Critique : WandaVision – Épisode 1 et 2

Ma sorcière (rouge) bien-aimée

Fiche

TitreWandaVision Titre VO
CréateurJac Schaeffer RéalisateurMatt Shakman
Acteurs Elizabeth Olsen, Paul Bettany, Teyonah Parris, Kathryn Hahn, Debra Jo Rupp
Saison1 Épisodes1 et 2
Date de sortie15 / 01 / 2021 Durée29 et 36 mn
GenreComédie, Drame, Mystère, Romance, Science fiction ChaîneDisney+

Wanda Maximoff et Vision, deux super-héros menant une vie des plus normales, commencent à se douter que celle-ci n’est pas aussi parfaite qu’elle en a l’air.

Critique

Enfin, ma dose de Marvel Studios. Je me suis carrément levé pour me mettre au garde-à-vous lorsque le générique a débuté.

Avec WandaVision, je pensais attaquer une nouvelle sorte de critique. Dehors la critique de saison, place à la critique épisode par épisode. Pour chaque vendredi donc. J’ai déjà hâte de vibrer avec vous au rythme des épisodes. Exceptionnellement, celui du jour concernera deux épisodes et ne comportera pas de spoiler, car il s’agit d’une introduction. Néanmoins, par la suite, j’en ferais (accompagné d’un avertissement naturellement).

Ma première surprise dans ces retrouvailles avec Wanda et Vision a été de constater l’absence totale d’action sur les deux premiers épisodes. Alors que je m’attendais à ce que la partie « sitcom » ne soit traitée que partiellement. Genre avec plusieurs styles par épisode. C’est le contraire, en fait.

Tout l’épisode en question est un épisode de sitcom d’une période donnée. Ainsi, l’épisode 1 correspond au style de la première affiche de la série (sixties, donc) tandis que le second correspond à la deuxième affiche (seventies). Dès lors, il faudra s’attendre à ce que six épisodes sur les neuf prévus au total soient des épisodes de sitcom, avec un changement de génération à chaque fois.

Dans la matrice sitcomienne

Le changement de décennie entre le premier et le second est d’ailleurs fin, mais palpable. Au final, c’est une jolie prouesse qu’ils ont accomplie. En effet, tout l’épisode est imprégné du style de l’époque à laquelle il est rattaché, que ce soit au niveau de l’écriture, de la réalisation et du jeu des acteurs (en passant, Elizabeth Olsen est magnifique, elle rayonne littéralement). Mieux, malgré une certaine ringardise (voulue, je vous rassure), certaines blagues font mouche.

Évidemment (on le savait déjà grâce à la bande-annonce), quelques bugs dans la matrice, comme ces curieuses publicités avec des références marquées et pas anodines, permettent de constater que les choses ne sont pas ce qu’elles semblent être. Cela installe un mystère plutôt excitant, propice aux hypothèses. En tout cas, à la fin de l’épisode 2, je n’ai eu envie que d’une seule chose. Regarder l’épisode suivant. Ça va être dur d’attendre une semaine. Bref, le syndrome Mandalorian est de retour et je n’en suis pas mécontent.

Par calmé par sa dose.

Conclusion

WandaVision débute avec un style totalement déroutant. On ne nous avait pas menti, Marvel Studios a bien l’intention d’offrir un voyage inédit dans le MCU avec sa première série Disney+. Vivement l’épisode suivant.

+

  • Dépaysement totale
  • Déclaration d’amour aux sitcoms 60’s et 70’s
  • Elizabeth Olsen
  • Mystère s’installant petit à petit

  • On a (beaucoup trop) envie de voir la suite
8/10

Pin It on Pinterest