Critique : NieR Replicant ver. 1.22474487139…

Le RPG poétique

Fiche

Titre NieR Replicant ver. 1.22474487139
Éditeur Square Enix Développeur Toylogic
Plate-forme Windows, PlayStation 4, Xbox One Date de sortie 23 / 04 / 2021
Joué sur PlayStation 5Game Genre Action, Aventure, Fantastique, Horreur, Science fiction

Critique

Yeah, un nouveau NieR ! Oh, c’est un remake du NieR sorti au début des années 2010. Ah, mais attends, ce n’est pas le même héros. Je me rappelle bien que c’était un père dans la version que j’avais faite sur PlayStation 3. Cool, c’est la version sortie uniquement en Asie. Du coup, j’achète !

Déjà-vu

Euh, ça me rappelle vachement quelque chose tout ça. Je suis presque sûr avoir déjà vu cette maison. Non, mais là, cette bibliothèque… Cette prairie… Oh mon dieu, ce village dans les montagnes. Là, c’est sûr, j’ai déjà fait ce jeu… Du coup, je vais sur Internet pour confirmer ça.

Et merde…

En fait, la version asiatique et celle sortie en Europe sont identiques à l’exception du héros. Un père dans la version européenne, un frère dans la version asiatique. Et encore, la différence ne concerne que quelques lignes de dialogues secondaires. Pour le coup, c’est la douche froide accompagnée d’une sensation désagréable d’avoir fait une grosse connerie facilement évitable. En plus, quitte à refaire le jeu, j’aurais préféré reprendre le père que je trouve bien plus classe.

On recommence et recommence… en plus beau

Fais chier, quand même. Refaire le même jeu. Surtout que ce Nier-là a une grosse particularité. Pour avoir toutes les fins (A, B, C et D), il faut refaire au moins deux fois la deuxième partie du jeu. Sachant que j’ai déjà dû faire ça en 2010, du coup faire trois fois les passages en question à nouveau en 2021… C’est comme refaire six fois la même chose. Faut s’accrocher.

Cependant, ce Nier a tout de même quelques ajouts. Tout d’abord, techniquement, c’est impeccable. Totalement fluide, alors que je me rappelle de quelques soucis techniques sur l’ancienne version. Le système de combat a également été revu. Par contre, aucun souvenir sur ce point, donc je fais confiance aux experts. Surtout, il a deux gros ajouts :

  • Extra Episode: Mermaid, un nouveau scénario basé sur « La petite sirène », avec un boss final sacrément impressionnant.
  • La fin E.

Une nouvelle fin enchanteuse

L’épisode façon « petite sirène » est un bel ajout façon conte horrifique digne de l’univers de Nier. Tandis que la fin E m’a vraiment laissé avec un ravissement. Loin d’être une fin bâclée et ajoutée pour justifier l’achat du remake à ceux ayant déjà fait l’ancienne version, en plus d’ajouter une demi-heure de jeu dans une nouvelle zone, elle sonne surtout comme la véritable conclusion de l’histoire. La fin D m’ayant laissé sur ma faim à l’époque, même si elle est superbe. En bonus, il y a un lien avec Automata. Vivement le prochain Nier.

Bref, si j’avais eu les boules au départ. Au final, je me suis bien éclaté. Néanmoins, si vous n’avez jamais joué à l’original, alors là, il ne faut pas hésiter. Je me rappelle avoir pris une grosse baffe dans la tronche quand j’avais joué au jeu, découvert son monde et surtout le twist.

Par qui se promet qu’on ne le reprendra plus.

Conclusion

Je me suis complètement planté en pensant que ce Nier était un « nouveau » Nier étant donné que je n’avais jamais fait la version japonaise seulement l’européenne. En fait, seul le personnage principal change, le reste est identique. Du coup, j’avais sacrément les boules. Néanmoins, le relifting et les ajouts comme la fin supplémentaire ont fait disparaître ces boules.

+

  • Remaster réussi de l’excellent NieR
  • Nouvelle fin et nouvelle zone

  • Rererefaire la deuxième partie du jeu
8/10

Pin It on Pinterest