Critique : WandaVision – Épisode 7 « Briser le quatrième mur » (avec spoiler)

« J’ai aussi tué Sparky. »

Fiche

TitreWandaVision Titre VO
CréateurJac Schaeffer RéalisateurMatt Shakman
Acteurs Elizabeth Olsen, Paul Bettany, Teyonah Parris, Kathryn Hahn, Randall Park, Kat Dennings
Saison1 Épisode7
Date de sortie19 / 02 / 2021 Durée38 mn
GenreComédie, Drame, Mystère, Romance, Science fiction ChaîneDisney+

Monica prépare son retour, Wanda gère des complications et Vision forme une nouvelle alliance.

Critique

Après Malcolm, place à la génération où j’aurais dévoré le plus de sitcoms de toute ma vie. Ah ça, pour en bouffer, j’en ai bouffé. Du coup, évidemment, j’attendais particulièrement cet épisode.

« Vous n’êtes pas censé parler. »

Encore une fois, c’est une petite déception, mais cette fois-ci plus mesurée, car j’étais préparé au fait que les hommages allaient être très brefs. Néanmoins, ils sont là. Principalement, avec The Office, le générique avec la fameuse tasse et les apartés cultes à la caméra, et Modern Family, cuisine pratiquement identique et Elizabeth Olsen parodiant à la perfection la Claire Dunphy jouée par Julie Bowen. Elle fait même son mouvement de tête.

Ils se sont aussi fait un petit plaisir en jouant avec les célèbres interviews à la caméra pour s’amuser de leur côté parfois pas très logique (il faut dire que ces interviews collent beaucoup trop parfaitement à la narration en cours de l’épisode) et surtout pour superbement teaser la révélation finale avec cette question inopinée.

Rythme toujours en berne, mais encore d’excellents moments

Avant de m’attaquer à cette révélation finale, je fais un bref tour de l’épisode. Pour le coup, le rythme ne s’est pas remis du coup de plomb dans l’aile pris dans l’épisode précédent. Le format de trente minutes ne suffit pas pour condenser les trois intrigues parallèles. Du coup, ça donne un rythme moins maîtrisé. Néanmoins, il faut reconnaître que les choses ont le mérite d’avancer dans le bon sens et vite (peut-être trop, en fait).

Surtout, deux éléments m’ont vraiment plu. Le premier, c’est le gag avec Darcy Lewis et Vision à bord du van (la figurine de la danseuse de Tahiti est-elle un clin d’œil à Agents of SHIELD ?). Le coup des travaux suivis par les gosses jusqu’à Vision se posant la question de pourquoi il est en train de parler à la caméra au lieu d’aller voir Wanda. C’était un moment cocasse comme je les aime.

Le second, c’est la naissance d’une nouvelle super-héroïne (reste à identifier son nom de code vu les très nombreux avatars de Monica Rambeau dans les comics). Le passage de Monica Rambeau à travers la barrière, avec cet échange mémorable de Captain Marvel et surtout cette réplique magique de Carol Danvers en fond, est un excellent moment. J’ai également adoré la façon dont sa vision a évolué. Un côté vraiment cool. Sans oublier, son atterrissage super-héroïque comme Deadpool les adore.

Qui déclenche toujours la panique ?

Alors là, c’est mon ultime coup de cœur de cet épisode. Qu’est-ce que j’ai kiffé ce passage ! Je l’ai déjà vu au moins quatre fois. De quoi je parle ? T’es sérieux avec ta question toute pourrave ? Tu veux que je te défonce ou quoi ? Hum… Désolé, j’ai des restes d’En passant pécho qui sont remontés… Bien évidemment que je parle du générique de la série Agatha all along. Non, mais là, ils ont vraiment fait super fort.

Ok, tous les fans avaient déjà grillé l’identité secrète d’Agnes. Non, il ne s’agit pas de Méphisto, mais tout simplement de la sorcière Agatha Harkness. Néanmoins, j’attendais avec impatience le moment des révélations. Alors qu’on se dirigeait vers un truc gothique lorgnant de près l’univers horrifique de Sam Raimi (Evil Dead et Jusqu’en enfer plus précisément – quoi de plus normal donc qu’il soit embauché pour réaliser Doctor Strange 2), bam, on nous file un générique old school servant également de révélations quant aux agissements d’Agnes. Pour finir, cette confession m’ayant cloué au sol. Elle a aussi tué Sparky ! Purée, ce rire démoniaque avant d’être achevé par l’horrible « Interruption momentanée ». Headshot parfait !

Encore une fois, comme sur l’épisode 4, WandaVision prouve que tout est entièrement maîtrisé. Les explications sont courtes, mais entièrement limpides. Il n’y a rien à redire. Toutefois, on notera qu’Agatha débarque dans un Westview déjà en mode sitcom, donc elle n’en est pas à l’origine, par contre c’est bel et bien elle qui est derrière le retour de Quicksilver sous les traits d’Evan Peters. Le plus génial avec ce générique final (sans oublier la scène mid-générique où Evan Peters ne semble pas du tout avoir le look de Quicksilver, WTF ?!), c’est que je ne sais absolument pas où va la série ensuite. Et ça, c’est absolument génial !

Je termine en rendant un magnifique hommage à l’actrice Kathryn Hahn. Elle me régale depuis le début. Ses mimiques me font, à chaque fois, craquer.

Par en train de chanter « Who’s been messing up everything ? It’s been Agatha all along. ».

Conclusion

Avec ce problème de rythme hérité de l’épisode précédent, Briser le quatrième mur de WandaVision se part tout de même d’un bel hommage aux sitcoms cultes de notre ère (The Office et Modern Family) tout en offrant un joli running gag, la naissance d’une super-héroïne (non, ce n’est pas Tornade) et surtout la plus belle scène des révélations de tous les temps. Mine de rien, ça fait cinq fois que je la regarde déjà.

+

  • Générique Agatha all along
  • Gag du van
  • Je vous ai dit que j’ai adoré le générique d’Agatha all along ?
  • Clins d’œil sympathiques à Modern Family et The Office
  • J’ai oublié de vous parler du générique d’Agatha all along ?
  • Naissance d’une super-héroïne
  • Sinon ce générique d’Agatha all along, il est génial, hein ?
  • Ne pas savoir où la série va ensuite
  • À part ça, il y a un super truc à la fin, avec Agatha

  • Rythme perfectible
  • Pas de Darcy Lewis en serveuse
  • C’est foutrement trop court
8/10

Pin It on Pinterest