Critique : Stranger Things 2

Que de nouvelles choses étranges

Fiche

TitreStranger Things 2Titre VO
Créateurs Matt Duffer, Ross Duffer
Acteurs Winona Ryder, David Harbour, Finn Wolfhard, Millie Bobby Brown, Gaten Matarazzo, Caleb McLaughlin, Natalia Dyer, Charlie Heaton, Cara Buono, Joe Keery, Noah Schnapp
Saison2Nombre d’épisodes9
Date de sortie27 / 10 / 2017Format50/60 mn
GenreComédie, Drame, Horreur, Mystère, Science fiction, ThrillerChaîne:Netflix

En 1984, les habitants d’Hawkins, dans l’Indiana, sont encore sous le choc des horreurs du Demogorgon et des secrets du laboratoire de la ville. Will Byers a été sauvé du Monde à l’envers, mais une sinistre présence continue à menacer les survivants.

Ah, c’est ça, le méchant de la saison. Hé ben, ça rigole plus…

Critique

Attention, cette critique contient des spoilers…

Inutile de revenir sur le phénomène Stranger Things. La série a débarqué sans crier gare et a tout fracassé sur son passage en prenant le meilleur des années 80. Elle est devenue une des séries les plus populaires de Netflix, si ce n’est la plus. Par contre, pour cette deuxième saison, la marche est plus haute, car Stranger Things 2 n’est pas dans la peau d’un outsider. Dès lors, la pression semble presque palpable sur les épaules des créateurs : les frères Duffer.

Démogorgon => Démogorgons

En citant Aliens, le retour parmi leurs influences, Matt et Ross Duffer ont clairement établi la principale direction que prend cette deuxième saison. En effet, si la première tournait principalement autour d’une intrigue à la Alien, le huitième passager avec le Démogorgon à la place de la créature mythique du regretté Hans Ruedi Giger. Cette suite bifurque vers quelque chose d’ambitieux plus apte à enrichir la mythologie du monde à l’envers. Exactement comme James Cameron l’avait fait en prenant le relais de Ridley Scott. Les frères Duffer ont même poussé le vice jusqu’à embaucher Paul Reiser (Carter Burke, le mémorable avocat de la compagnie Weyland-Yutani, dans Aliens, le retour). À la place de la Reine Alien, on retrouve le Flagelleur Mental. Le background et le look du monstre le placent très vite parmi les créatures les plus cultes, avec le Démorgogon. Pour ma part, il est même devant ce dernier.

L’une des choses que j’ai beaucoup aimées avec cette saison. C’est le démarrage presque tout en douceur. Les frères Duffer ont pris le temps. Le temps pour réintroduire chaque héros de la saison passée avec leurs nouveaux statuts. Le temps pour introduire les nouveaux. Cela se traduit principalement par la découverte de la famille de chacun des héros du club audiovisuel et la découverte de deux des meilleurs personnages secondaires de la saison. La délicieusement garce Erica, la petite sœur de Lucas. Qu’est-ce que j’ai adoré son « looser » inaudible quand Lucas pose avec son costume de SOS Fantômes pour sa mère. La seconde est la maman de Dustin. Son duo avec son fils fonctionne à merveille. La séquence où Dustin essaie de la chasser de la maison m’a bien fait rire. Ces deux pouces levés avec un grand sourire XD.

Bob Newby, super-héros

Parmi les nouveaux importants pour l’histoire, ma préférence va sans hésiter à Bob Newby (Sean Astin). Pourtant, au départ, le personnage avait l’air si… inintéressant. Le cliché même du beau-père sympathique juste bon à crever pour ajouter un peu de fausse tension dramatique. On n’est pas loin du compte, mais Sean Astin était si charmant dans le rôle que j’ai fini par vraiment m’y attacher. Ce plan avec la caméra qui s’éloigne tout en tournant de son corps en train d’être dévoré par les Démodogs. Dur… #JusticeForBob

Le personnage de Mad Max (Sadie Sink), s’il est assez bad ass au prime abord, voit vite son intérêt s’essouffler. La faute à une romance très moyenne avec Lucas. Du moins, selon mon avis. Fort heureusement, son frère Billy est épatant. Le Power Ranger rouge, Dacre Montgomery, déploie un jeu fascinant. Il est à la fois détestable, charmeur (sa séquence avec la maman de Nancy, miam), brute et victime. J’ai pas mal aimé aussi Eight (Linnea Berthelsen), notamment pour le surprenant épisode 7. En plus, y a Kai (un bodybuilder qui m’avait marqué dans les documentaires Generation Iron, dispo sur Netflix en passant) !

Stranger Things Vol. 2

Après coup et avec le recul, je me suis rendu compte qu’il y avait une belle parallèle entre cette saison et Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2. Non pas que je sois obsédé par le film de James Gunn, mais dans cette saison, l’important était réellement de développer les personnages au-delà des héros principaux. Par exemple, on découvre la famille des membres du club audiovisuel. J’ai regretté tout de même que cette idée n’a pas été poussée plus loin. Surtout, on retrouve le même mécanisme consistant à scinder le groupe en duo ou trio pour que les personnages soient davantage approfondis. Mon préféré est celui inattendu avec Dustin et Steve.

Beyond Stranger Things

Pour ce show bonus, même si, au final, les débats autour de la table restent assez anecdotiques, les acteurs se contentant la plupart du temps de décrire les personnages, on peut récupérer quelques belles anecdotes comme Dustin, premier acteur enfant choisi, les bisous du bal d’hiver, Finn Wolfhard incroyablement mal à l’aise dans l’exercice ou les Duffer qui ont redoublé la maternelle. Au bout du compte, ça permet de prolonger le trip, parce qu’attendre un an, ça va être dur. Et pis, c’était trop court.

Par qui attend la saison 3 et la 4 aussi tant qu’on y est vu qu’elle a été officialisée, le7 novembre 2017.

Le cauchemar quand tu es en cours et que tu n’écoutes pas…

Conclusion

Strangers Things 2 marque une évolution à la Alien => Aliens en nous livrant un nouveau monstre vraiment stylé. Néanmoins, le cœur du show reste inchangé. L’amour apporté aux personnages est tel que j’ai suivi la nouvelle saison avec un plaisir tout aussi vivace, malgré la disparition de l’effet de surprise. Les nouveaux venus et la (réelle) évolution de chacun y contribuent pour beaucoup.

+

  • Vrai plaisir à retrouver tous les personnages
  • Réalisation toujours aussi réussie
  • Des nouveaux s’intégrant parfaitement
  • Le Flagelleur Mental
  • Suite à la Aliens
  • Narration dense, soutenue et pleine de surprises
  • Le duo Dustin et Steve

  • La romance Lucas et Maxine (mais c’est vraiment pour chercher la petite bête afin de justifier le 9)
9/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2867 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.