Critique : Shazam!

Affiche française du film Shazam! réalisé par David F. Sandberg avec Zachary Levi

Du (Captain) Marvel chez DC

Fiche

TitreShazam!Titre VO
RéalisateurDavid F. SandbergScénaristeHenry Gayden
ActeursZachary Levi, Asher Angel, Mark Strong, Jack Dylan Grazer, Djimon Hounsou
Date de sortie03 / 04 / 2019Durée2h 12
GenreAction, Aventure, Fantastique, Science fictionBudget90 000 000 $

Billy Batson, un adolescent, devient le super-héros Captain Marvel lorsqu’il prononce ce mot magique : « Shazam! ». Ses capacités sont la combinaison des pouvoirs de six dieux et héros de l’ancien monde, dont les initiales forment cette parole magique : la sagesse de Solomon, la force d’Hercule, l’endurance d’Atlas, le pouvoir de Zeus, le courage d’Achille et la vitesse de Mercure.

Critique

Après un excellent film solo consacré à Aquaman, j’étais chaud pour aller voir celui de Captain Marvel. Pardon, c’est vrai, c’est Shazam. Oh, ça va, où va-t-on si on ne peut même plus pondre un petit troll des familles ?

L’Ant-Man du Worlds of DC

D’emblée, il faut bien se mettre en tête que Shazam! n’est pas le gros blockbuster auquel on a habituellement droit sous le giron DC / Marvel. Je te rassure, cela ne l’empêche pas d’offrir quelques moments visuellement cools. Comme indice, son budget estimé entre 80 et 100 millions de dollars. C’est un joli lot, mais quand on pense que le premier Ant-Man en avait un à 130 millions, ça calme.

Résultat des courses, le film manque de souffle épique et demeure visuellement assez pépère. Il y a tout de même deux plans que j’ai beaucoup aimés : lorsque le méchant embarque Shazam vers le ciel et lorsque Billy se transforme en sautant depuis le toit d’un immeuble. Néanmoins, ce manque se ressent nettement durant le dernier tiers du film où on a droit à l’habituel climax où le héros et le vilain se mettent sur la gueule. Le combat m’a un peu saoulé tant ça traînait en longueur malgré la présence d’une belle surprise. Sans oublier des situations trop ambitieuses par rapport au budget. Pour traduire, il faut être indulgent avec les images de synthèse. Mais on est un peu habitué maintenant avec DC, car c’était déjà le même problème avec Justice League et Aquaman.

Bref, j’ai parlé des défauts, abordons ses qualités. Shazam! est ce qu’on pourrait qualifier de l’Ant-Man du Worlds of DC. Un blockbuster héroïque sans d’autres prétentions que celui de nous faire passer un bon moment. Résultat des courses, je me suis franchement bien marré. Comme sur un Marvel Studios quoi. En plus, on a droit à des jolis clins d’œil comme celui au Big de Tom Hanks et à la série Smallville.

Une histoire de famille

Le gros point fort du film de David F. Sandberg réside dans ses acteurs, plus particulièrement la famille d’accueil de Billy Batson. Même si l’acteur qui joue Pedro a un jeu catastrophique. En voilà un qui a été embauché pour son physique 😛 . Mon préféré demeure de loin Jack Dylan Grazer, l’Eddie de Ça. Le gamin a des répliques cultes à la pelle et amène bien des situations hilarantes. À ses côtés, l’interprète de Billy Batson peine à exister.

Heureusement que Zachary Levi prend le relais en tant que Shazam. Même s’il a l’air beaucoup trop souvent constipé quand il s’agit de devenir sérieux. De plus, il y a un truc assez chelou : je n’ai pas eu l’impression que le personnage d’Asher Angel et celui de Zachary Levi soit le même. Pour le reste, le côté old-school du costume combiné à la masse musculaire prise par Levi et à son jeu, c’est impeccable.

SOS Péchés Capitaux

Pour le reste, comme avec James Wan sur Aquaman, on ressent les origines de genre du réalisateur David F. Sandberg. Pour rappel, ses deux premiers et précédents long-métrages sont les horrifiques Dans le noir et Annabelle 2: la création du mal. Cela se traduit par des monstres qui m’ont rappelé ceux du diptyque SOS Fantômes. Comme est-il possible de ne pas penser à Zuul du premier épisode en voyant les Sept Péchés Capitaux ? Du coup, j’ai bien kiffé. Ça m’a rappelé à quel point j’adorais les films d’aventures familiaux qui osaient impliquer des monstres, voir des passages flippants. J’imagine que j’aurais adoré Shazam! si je l’avais vu durant mon enfance. De toute façon, ça ne fait pas de doute vu que je l’ai beaucoup aimé alors que je suis adulte.

Pour terminer, parlons « origin story ». Shazam! souffre de sa structure sans surprise avec un doppelgänger moyen en la personne de Mark Strong. Au début, on l’oublie grâce au toujours cool passage « découverte des pouvoirs » et à la famille d’accueil de Billy Batson sans oublier les Sept Péchés Capitaux. Mais quand le méchant s’en mêle, cela devient désespérément trop classique pour être réellement intéressant. Ah oui, Djimon Hounsou en Sorcier… C’est sérieux ? Je veux qu’il y ait un côté old-school, mais là je m’étais cru devant mon oncle qui se déguise en Gandalf pour Halloween.

Par triste de ne pas avoir vu la tête de S, le4 avril 2019.

Conclusion

Shazam! est un bon film super-héroïque sans prétention à la Ant-Man. On se marre (beaucoup), on s’attache aux personnages et on a droit à quelques scènes d’action sympathiques. En bonus, une partie légèrement horrifique avec des monstres m’ayant rappelé un de mes films préférés de ma jeunesse : SOS Fantômes.

+

  • Ambiance SOS Fantômes avec les Goonies
  • Découverte des pouvoirs
  • Famille d’accueil, même Pedro qui ne sait pas jouer
  • Hilarant
  • Jack Dylan Grazer, parce que c’est un numéro à lui tout seul

  • Dernier tiers en-déça
  • Doppelgänger sans trop d’intérêt
  • Effets spéciaux moyens
  • Ce Sorcier…
7/10

Publicités
A propos de l'auteur : (3050 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter ou Facebook.