Critique : Laisse-moi entrer

Remake américain du film suédois Morse (lui-même tiré du roman Let the Right One In de l’auteur John Ajvide Lindqvist – merci Wikipédia ;-)). Le film original poétique et glauque a eu une énorme succès critique donc les américains se sont empressés d’acheter les droits pour en faire un remake deux ans à peine après l’original. Ayant beaucoup aimé Morse et curieux comme je suis, je suis donc allé le voir et surtout pour Chloe Moretz (incroyable Hit Girl dans Kick Ass). Alors ça vaut quoi ?
 

La Hammer

A l’ouverture du film s’affiche le logo de la Hammer en rouge sang. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’était la compagnie phare dans les sixities pour les films d’horreur (innombrables Dracula, La Momie, Frankestein, oui, tout ça, c’était eux). Ça faisait plaisir de les voir :-).
 

L’histoire

Un jeune garçon Owen (Kodi Smit-McPhee, déjà vu dans La Route dans le rôle du fils), délaissé par ses parents, est constamment martyrisé par des camarades de classes. Tout bascule le jour où Abby (Chloe Moretz), une jeune fille de douze ans, débarque dans l’appartement voisin. S’ensuit une histoire amoureuse d’adolescents. Mais la jeune fille n’est pas ce qu’elle est…
 

La critique

Franchement, j’ai été agréablement surpris. Le film ressemble beaucoup à celui de Morse toutefois l’ambiance glauque et poétique de ce dernier en moins. Par contre, là où il perd en ambiance, il gagne en rythme : dehors les passages un peu pompeux avec le père et le couple.

C’est drôle parce que j’ai acheté le Blu-ray de Morse, il n’y a pas longtemps (il y a environ 4 mois) donc le souvenir était très vivace surtout qu’il m’avait marqué. Principalement le jeu des deux acteurs principaux. Dans celui-ci, ils ne jouent pas de la même manière, Chloe Moretz et nettement plus souriante que son homologue suédois. Quand au garçon, l’original était plus trouble et plus attachant, le nouveau est plus lisse, moins torturé.

Par contre, qu’est-ce qu’elle est mignonne, cette Chloe ! 🙂

J’ai pas trop aimé la représentation en vampire du personnage dans Laisse Moi Entrer. Nettement moins marquant que celui de Morse. C’est quoi cette manie de « monstruauser » (mot inventé signifiant transformer en monstre ;-)) comme s’il fallait bien spécifier la différence entre un humain et un vampire. La représentation en vampire dans Morse était nettement plus inquiétant surtout la vision de son sexe (occulté dans la nouvelle version, pas étonnant venant de l’Amérique puritaine).
 

Critique des remakes américains

La confession du réalisateur de l’original fait mouche : « C’est assez triste que le grand public américain soit incapable d’entendre des langues étrangères. Pour moi ça sera intéressant si leur remake est original, s’ils parviennent à ajouter quelque chose de nouveau dans l’histoire. Sinon, si c’est pour faire un film « mainstream », je pense que c’est déplorable. ».
 

Conclusion

Matt Reeves (Cloverfield) signe un remake qui se hisse, pour une fois, à la hauteur de l’original tout en modifiant certains éléments qui apportent du rythme mais en contrepartie le film perd beaucoup en poésie.

Chloe Moretz quand à elle joue différemment de son homologue suédois et apporte une nouvelle vision du personnage (mais j’avoue avoir préféré celui de l’original, nettement plus inquiétant).

Note : 7/10 (8/10 pour l’original à titre de comparaison donc si vous pouvez, privilégiez-le)

PS : si vous n’avez pas vu Morse, vous pouvez ajouter un point à la note sans problème ^^.

Advertisements
A propos de l'auteur : (2857 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.