Critique : Sully

Affiche française de Sully avec Tom Hanks

Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Fiche

D’après le livre Highest Duty de Chesley ‘Sully’ Sullenberger et Jeffrey Zaslow

TitreSullyTitre VO
RéalisateurClint EastwoodScénaristeTodd Komarnicki
ActeursTom Hanks, Aaron Eckhart, Laura Linney, Anna Gunn
Date de sortie30 / 11 / 2016Durée1h 36
GenreBiopic, DrameBudget60 000 000 $

Le 15 janvier 2009, le monde a assisté au « miracle sur l’Hudson » accompli par le commandant « Sully » Sullenberger : en effet, celui-ci a réussi à poser son appareil sur les eaux glacées du fleuve Hudson, sauvant ainsi la vie des 155 passagers à bord. Cependant, alors que Sully était salué par l’opinion publique et les médias pour son exploit inédit dans l’histoire de l’aviation, une enquête a été ouverte, menaçant de détruire sa réputation et sa carrière.

Photo de Sully avec Aaron Eckhart et Tom Hanks
« Mince, je viens de me rendre compte que j’ai oublié de mettre de l’essence… »

Critique

Décidément, Clint Eastwood aime les histoires vraies vu que Sully est la quatrième d’affilée qu’il réalise après J. Edgar (2011), Jersey Boys (2014) et American Sniper (2014). Aussi, il s’agit de sa première collaboration avec un autre monstre sacré du cinéma : Tom Hanks.

Ce qui m’a frappé en sortant de la salle, c’est que Sully n’est pas foncièrement un excellent film. C’est l’histoire vraie au cœur du long-métrage qui est touchante, pas le film en lui-même. Probablement embêté par le côté trop « bisounours » du fait divers, le scénariste Todd Komarnicki axe son intrigue autour de l’enquête de la compagnie aérienne sur la manœuvre du pilote Chesley « Sully » Sullenberger.

Inévitablement, il tente le tout pour le tout pour installer du suspense. Mais sérieusement ? L’issue, on la connaît et ça a le bémol de trop rappeler le Flight de Robert Zemeckis. L’homme n’a pas vraiment beaucoup de talent. En même temps, quand on voit que parmi ses rares faits d’armes, il a pondu le scénario du navet Dangereuse séduction (pour le terme synonyme de la plante herbacée de la famille des Brassicacées, je me fie aux voteurs d’Imdb).

Droit à l’essentiel pour une impressionnante reconstitution

Heureusement, ça a l’avantage de resserrer la durée du film qui approche l’heure et demie. Du jamais-vu pour un Clint Eastwood. Et je suis allé vérifier personnellement (vous vous rendez un peu compte de l’investissement ?) ses 37 films précédents. Le plus court avant Sully, c’était Un frisson dans la nuit avec 1h 42. Ils sont seulement dix à faire moins de deux heures.

Malgré un scénario assez bancal, le talent du réalisateur et son équipe est suffisant pour captiver de bout en bout. Notamment avec la reconstitution du « miracle de l’Hudson » dont les images d’archive présentées à la fin du film permettent de constater à quel point, ils ont été proches de la réalité. Cerise sur le gâteau, le dossier de presse m’apprend qu’ils ont filmé exactement au même endroit. Aussi, Chesley Sullenberger était vraiment impliqué dans le projet. Autant d’éléments authentiques qui avec la présence de Tom Hanks font que j’ai accroché au film.

Par charmé par cette histoire vraie, le16 novembre 2016.

Photo de Sully avec Tom Hanks et Aaron Eckhart
Suspense total. Le jury s’apprête à livrer son verdict concernant la plus belle moustache de l’année.

Conclusion

Une belle histoire vraie pénalisée par un scénario trop classique pour permettre à Sully d’être plus qu’un joli biopic. Quoiqu’il en soit, c’est un vrai feel good movie porté par un excellent Tom Hanks, une belle photographie et une impressionnante reconstitution et qui redonne un peu foi en l’humanité.

+

  • Le « miracle de l’Hudson »
  • Photographie toujours aussi léchée pour un Eastwood

  • Scénario « thriller » assez ringard
7/10

Pin It on Pinterest