandon. Ce n’est bien sur que mon avis personnel. Le Hobbit reste cependant LE film incontournable de ces fêtes de Noel.

    • http://marvelll.fr/ Marvelll

      Je compte beaucoup sur la version longue qui va arriver l’année prochaine pour régler certains problèmes du scénario. C’était déjà le cas sur le deux qui souffrait de quelques problèmes de narration impeccablement réglés avec la version longue.

  • Sad_7

    Cher Marvell,

    Merci beaucoup pour cet article ! Je suis entièrement d’accord avec toi.

    Vraiment, je m’étonne parfois de la froideur de certaines critiques. À mon sens, The Battle of the Five Armies boucle une oeuvre extraordinaire. Mieux, c’est une oeuvre extraordinaire en soi : une chorégraphie sans défaut de scènes, de tropes inoubliables, à une échelle vraiment légendaire.

    Peter Jackson a immortalisé l’oeuvre d’un « faiseur de mondes » de génie. C’est du grand, du très grand art.

    • http://marvelll.fr/ Marvelll

      Enfin quelqu’un de d’accord avec moi 🙂

      Et comme toi, je suis surpris de la plupart des critiques qui descendent le film.

  • Yannick Lizier

    Enfin vu le Hobbit 3.

    ATTENTION SPOILERS

    Points positifs :

    – La bataille de Dol Guldur plus intéressante que celle d’Erebor, même si je sais pas quoi penser de l’idée de « Dark » Galadriel.

    – J’ai bien aimé Thranduil.

    – Les acteurs font le boulot.

    Points négatifs :

    – Smaug avait déjà été bien humilié dans le 2, autant finir le boulot…

    – Surpris par l’importance d’Alfrid.

    – Zéro intérêt pour la chose qu’est Tauriel.

    – Le traitement de Legolas…

    – Le chef nain sur un cochon, il pouvait pas avoir une chèvre sortie de nulle part comme les autres…

    – Les vers géants inutiles.

    – La mort ridicule de Kili et de Thorin…

    – Une fin trop rapide.

    Bilan : C’était drôle et je l’ai vu avec ma mère grâce à des tickets gratuits, c’est déjà ça.

    • http://marvelll.fr/ Marvelll

      – Smaug humilié dans le 2 ? En quoi ?
      – C’est un running gag comme Peter Jackson les affectionne. Moi, perso, j’ai trouvé ça sympa, surtout qu’au final, la morale… Elle va se faire foutre.
      – J’ai adoré l’histoire d’amour entre Tauriel et le nain, c’était vraiment beau. Un peu de douceur en ce monde de brute 😛
      – Legolas est enfin devenu humain. Ça fait plaisir.
      – Une chèvre ? Mais elle se serait fait aplatir. Le cochon, c’est beaucoup plus classe.
      – Pour les vers géants, elles servent surtout à expliquer comment l’armée du mal a réussi à débarquer sans se faire repérer.
      – Morts ridicules ? En quoi, perso, j’ai trouvé ça tragique et abrupte.
      – Une fin trop rapide. Je suis à la fois d’accord et non. D’un, ça manquait d’une scène d’enterrement. De deux, au cinéma, beaucoup avaient reproché la fin à rallonge du Retour du Roi. Il faudra donc patienter la version longue pour une fin digne de ce nom.

      • Yannick Lizier

        Smaug est humilié par des nains et un hobbit et décide de se venger sur des humains, puis comme un méchant de seconde zone, fait tout un speech pendant que Bard fabrique un arc-mioche…
        Tauriel et le nain, ça tombait à plat…
        Heureusement qu’il y avait son père comme excuse, car Legolas était là pour les fans et l’action.
        Entre un cheval, un poney, un bouc (qui surgit de nul part), un sanglier, un cochon est vraiment ridicule…
        Kili rate son coup comme un aveugle, et Thorin va à la pêche du saumon-Azog.
        Et non, c’est la version ciné, si elle a des défauts, je vais pas revoir mon appréciation car la version longue est meilleure.

        • Sad_7

          Je me permets de devancer Marvelll ! :p

          Je voudrais ajouter que sans Alfrid, il n’y aurait aucun contrepoint à la grandiloquence qui risquerait d’imprégner le film. C’est un personnage amoral, car fait pour contraster avec les personnages honorables qui se préoccupent exclusivement du bien de leur peuple, de l’honneur de leur race, etc. Je l’ai bien aimé. Il était plus fun que Grima, aussi ! 🙂

          Pour Smaug, c’est un de mes personnages favoris. J’ai aussi regretté sa fin… Mais c’est l’histoire. Bard tue le Dragon avec la flèche noire (magique) de Girion, profitant du défaut dans sa cuirasse. Pour ma part, j’ai trouvé ça parfaitement construit. Smaug est un être extrêmement arrogant : face au seul humain qui ose le défier, il m’a paru naturel que, fidèle à lui-même, il fasse une petite pause dans sa visite de courtoisie (déjà bien en train) de la ville, en le tourmentant avant de l’achever. Avec les méchants, on ne peut pas réinventer à la roue sans cesse ! Ça donnait très bien… (« HOW NOW SHALL YOU CHALLENGE ME? » *_*)

          Tauriel et Kili : comme dit Marvelll, un peu de douceur pour contraster ! Oui, ça tombe à plat : à mon sens, ça change des « happy end » et c’est en phase avec la tragédie d’une guerre. La fin de leur amour aura aussi servi à réchauffer le bloc de glace poitrinaire de Thranduil – et de là, sa relation avec Legolas. Parlons-en, de Legolas : fan service peut-être, mais en fin de compte, je n’y ai pas vu d’inconvénient. Il a été très bien intégré à l’histoire, il ne faisait pas tapisserie.

          La monture de Dain, je la qualifierais plutôt de « phacochère de guerre ». Et la charge d’un phacochère géant, ouais, c’est impressionnant ! On avait déjà beaucoup de montures différentes, avec les Wargs et l’élan de Thranduil. Pour moi, ça fait partie de l’ambiance. Dans un univers aux races tellement diverses, auraient-ils tous dû avoir des chevaux ?

          Pour la mort de Kili, c’est peut-être un peu « non-professionnel » en effet. Mais je garderais à l’esprit le fait que Kili, comme Tauriel, sont de jeunes guerriers, plus enthousiastes et moins expérimentés que leurs aînés. Par contre, pour le combat Thorïn / Azog : je suppose que c’est une question de sensibilité. Pour ma part, j’ai adoré ! Azog sous la glace m’a rappelé les Marais des Morts du SdA. C’était un duel formidable, digne de conclure le conflit ancestral entre Azog et la famille de Thorïn.

          Enfin, j’ai l’impression que pas mal de critiques – pas les tiennes en particulier, Yannick Lizier, je pense à ce que j’ai lu sur d’autres sites – (« l’élan est ridicule », « un Orc qui détruit la glace par-dessous, ça se peut pas », « une seule flèche a tué un dragon »)… sont un peu à côté de la plaque. C’est une oeuvre de high fantasy ! Si l’on a à ce point du mal à entrer dans l’ambiance, à juger selon les codes du genre… peut-on être équitable ? Par exemple, Legolas bondissant sur le pont qui s’écroule : dans les films de wuxia comme Tigre et Dragon, critique-t-on aussi les personnages qui volent par-dessus les bâtiments ? C’est une figure de style. Et dans son genre, j’estime que Jackson a réussi un fabuleux et harmonieux assemblage de figures de style – de face à face épique en bataille massive, de dilemmes déchirants en pauses comiques. Bref, énormément de scènes ont fait battre mon petit coeur de fantasy-fan.

          Mais il m’avait semblé que même si on n’aime pas particulièrement ce genre, même si on n’accroche pas à Tolkien, on peut quand même constater que l’équilibre atteint, l’oeuvre construite par Jackson relève bien du grand art – épique et cinématographique.

          • http://marvelll.fr/ Marvelll

            Pfiou, tu m’as arraché les mots de la bouche, Sad_7. La réponse juste parfaite !

            Après, concernant le saumon-Azog (c’est du troll, mais du beau troll, il faut le souligner), je ne trouve pas si gênant, car il y a un décalage entre le moment où Azog ouvre les yeux et celui où il sort de l’eau. On peut aisément imaginer qu’il en a profité pour prendre de l’élan en plongeant un peu avant de surgir comme un magnifique saumon. Certes, à l’écran, ça va vite. Mais ça tient parfaitement la route : il ouvre les yeux, plante le pied de Thorin pour le retenir, plonge un coup et surgit tel le monstre des cauchemars pour massacrer Thorin. Franchement, je ne vois pas pourquoi on a fait tout un cirque de cette scène.

            Sinon par rapport à la version longue, je ne dis pas qu’elle doit effacer la version cinéma (moi, je la trouve déjà magnifique). Mais ce sera le vrai film voulu par Peter Jackson. Quand tu vois ce qu’ont apporté chaque version longue…

          • Yannick Lizier

            Si tu as réussi à avoir autant d’intérêt à Alfrid, tant mieux pour toi, je vois pas ce que je peux dire d’autre.

            Je n’ai jamais reproché pas qu’une flèche ait tué Smaug, mais ce qui se passe avant était ridicule et drôle !
            C’est classe de voir la puissance de Smaug en attaquant la ville, mais face à Bard, il se comporte comme un vulgaire méchant…
            Un speech, et je marche au lieu de voler ou de cracher du feu, ça m’a fait rire !

            Honnêtement, à part l’action, Legolas n’a rien apporté, on aurait pu utiliser ce temps pour approfondir Tauriel-Kili ou bien autre chose.
            Alors oui, Legolas qui court sur un pont détruit, c’est une scène d’action inutile à mes yeux.
            Quand j’y pense, Tauriel-Kili a tenté une relation elfe-nain, mais c’était si grossier que je me suis dit qu’on a crée un personnage féminin juste pour une amourette…

            Par contre, pour le cochon, tu pourras jamais me convaincre que ce n’était pas affligeant.
            Et pas besoin d’un cheval, il y avait bien des boucs, alors un cochon…

            Bref, seul le premier Hobbit m’a vraiment captivé, même s’il avait des défauts.
            En tout cas, avec cette trilogie, Jackson m’a vacciné, mais j’attends quand même ses prochains films.

          • http://marvelll.fr/ Marvelll

            Je ne vois pas en quoi c’est gênant pour Smaug, vu qu’il fait exactement la même chose à Bilbon dans le 2. C’est une créature millénaire. Il ne lui viendrait même pas à l’esprit qu’il puisse mourir. Donc il se pavane dès qu’il peut et prend un malin plaisir à torturer psychologiquement (surtout qu’il sort d’un très long sommeil, donc il est en pleine forme). Il ne faut pas oublier que c’est un psychopathe.

            Sinon, je trouve que cette nouvelle trilogie rend Legolas plus profond comme avec l’histoire de sa mère et surtout son père. Dans la trilogie de Frodon, je le trouvais trop lisse, trop parfait.

            Pour la relation elfe-nain, je me demande si Kili n’a pas un père elfe. Pourquoi je dis ça ? Parce qu’il n’a vraiment pas la carrure d’un nain. On dirait juste un elfe miniature. De plus, le sujet du père n’est jamais abordé. Seulement la mère, Dís.

            Pour le cochon, moi, je l’aime bien. Je trouve qu’il colle bien avec son maître Pied d’Acier qui a vraiment un caractère de cochon 😀

          • Sad_7

            Bah, je reste d’accord avec Marvelll… Dommage que tu n’aies pas apprécié ! ^^ Parce qu’en se laissant entraîner (ce qui m’a été facile *_*), c’est du tout grand spectacle, exploitant à plein les fabuleuses ressources du 7e art d’aujourd’hui.

            Juste une chose : plus j’y pense, plus je trouve le « cochon » un bon choix de monture… Déjà oui, à cause du caractère de cochon des nains ! Mais aussi parce que tout bien réfléchi, ça sied au côté… « écossais » de Daín.

            Dans son expression, (« I’ve got a wee proposition »), il est so Scottish. Je trouve qu’on peut y lire un clin d’oeil de Jackson à cette affectueuse façon qu’a Tolkien de pasticher les peuples de Grande-Bretagne : par exemple, les Hobbits casaniers, un peu procéduriers, illustrent son idée des Anglais affables et pacifiques… (« We have no use for adventures. Nasty disturbing uncomfortable things! Make you late for dinner! »)

            Or si on considère Dain sous cet angle, on peut noter que le sanglier est un animal phare de l’héraldique écossaise : http://en.wikipedia.org/wiki/Boars_in_heraldry#Family_coats_of_arms. Et pour les qualités qu’il représente – la férocité au combat, l’hospitalité des festins – il symbolise parfaitement les Nains en général. (Mieux que les bouquetins. Mais c’est plus pratique en montagne, ce qui expliquerait qu’ils en ont plus…) Bref, considérer les porcs comme des animaux « ridicules » est aussi un biais culturel. En l’occurrence, je trouve qu’en creusant, le choix est justifié à plusieurs niveaux ! (Et démontre que même s’il chevauche un cochon, il est imprudent de se moquer d’un chef de guerre nain. Herm.)

            J’ai hâte de savourer la version longue ! En attendant, j’irai peut-être voir Enigma, tiens… Ton nouveau wallpaper donne envie o/

          • Sad_7

            (… Par quoi je voulais dire The Imitation Game, of course. Je file brûler des cierges pour qu’Alan Turing et Benedict Cumberbatch me pardonnent !)

          • http://marvelll.fr/ Marvelll

            Ah, ah, en même temps, Enigma, ce ne serait pas un mauvais titre pour ce film. Mais bon, quand tu vois le film, The Imitation Game, ça sonne plus classe.

            Et il ne faut pas non plus oublier Foxcatcher, l’autre bombe de ce mois.

          • Yannick Lizier

            Désolé, mais je trouve pas les porcs ridicules, mais l’idée d’un porc comme monture de guerre, si.
            Un sanglier aurait été mieux.

          • Yannick Lizier

            Malheureusement, je trouve que cette trilogie enfonce le personnage de Legolas, mais l’intention était louable.
            Au moins, j’ai beaucoup aimé son père.
            Quand au physique de Kili, si j’étais méchant, je dirais que Thorin et Kili sont des personnages importants, donc on a cédé à la facilité pour les rendre classe, ils ressemblent plus à des humains qu’aux nains déjà vus.

          • http://marvelll.fr/ Marvelll

            En réfléchissant, je viens de me rappeler d’avoir vu dans les bonus qu’il a été spécifié que Fili et Kili ont peut-être un père elfe ce qui explique leurs morphologies si différentes de leurs camarades (même Thorin ne ressemble pas autant à un elfe miniature). D’ailleurs, dans le premier, dans la scène du repas à Fondcombe, on voit que Kili mate une elfe et ses camarades se moquent de lui après l’avoir découvert en disant que c’est très moche un elfe.