Critique : Mon beau-père et nous

C’est toujours un plaisir de retrouver Ben Stiller et Robert de Niro pour le nouvel opus de la saga Mon beau-père et … réalisé par le chevronné de comédies Paul Weitz (la saga American Pie). Alors que vaut-il ? Supérieur à l’original ? Moyen comme le deux ?

Un casting au service de sa Majesté Stiller

Un des points forts du film est sans hésiter son casting. La plantureuse Jessica Alba fait son apparition et difficile de ne pas tomber amoureux de son personnage qui proclame des « Superstar » ou des « Check ». Lorsqu’elle « viole » Gaylord Focker (Furniker en VF), 99% des mecs dans la salle ont soupiré de jalousie.

Nouvelles apparitions dans le casting, les enfants Focker, deux acteurs déjà chevronné. Colin Baiocchi (le gosse qui pisse dans les toilettes de présentation du magasin dans Thérapie de Couples, c’est lui) et Daisy Tahan (vue dans la série Nurse Jackie) sont au centre des meilleurs sketches du film. Sans oublier un Harvey Keitel méconnaissable en entrepreneur escroc et Laura Dern (l’héroïne du premier Jurassic Park) en directrice de l’Harvard des maternelles.

On pourra aussi citer pêle-mêle Owen Wilson qui reprend son rôle de soupirant, Dustin Hoffman en papa Focker décidé à devenir un danseur de Flamenco, Barbra Streisand toujours dans son rôle de gourou du sexe, Blythe Danner la belle maman sexy, Teri Polo la femme Focker.

Les acteurs cabotinent mais…

… c’est tout de même une déception

Le film est tout mignon, on sourit. Je suis sorti du film content d’avoir revu cette grande famille complètement déjantée. Mais il n’y a rien de transcendant, j’ai assisté à une comédie américaine ce qu’il y a de plus classique.

Comme la plupart des sagas, le premier opus reste le meilleur mais celui-ci réfute la règle qui dit que plus les numéros deviennent grands, plus le film devient médiocre. Il est du même acabit que le deuxième.

Quel plaisir de revoir cette famille hors norme (un casting vraiment excellent). J’ai souri durant le film et rigolé à une ou deux blagues mais on est loin de retrouver l’excellence du premier opus. Un feel-good movie dans la lignée du deuxième opus. Je ne cracherais pas sur un quatrième opus.

La scène culte : la reprise de la fameuse scène du film Les dents de la mer, celle où le Shérif, après s’être rendu compte qu’il y a un requin sur la plage, hurle aux touristes de sortir de l’eau. Cette fois-ci avec une piscine à boules au lieu de l’océan et Robert de Niro dans le rôle du requin.

Note : 6/10

Pin It on Pinterest