Critique : Nurse Jackie – Saison 1

L’infirmière Jackie est une sainte, elle s’occupe des malades et pense à leur bien. Mais derrière cette apparence se cache une personnalité bien plus complexe : elle est droguée et elle trompe son mari. Mais qui est donc cette infirmière Jackie ?

Une série dans la même veine qu’United States of Tara

Même format (25 à 30 minutes), même genre (comédie dramatique), même type de personnages secondaires (le gay, la nunuche, le comique). Ces deux séries se ressemblent beaucoup mais Jackie n’est pas une schizophrène, elle est seulement droguée et jouée par l’excellente Edie Falco (ex-miss Soprano).

Parmi les personnages secondaires,…

… je retiendrais surtout la petite Ruby Jerins vu dans Remember Me (où elle excelle) et Shutter Island. Elle joue ici la fille de Jackie et elle est touché par une angoisse permanente, « Je tourne trois fois autour de ma chaise avant de m’asseoir sinon les avions vont s’écraser ».

Au bout du compte, …

… on regarde les épisodes à la suite sans être vraiment excité. Les personnages ayant beaucoup de mal à prendre de l’épaisseur excepté la petite nouvelle à la chemise rose parsemé de nounours et la gérante pète-sec. Je compte bien mater la saison 2 mais pas tout de suite.

On bouffe les épisodes très rapidement et la première saison se finit vite, douze épisodes seulement. Une série sympathique à regarder entre deux grosses séries.

Son épisode culte : celui où une ancienne infirmière revient à l’hôpital pour mourir.

Son final : Cliffhanger inattendu. Jackie se suicide en se gavant de médicament. Va-t-elle mourir ? On sait que non vu qu’il y a une saison 2.

Note : 5/10

nurse-jackie-saison-5-poster

Pin It on Pinterest