Critique : Aquaman

Affiche française du film Aquaman avec Jason Momoa

Le plus Marvel de DC

Fiche

TitreAquamanTitre VO
RéalisateurJames WanScénaristesDavid Leslie Johnson-McGoldrick, Will Beall
ActeursJason Momoa, Amber Heard, Willem Dafoe, Patrick Wilson, Nicole Kidman, Dolph Lundgren, Yahya Abdul-Mateen II
Date de sortie19 / 12 / 2018Durée2h 23
GenreAction, Aventure, Fantastique, Science fictionBudget160 000 000 $

Le film revient sur les origines d’Arthur Curry, mi-homme, mi-créature de l’Atlantide, puis l’entraîne dans le périple de sa vie. Une aventure qui l’obligera non seulement à accepter sa véritable identité, mais à savoir s’il est digne de son destin : être né pour devenir roi.

Photo du film Aquaman réalisé par James Wan avec Jason Momoa

*réplique de merde à placer ici*

Critique

Worlds of DC, tel est le nom officiel rendant obsolète la blague DCEU, on ne va pas dire que j’en suis un grand fan. Mon préféré étant Man of Steel et c’est le premier film de l’univers. Depuis, j’ai enchaîné les grosses déceptions jusqu’à… Fish Boy !

À contrario des autres œuvres du Worlds of DC, je n’attendais rien d’Aquaman depuis les bandes-annonces tant elles m’avaient déçu. Entre effets spéciaux trop ambitieux pour tenir la route, une alchimie invisible entre Arthur et Mera sans oublier les blagues bêêêê (tous les soirs, je lis des livres d’animaux avec mon fils, ce qui explique ma nouvelle tendance à adopter des onomatopées pour les moins surprenantes 😛 ), j’avais perdu tout espoir. Pourtant, je suis un grand fan de son réalisateur, James Wan. C’est donc dans la plus grande candeur que je me suis pris une vague scélérate dans la tronche. Heureusement que je peux remercier le film En pleine tempête pour m’avoir appris que c’était une vague scélérate, car j’ai pu m’en sortir.

L’émotion est reine

La vague scélérate m’a été lancée, dès l’ouverture, par un personnage dont je n’attendais rien, mais strictement rien. La reine Atlanna jouée par Nicole Kidman. C’est simple, à chaque fois qu’elle apparaissait dans le film, j’avais les larmes qui coulaient sur les joues. Elle est LA caution émotion du film. Son histoire d’amour style « amants maudits » avec Jango Fett, pardon Tom Curry, est simple, mais diablement efficace. Titanic style. C’est autre chose que Michelle Pfeiffer dans Ant-Man et la Guêpe, pourtant les deux rôles sont incroyablement similaires. À noter aussi la même réutilisation du procédé pour rajeunir. Pas étonnant si on considère cette adaptation du super-héros Aquaman comme le plus Marvel Studios du Worlds of DC.

Rires… gênés

Par contre, il reste un domaine où le Worlds of DC a encore du boulot. L’humour. C’est tellement mauvais dans Aquaman que j’en ai été souvent gêné. Comme quand tu invites un pote à une soirée et qu’il accumule les flops avec ses blagues (« Je ne sais pas ce qui lui arrive, normalement, il est plus drôle que ça. »). La meilleure dans ce registre est de loin cette chèvre dans l’avion au-dessus du Sahara. Ce bovidé qui ne semblait pas en revenir que Mera et Arthur saute successivement d’un avion en plein vol m’a bien fait rire. Bref, quand tu vois qu’une chèvre a été meilleure que toi au jeu de l’humour, ça a de quoi remettre les idées en place. N’est-ce pas Jason Momoa et Amber Heard ? On pourrait imputer la faute à des dialogues pas très inspirés, mais c’est juste que ces deux acteurs, surtout l’ex-compagne de Johnny Depp, n’ont aucun talent comique. Le Martha ne s’improvise pas comme ça. Fort heureusement, tous les autres acteurs du casting n’ont aucune blague à leur compteur si on excepte cette « vue ».

Photo du film Aquaman réalisé par James Wan avec Arthur et Mera

Le duo le plus embarrassant dans l’histoire des duos de comiques.

À la poursuite du diamant vert par Shakespeare

C’est d’ailleurs curieux ce contraste qui existe entre le duo Arthur & Mera et le reste. Les deux premiers se chamaillent comme s’ils étaient en train de tourner le remake d’À la poursuite du diamant vert et les autres font une fresque shakespearienne. Et d’ailleurs, pas dégueulasse la fresque. Surtout grâce à l’acteur fétiche de James Wan, Patrick Wilson, qui fait des merveilles en Ocean Master (gros coup de cœur pour son costume). Notamment en positionnant son vilain dans un registre écologique. Côté Black Manta, c’est moins efficace, malgré un départ excitant. Ça sonne comme si le personnage avait été évincé en cours de route pour ne devenir qu’un lieutenant bon à crever au cours d’une scène d’action.

Tant que j’y suis, je vais en profiter pour parler de l’action. À ce jeu, James Wan m’avait un peu déçu dans son Fast & Furious 7 où il avait trop misé sur les effets spéciaux. Toutefois, je n’oublie pas qu’il avait été excellent dans ses combats mano to mano et c’est encore une fois là où il brille le plus. Les combats d’Aquaman sont excellents. Le meilleur reste la première, celui de la reine Atlanna. Je le redis, histoire que ça rentre bien dans ta petite tête, j’ai été totalement bluffé par celle-ci. J’ai été amusé par la séquence catch de Jason Momoa à bord du sous-marin. Par contre, j’ai moins aimé les combats à coups de fourchette. Le trident, c’est classe pour prendre la pose (cette scène culte où Jason Momoa apparaît pour la première fois avec son costume classique), mais au combat… Je prendrais plutôt les clés de Kingdom Hearts.

La bataille des Quatre Armées + 1 Aquaman

Pour la séquence bataille à la Seigneur des Anneaux. J’ai trouvé ça trop brouillon pour être efficace en plus d’être curieux d’un point de vue moral. Ça ne vaut pas un Peter Jackson, ça, c’est clair et net. Mon problème, c’est que j’adore mater les batailles d’un point de vue tactique, presque comme un jeu d’échec. Mon modèle absolu reste Les Deux Tours, plus précisément la bataille du Gouffre de Helm suivi de peu par la bataille des Cinq Armées (version longue, naturellement). Infinity War, pour parler plus récent, le proposait aussi. Dans le dernier né du Worlds of DC, la bataille est très dense, normal vu les armées déployées, mais incroyablement bordélique. Bref, visuellement, ça pète, mais ça n’a aucune logique tactique (tout le monde se met sur la tronche et sort la plus grosse arme). Quant au côté moral, je suis très dubitatif.

SPOILER Arthur y massacre son propre peuple et à échelle de masse, en plus… Pas cool quand on veut en devenir son roi. J’étais limite à me dire qu’ils n’allaient jamais l’acclamer à la fin. FIN SPOILER

FX everywhere

Il faut aussi être indulgent concernant les effets spéciaux. Il y en a partout ! Partout ! « FX everywhere » comme dirait Buzz l’Éclair après être passé par un générateur de mèmes. On se croirait dans Valérian et la Cité des mille planètes. Surtout pour les passages dans les royaumes sous-marins. J’en étais très déçu. J’espérais davantage un truc classique et épique à la Tolkien (on l’a tout de même légèrement) et au lieu de ça, j’ai eu du Star Wars / Valerian / Avatar. En plus, ici, ces cités futuristes ne sont pas inspirées. Au moins, je reconnais au film de James Wan, une volonté d’aller le plus possible dans le délire quitte à être « moche ». Les guillemets sont là pour souligner le côté subjectif. Quant aux passages sous-marins dont Zack Snyder s’excitait dessus pendant un moment. Ben… C’est du fond vert / bleu… Il y avait juste un truc que j’ai bien aimé. Voir les cheveux (roux) du roi Nereus (Dolph Lundgren) flotter dans l’eau. Ocean Master s’évite la complication en les attachant.

Normalement, ça me gêne toujours quand je vois que les effets spéciaux sont meuuuuuuuuh (je t’avais prévenu, je suis contaminé). Mais là, tout le film en est blindé. C’est rarement impeccable, mais ça passe, car Aquaman n’est pas un film qui se prend au sérieux. Il est tellement dans le too much que je l’ai facilement oublié et ça, c’est cool.

Photo du film Aquaman réalisé par James Wan présentant le combat de rois

Une image iconique du film. On voit les FX, mais ça pète donc on n’en tient par rigueur.

D’une boule à neige vers un phare

Autre point que j’ai beaucoup aimé : la réalisation de James Wan. Le gars s’est clairement beaucoup amusé avec la caméra en multipliant les idées comme ce phare dans une boule à neige (à ne pas confondre avec une boule de neige qui se lance sur la tronche, ça peut se faire avec une boule à neige, mais les dégâts ne sont pas les mêmes) qui devient un vrai phare ou encore la caméra tournant autour d’Arthur et Mera qui deviennent Arthur jeune et Vulko.

La plus grosse faiblesse du film, en dehors de la relation Arthur et Mera, concerne à mes yeux le scénario. Impossible de dire qu’il y ait des surprises, surtout après avoir vu les bandes-annonces. Tout le film est téléphoné de A à Z. Même les surprises n’en sont pas. Attention, ça ne veut pas dire que ce n’est pas efficace, mais c’est quand même dommage. Au moins, c’est une adaptation sympathique du personnage, de son background et de ses vilains.

De plus, le rythme est tellement rapide comme s’ils avaient voulu condenser deux films en un qu’il en souffre. C’est une bonne chose d’avoir un film sans temps morts où les dialogues et les scènes d’action sont alternés toutes les cinq minutes, mais il ne faut pas oublier non plus de respirer un peu pour amener les enjeux à une échelle plus élevée en apportant un contexte dramatique plus poignant (heureusement que Nicole Kidman est là). Seulement quand Aquaman le fait, c’est avec Arthur et Mera et c’est souvent mauvais, car prétexte à des blagues moisies.

Y a pas de réseau

Dernières déceptions. L’absence (presque) totale de connectivité. Juste une SEULE mention des évènements de Justice League et basta ! Pas une mauvaise chose si on veut se concentrer sur l’origin story, mais mince quoi. On est dans un univers, autant en profiter. Surtout que ce n’est pas la connectivité qui était au cœur des faiblesses des précédents films. Pour finir, la scène post-générique…. Hi-han.

Par ravi de terminer l’année comic 2018 sur cette note, le21 décembre 2018.

Photo du film Aquaman réalisé par James Wan avec Atlanna (Nicole Kidman)

Cœur avec les doigts

Conclusion

Je tiens mon nouveau préféré du Worlds of DC. Sans crier gare après des bandes-annonces décevantes, Aquaman m’a totalement submergé dans les royaumes sous-marins pour une fresque shakespearienne pas toujours bien écrite, jamais surprenante, mais superbement efficace. Difficile également de ne pas rugir de plaisir devant la déferlante d’effets spéciaux, même si parfois too much et/ou ratés, combinée avec des scènes d’action kaboom. Dommage que la relation entre Arthur et Mera soit aussi faiblarde, sans oublier l’humour à revoir. Sauf pour la chèvre.

+

  • Nicole Kidman m’a fait chialer
  • Ultra généreux…
  • Combats fun
  • Réalisation virevoltante
  • Costumes
  • La chèvre

  • Aucune alchimie entre Arthur et Mera
  • … même un peu trop (pas toujours de bon goût, quoi)
  • Trop de blagues de merde
  • Prévisible
  • Le bordel de la bataille sans oublier son côté moralement chelou
8/10

Publicités
A propos de l'auteur : (3030 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter ou Facebook.