Critique : Malignant

Wan se fait sacrément plaisir

Fiche

Titre Malignant Titre VO
Réalisateur James Wan Scénariste Akela Cooper
Acteurs Annabelle Wallis, Maddie Hasson, George Young, Michole Briana White
Date de sortie01 / 09 / 2021 Durée1h 51
GenreAction, Crime, Horreur, Mystère, Thriller Budget40 000 000 $

La vie de Madison Mitchell est perturbée lorsque de terribles visions viennent la hanter. Quelle est cette créature malveillante qui la poursuit et commet ces meurtres atroces ? Une nouvelle histoire originale par James Wan, le maitre de l’horreur.

Critique

Pour Malignant, on ne va pas dire que James Wan ait chamboulé beaucoup de choses. C’est presque un film pause-café entre deux Aquaman. Mais une pause-café de James Wan, ce n’est pas une critique pause-café de Marvelll. Lui, il a du génie. Du coup, même quand un génie fait caca, on regarde le produit de ses entrailles avec admiration tout en analysant sa texture.

Attends, attends, je ne suis pas en train de dire que Malignant, c’est de la merde. Je me suis laissé un peu embarqué par mon flot de pensée pour cette introduction. Désolé, je souffle deux secondes… et je m’y remets. Qu’est-ce que je disais, déjà ? Ah oui, James Wan, avec Malignant, il est dans sa zone de confort. Son genre de prédilection avec une star ayant fait partie de son univers Conjuring (Annabelle Wallis joue Mia dans les deux premiers Annabelle), son compositeur Joseph Bishara, son monteur Kirk M. Morri et j’en passe.

Un autre Conjuring ? Pas du tout.

Au vu de l’affiche, je m’attendais à un dérivé sans prise de risque de la saga des Warren (ou celle des trucs insidieux). Bref, de l’horreur façon épouvante. À ce jeu, la scène d’ouverture m’a prise de court. J’étais partagé entre consternation et fascination. Consternation, parce que les acteurs jouent comme des pieds sur des répliques à mourir de rire, principalement la punchline « It’s time to cut out the cancer. ». Fascination, car on y a un aperçu flou de la créature. Ben bordel, elle fout les miquettes.

Suite à cette introduction, j’ai encore été pris au dépourvu. Cette fois-ci, par le portrait de l’héroïne Madison jouée par Annabelle Wallis. Si l’ouverture donnait l’impression d’être devant un nanar dopé par un budget de 40 millions de dollars, l’exposition de la vie privée de Madison donne dans le drame social pas très agréable à suivre. Surtout que ma compagne est actuellement enceinte, renvoyant au statut de Madison. J’avais limite envie d’arrêter en me disant que ce n’était peut-être pas la meilleure période pour regarder ce genre de trucs.

Voilà un film qui ose

Par la suite, on se tourne vers un melting-pot foutraque de plusieurs sous-genres de l’horreur sans néanmoins se montrer particulièrement épatant. Reste que James Wan balance des plans ultra léchés. J’ai en tête cette excellente scène où on suit la fuite de Madison en mode GTA (les deux premiers), à savoir avec une vue au-dessus. Le tout avec des scènes de meurtre façon slasher particulièrement gores.

Plus on avance dans le film, plus Malignant prend de l’assurance et ose davantage. C’est ce que j’ai adoré. James Wan prend un plaisir malin à toujours surprendre le spectateur en ne restant pas sur des sentiers balisés. Pendant un moment, j’ai cru qu’on allait se taper un énième film d’horreur dans une maison hantée. Mais non, James Wan nous en sort rapidement. Etc. Jusqu’à une dernière partie absolument énorme. On accroche ou pas, mais moi, j’ai kiffé sa générosité. Le plus amusant, c’est plusieurs fois, on nous balance des clichés, mais arrivent ensuite des moments drôles jouant justement sur ces clichés. Un peu comme un nanar qui s’assume.

Par qui s’en souviendra de la séance.

Conclusion

Malignant est une curiosité. Alors que le nouveau long-métrage de James Wan se présente sous des aspects très classiques façon Conjuring, ce n’est pas du tout le cas. On a un joyeux bordel mélangeant plusieurs sous-genres horrifiques ponctué de bons moments comiques, une belle photographie et d’excellentes idées. C’est loin d’être parfait, mais c’est si généreux. En tout cas, j’ai beaucoup pris de plaisir, surtout dans la deuxième partie.

+

  • Réalisation de James Wan, comme d’hab
  • Cette deuxième partie WTF
  • Monstre flippant
  • Délicieusement goresque
  • Clichés amusants

  • Première moitié moyenne
8/10

Pin It on Pinterest