Critique & Test Blu-ray : M. Popper et ses pingouins

Mimi, ses pingouins

Fiche

D’après le roman de Richard et Florence Atwater
Réalisateur(s):Mark Waters (Les Chroniques de Spiderwick, Et si c’était vrai…)
Scénariste(s):Sean Anders et John Morris (La machine à démonter le temps), Jared Stern
Acteurs:Jim Carrey (I Love You Phillip Morris), Carla Gugino (Sucker Punch), Ophelia Lovibond (Sex Friends), Madeline Carroll (Kung Fu Nanny), Angela Lansbury (Arabesque)
Titre originalMr. Popper’s Penguins
Pays:États-UnisDate de sortie:20 juillet 2011
Genre:ComédieDurée:1h34
Enfant, Tommy Popper attendait impatiemment les occasions de parler par radio à son père, un explorateur toujours parti aux quatre coins du monde. Des années plus tard, Popper est devenu un brillant promoteur immobilier à Manhattan. Sa réussite lui a coûté son couple : divorcé d’Amanda, il ne voit plus ses enfants qu’un week-end sur deux. M. Popper mène une vie solitaire et luxueuse dans son appartement ultramoderne de Park Avenue, et il est sur le point de devenir un des associés de la prestigieuse firme qui l’emploie. Mais lorsqu’un matin, il reçoit l’ultime cadeau de son père décédé – un pingouin vivant, sa vie bascule. En cherchant à se débarrasser de l’animal, M. Popper va juste réussir à en récupérer cinq autres. Alors que les adorables bestioles transforment peu à peu son appartement en banquise, M. Popper voit sa vie déraper. Tout va y passer : le contrat de ses rêves, ses relations, sa vie. Mais grâce à six petits pingouins, M. Popper va découvrir que le bonheur peut aussi faire boule de neige…
Date de sortie Blu-ray/DVD:7 décembre 2011Format vidéo:1.85:1
Langues:Anglais (DTS-HD 5.1), Français (DTS 5.1)
Sous-titres:Français
Suppléments :« L’aventure de Looping et Schlingueur en Antarctique », Scènes coupées, Bêtisier, Zoom sur les pingouins, Le théâtre des pingouins marionnettes

Critique

Jim Carrey avec des pingouins, ça ne se refuse pas. Bien sûr l’ensemble respire bon la comédie familiale qui ravira davantage les gosses que les adultes avec une histoire que ceux qui ont connu la chute du mur de Berlin ont déjà vu et/ou lu des milliers de fois. C’était grosso modo la même histoire que Menteur, menteur.

L’histoire d’un mec (non, non, pas Coluche) qui se complait dans son boulot au point de renier sa vie sociale, ses enfants et sa femme donc. Un rapace aux dents longues, avides de gloire et d’argent mais qu’un coup du sort l’empêchent d’exercer correctement : impossibilité de dire des mensonges dans Menteur, menteur (avec un excellent jeu de mot entre Liar (menteur) et Lawyer (avocat)) et des pingouins dans Mr Popper. Par contre, ça ne finit pas pareil. Dans Menteur, menteur, le héros finit par se radoucir et arrête de mentir tandis que dans Mr Popper, il pète un plomb et explose les pingouins à coup de fusil à pompe avant de s’en servir comme dîner avec un délicieux : « Boulettes de viandes de pingouins marinés avec de la crème fraiche et des petits pois comme légumes ». Bien sûr, je plaisante mais ça aurait de la gueule non ? De quoi traumatiser une nouvelle génération après Bambi.

Sérieusement ? Ben, vous avez tous les clichés qui s’accumulent bien agencé comme il faut, perfectionné par les dizaines d’années d’expérience à ressortir la même soupe. Ça fonctionne à condition de ne pas être hermétique. La déception concernera Jim Carrey qui commence à prendre un petit coup de vieux et ne se permet plus autant d’excès comme il nous avait habitué. Son jeu change, il devient plus posé, plus propice à l’humour verbal.

Le point fort concerne les pingouins. S’ils sont moches (en termes d’effets spéciaux), ils disposent de suffisamment de personnalité pour qu’on s’y attache sans se forcer. Mention spéciale à Captain, le pingouin qui rêvait de voler.

Mais le must de M. Popper, c’est de retrouver Angela Lansbury, inoubliable L’Apprentie sorcière et devenue culte avec la série Arabesque.

Test

La qualité de l’image est irréprochable mais ça fout un contrecoup, l’excellente qualité de l’image rend les pingouins encore plus moches.

Au niveau du son, une simple DTS 5.1 pour le français alors que la VO bénéficie d’une DTS-HD 5.1. Mais bon comme c’est une comédie, on n’en tiendra pas rigueur.

Du côté des bonus, des tas de suppléments à visionner en famille mais l’ensemble respire trop l’inutile pour qu’on y prenne réellement du plaisir. Par exemple, le bêtisier ne dure que deux minutes et se révèle peu amusant.

A noter la présence d’un DVD du film (pour mettre vos gosses devant dans la voiture lors du trajet pour aller voir mamie).

Conclusion

Une comédie familiale qui donne exactement ce qu’on attend de lui. Alors bien sûr, le public adulte aura un peu plus du mal à y accrocher contrairement aux enfants mais j’ai vu tellement pire que ça reste correct.
+– les pingouins
– un film pour calmer les gosses
– les blagues morbides de Mr Popper envers son patron
– trame déjà vue et revue
– Jim Carrey en-deçà
5/10
Un blu-ray nickel techniquement mais aux bonus anecdotiques.
Image : 9/10Son : 8/10Bonus : 5/10
Trophée8/10

M. Popper et ses pingouins affiche

Pin It on Pinterest