Critique & Test Blu-ray : Judge Dredd

Poster du film Judge Dredd avec Sylvester Stallone
« I’m the law ! »

Date de sortie Blu-ray : 8 juin 2011
Éditeur : M6 Video

Réalisé par Danny Cannon (sa carrière n’a jamais décollé, il a principalement réalisé la suite de Souviens-toi… l’été dernier et des dizaines d’épisodes des Experts).

Avec Sylvester Stallone (un héros atomique), Armand Assante (un méchant atomique), Max von Sydow (un vieux atomique), Diane Lane (une bombe atomique) et Rob Schneider (un comique atomique, ouah ça rime).

Interdit aux moins de 12 ans
Date de sortie cinéma : 23 août 1995
Long-métrage américain
Genre : Science fiction, Action, Thriller
Durée : 1h32
Distributeur : UFD

Nous sommes en 2139, la planète a été ravagée par de terribles guerres atomiques. La vie subsiste dans des cités tentaculaires dont la capitale est Mega City One, mégalopole construite sur plusieurs niveaux. Pour assurer l’ordre, il y a les… juges!

La critique

Judge Dredd a longtemps trôné à côté de Demolition Man parmi mes VHS que je visionnais en boucle. Je suis conscient de ses nombreux défauts : armures en plastique (pire que celle de Thor), intrigue un peu bâclée, FX vieillot sans parler de l’ambiance ultra kitsch de l’ensemble. Mais le charme opère…

Même après l’avoir vu des dizaines de fois, je suis toujours mort de rire devant les répliques over the top du juge (« La loi, c’est moi ! », « Cette pièce est pacifiée ! »), je suis subjugué par la beauté de Diane Lane et surtout, je suis renversé par l’univers de Mega City One (son peuple au look improbable digne d’un opus de Street of Rage, ses immeubles, ses voitures, ses robots et surtout ses juges).

Beaucoup l’ont descendu à l’époque, surtout les fans de la BD originelle (violente et sérieuse) mais ce serait dommage de bouder cette adaptation non fidèle mais possédant ses propres charmes.

Les répliques cultes

Voix off du générique : Les membres de ce corps d’élite était à la fois police, juré et bourreau. C’étaient les Juges.

Juge Dredd : La loi c’est moi ! Et l’ordre ! Toutes vos armes me doivent être remises, tous vos quartiers sont en état d’arrestation.

Juge Dredd : J’étais sûr qu’il dirait ça.

Juge Dredd : Cette pièce est désormais pacifiée.

Fergie (Rob Schneider) : Allez, soyez sympa monsieur le juge… Dredd ?! Wow… J’tombe raide…

Juge Dredd : Il y a pas 24 heures qu’il est sorti de prison, c’est un récidiviste. Peine automatique de 5 ans. Qu’est ce que vous plaidez ?
Fergie : Non coupable.
Juge Dredd : J’étais sûr que vous diriez ça.
Fergie : Une peine de 5 ans ?! Non mais enfin ! Non ! J’avais pas le choix ! Ils se zigouillaient tous là-dedans !
Juge Dredd : Vous auriez pu sauter par la fenêtre.
Fergie : Du quarantième étage ?! Mais c’était suicidaire !
Juge Dredd : Peut être, mais c’était légal.

Juge Hershey (Diane Lane) : Vous n’avez jamais eu d’amis ?
Juge Dredd : Si, un seul.
Juge Hershey : Et alors qu’est-il devenu ?
Juge Dredd : Je l’ai jugé.

Directeur de la prison : Hé bien… le secret de la vie c’est quoi ?
Rico (Armand Assante) : Elle s’arrête !

Fergie : Je suis vivant ! Quel miracle ! [Dredd se relève] Ah… Vous aussi…

Juge Dredd : Tire leur dessus !
Fergie : J’me suis jamais servi d’une arme de toute ma vie !
Juge Dredd : T’es un drôle de criminel.
Fergie : Je suis un gentil criminel !

Dredd : Je t’exploserais moi-même la cervelle… Personnellement.

Lilsa : Sale pute !
Juge Hershey : Juge pute ! [coup de boule]

Le Blu-ray

Cas particulier : sur mon vidéoprojecteur Optoma 720p connecté sur la PS3, le blu-ray de Judge Dredd souffre. Dès que ça commence à bouger, l’image devient floue et des traits noirs apparaissent (je n’ai pas réussi à retrouver le nom de cet effet), extrêmement désagréable à regarder.

Surpris par cet effet digne d’un vulgaire DivX, je lance mon blu-ray sur mon ordi, l’effet n’est pas visible, c’est même magnifique. Donc je ne noterais pas l’image pour ne pas faire polémique.

Toutefois, je suis assez dubitatif en effet en regardant le nom de l’éditeur, je vois M6 Video or j’ai déjà eu un problème avec eux. Leur blu-ray de L’Incroyable Hulk ne fonctionnait pas sur les PS3 (les sous-titres disparaissaient au bout de quelques minutes) à tel point que j’ai dû me procurer la version américaine pour pouvoir bénéficier d’une édition blu-ray correcte.

Sachant que j’ai déjà regardé plusieurs centaines de blu-ray sur ce vidéoprojecteur et qu’aucun n’avait de problèmes, je me demande si ce n’est pas un problème spécifique au blu-ray Judge Dredd. Au moins, vous êtes prévenu.

Au niveau du son, du DTS HD en anglais et en français (restauration nickel).

Du côté des bonus, un making-of, une featurette (De la BD au film), des galeries d’images et un jeu inédit : Dredd Pinball Game qui demande à être installé sur PC (assez sympa).

Quel plaisir de revivre les aventures du juge Dredd ! Le côté ultra kitsch de l’ensemble fait mouche avec des répliques très bien senties, un humour inattendu et un trio d’acteur magnifique.

Sa scène culte : la première apparition de juge Dredd qui condense les meilleurs répliques du film et les meilleures scènes d’action.

Film : 7/10

Un blu-ray mitigé au niveau image (problème de mon installation ou du blu-ray ?) mais le reste est impeccable.

Image : ?/10

Son : 8/10

Bonus : 6/10

PS : on parle d’une prochaine adaptation du juge le plus impitoyable de tous les temps réalisé par Pete Travis (Angles d’attaque) avec Karl Urban dans le rôle principal et deux rôles féminins, Olivia Thirlby qui jouera le juge Cassandra Anderson et Lena Headey (la Sarah Connor de la série Terminator). Sortie prévue pour 2012.

Judge_Dredd

Et pour finir :

Advertisements
A propos de l'auteur : (2694 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Pour les répliques on reconnait la patte de Steven E. de Souza, le scénariste mongolien d’Hollywood, auquel on doit tout un panel de choses du même genre, dont notamment Commando ou Running Man (« attention je pourrais vous vomir dessus » « vu la couleur de ma chemise allez-y ça se verra pas »), et sans oublier ce qui le hissa au rang d’icône du mongolisme, Street Fighter – L’ultime combat, avec un Van Damme qui nous préparait déjà pour ce Judge Dredd. Heureusement Dredd l’aura foutu tricard lui et sa folie à Hollywood, permettant à de vrais scénaristes de mettre leurs mains dans des blockbusters comme Thor ou X-Men.
    Enfin ça reste un des piliers du blockbusters, même si ses calembours façon années 80 n’auront pas survécus aux années 90.

  • burtoniac

    Je veux !!!

  • Steven E. de Souza,, il m’a l’air extrêmement sympathique ce bonhomme 😛

  • Ouais il a fait les répliques de Running Man, Commando, Die Hard etc. (mais il est souvent crédité avec un autre type, je pense que c’est De Souza le maître des blagues eighties/nineties).

    Le distributeur de bouffe « Be kind and peaceful to each other. Eat recycled food. It’s good for the environment and okay for you »
    Dans le futur les appareils automatiques débitent vraiment des conneries (cf Demolition Man)

    Dredd : Does that come with a fork, handsome ? (t’es fourni avec une fourchette, belle-gueule ? — c’est quand il parle à Mean Machine)

    Sinon j’ai comparé le reste, c’est du mot à mot. Heureusement les blagues sont plus à base d’humour débile que de réels jeux de mots chiants à traduire. Et coup de bol ça colle avec le mouvement des lèvres (enfin moins pour toi, même pour moi d’ailleurs, des fois j’arrive à lire les « fuck ! » édulcorés en « chiotte ! » 😆 ).