Critique : Da 5 Bloods: Frères de sang

Apocalypse Now: Sacré Graal !

Fiche

Titre Da 5 Bloods: Frères de sang Titre VODa 5 Bloods
Réalisateur Spike Lee Scénaristes Danny Bilson, Paul De Meo, Kevin Willmott, Spike Lee
Acteurs Delroy Lindo, Jonathan Majors, Clarke Peters, Norm Lewis, Isiah Whitlock Jr., Mélanie Thierry, Jean Reno, Chadwick Boseman
Date de sortie12 / 06 / 2020 (Netflix) Durée2h 34
GenreDrame, Guerre Budget35 / 45 000 000 $

L’histoire de quatre vétérans Noirs Américains – Paul, Otis, Eddie et Melvin – de retour au Vietnam pour retrouver la dépouille de leur ancien chef d’unité et découvrir un hypothétique trésor enfoui. Mais nos quatre aventuriers, accompagnés par le fils de Paul, visiblement préoccupé, affrontent la brutalité des hommes et de la nature, tout en subissant les ravages dévastateurs d’une guerre immorale qui a laissé des traces.

Critique

D’une pierre au lit (ceci est un jeu de mots bien pourri)

Une semaine après le très décevant The Last Days of American Crime, je vais lancer le nouveau film Netflix en espérant un meilleur sort. En plus, il s’agit d’un Spike Lee. Certes, un réalisateur très irrégulier, capable du meilleur comme du pire. Qu’est-ce qu’il lui a pris, par exemple, de s’atteler au remake d’Old Boy ? Néanmoins, quand il est à son meilleur, ça vaut le détour.

Niveau timing, un film afro-américain en pleine effervescence du Black Lives Matter suite au meurtre de George Floyd, on peut dire qu’il est bien tombé. Car pour être un militant engagé, le Spike l’est. En passant, pour l’anecdote, Da 5 Bloods était à l’origine intitulé The Last Tour. C’était un scénario de Danny Bilson et Paul DeMeo à propos de quatre vétérans blancs et Oliver Stone avait été, un temps, attaché au projet. Finalement, le producteur Lloyd Levin a eu le nez creux en proposant le projet à Spike Lee qui l’a accepté. Évidemment, il a repris le scénario avec son co-auteur, Kevin Willmott, ils ont travaillé ensemble sur BlacKkKlansman et Chi-Raq (rien à voir avec notre ancien président). Principal changement, les quatre vétérans blancs deviennent afro-américains.

Est-ce une comédie ou un drame ?

En soi, Da 5 Bloods: Frères de sang pourrait être un bon film. Seulement, un détail m’a fait sortir de la séance. En fait, un et demi. L’un l’a vraiment fait, l’autre m’a plutôt gonflé. Mais j’y viens après. Commençons avec le un.

Des flash-backs sur la période Vietnam des quatre vétérans sont proposés. Le premier est carrément l’une des deux plus grosses scènes d’action. Sauf que… Assez incompréhensiblement, les acteurs n’ont pas été changés. Juste un petit coup de teinture par-ci et par-là pour masquer le blanc des cheveux ou de la barbe. Attends, on parle bien d’un retour en arrière sur plusieurs décennies. Au lieu d’avoir 60 à 70 ans, les mecs ont l’air d’avoir entre 50 et 60. Bien loin donc, des 20 ou 30 ans qu’ils sont censés avoir. Ce coup m’a complètement sorti du film, car ça rend le tout tellement absurde comme sur une comédie des Monty Python. Bref, je ne savais plus sur quel pied danser. Faut-il se marrer ? Faut-il être tendu ?

Le Chevalier Noir

La suite m’a fait arriver à la conclusion que c’est soit un délire de Spike Lee, soit un manque de budget. En effet, ça reste sérieux de bout en bout avec une étude de personnages où le Paul de Delroy Lindo ressort particulièrement. On retrouve la patte du réalisateur fan de Knicks entre changement de ratio, brisement de quatrième mur et intégration d’hommages aux plus grands héros afro-américains. Par exemple, l’ouverture se fait sur Mohamed Ali. Un passage un peu obligatoire si on veut parler de la guerre du Vietnam des afro-américains.

Puis rebelote, encore un coup digne des Monty Python, plus précisément, le passage culte du Chevalier Noir dans Monty Python: Sacré Graal !. Un effet horrifique à pisser de rire. J’ai tangué sur le fil tendu de la narration dramatique. Encore maintenant, même avec le recul, je ne sais toujours pas si la scène en question devait être comique ou dramatique. L’effet horrifique me faisait pencher sur le premier élément tandis que le jeu des acteurs m’orientait vers le second.

« Les tuer pourquoi ? »

Quant au demi, c’est le côté militant de Spike Lee qui m’agace un peu. Il me fait l’effet de cet oncle qui ne cesse de rabâcher les mêmes histoires à chaque dîner familial. C’est bon, tonton, on a compris. Mais je ne peux que le considérer que comme une moitié de défaut au regard de la situation aux États-Unis. Il est clairement important de rendre la population afro-américaine, fière d’elle-même.

Quoiqu’il en soit, Da 5 Bloods reste un film appréciable à regarder surtout pour la performance de ses acteurs, sa traversée du Vietnam du point de vue de l’afro-américain et pour ses délires à la Spike Lee. Dès lors, les deux heures et demie ne semblent pas trop longues, même si ça tire parfois.

Par heureux d’effacer The Last Days of American Crime de sa mémoire.

Conclusion

Avec son premier film pour Netflix, Spike Lee livre un long-métrage engagé, parfois intéressant, mais malheureusement trop bancal pour se montrer pleinement réussi.

+

  • Du pur Spike Lee
  • Dynamique de groupe sympa
  • Vietnam d’un point de vue afro-américain

  • Parfois tellement cheap qu’on se demande s’il faut rire ?
6/10

En bonus, une intéressante masterclass par Spike Lee :

Pin It on Pinterest