Critique : Metal Lords

Quand une tarte devient du metal

Fiche

Titre Metal Lords Titre VO
Réalisateur Peter Sollett Scénariste D.B. Weiss
Acteurs Jaeden Martell, Adrian Greensmith, Isis Hainsworth, Brett Gelman, Joe Manganiello
Date de sortie08 / 04 / 2022 (Netflix) Durée1h 37
GenreComédie, Drame, Musical Budget

Deux ados pas vraiment populaires se jettent à fond dans le metal afin de remporter le battle des groupes, d’accéder à la gloire et d’être vénérés comme des dieux.

Critique

La semaine dernière, j’étais bien chaud pour La Bulle (2022). Il faut dire qu’il y avait un gros casting devant la caméra en plus d’avoir le légendaire réalisateur de la comédie américaine Judd Apatow derrière et au scénario. Résultat des courses : une daube. Non, là, il n’y a pas d’autres mots. C’est mauvais de bout en bout avec comme cerise sur le gâteau, une dernière scène semblant presque excuser que le film soit aussi mauvais en le mettant sur le dos du covid.

Bref, du coup, j’étais un peu refroidi. Parce qu’on ne va pas se mentir. Les films Netflix, la majorité du temps, c’est mauvais. Malgré tout, je me suis laissé tenter par Metal Lords pour la présence de Jaeden Martell en tête d’affiche. Ouais, le gamin venu tout droit du Derry de Ça (2017). Mine de rien, le môme a une sacré filmo à même pas encore 20 ans entre À couteaux tirés (2019) et Midnight Special (2016). Le plus énorme ? En 2019, il apparaît dans 5 longs-métrages.

Sans surprise, il excelle dans Metal Lords en jouant le Jim d’American Pie génération 2010. Toujours juste, il partage également une très belle alchimie avec Isis Hainsworth. Cette dernière est sans hésiter mon coup de cœur. Elle m’a rappelé la Caroline de Nos jours heureux (2006), celle qui insulte un gamin par tous les noms durant la scène légendaire de la piscine. À la fois fragile et forte, elle compose le rôle d’une adolescente dont il est difficile de ne pas tomber amoureux.

Le metal pour les nuls

Troisième membre du trio, Adrian Greensmith permet des scènes plutôt drôles avec son rôle d’ado doté d’un problème émotionnel qu’il canalise via sa passion pour le metal. Tiens, vu qu’on parle de metal. J’annonce tout de suite, je n’y connais rien. Juste les noms des groupes de loin, du coup, je ne vais pas émettre de jugement dessus. Y a la bande-son sympathique et on retrouve Tom Morello, guitariste légendaire de Rage Against the Machine et Audioslave, en producteur exécutif pour la musique.

J’annonce direct, on est loin de vouloir pénétrer dans ce milieu. On est plus dans le délire d’adolescents à fond dans le metal et rêvant d’en devenir des icônes. C’est d’ailleurs amusant de voir que le personnage le plus à fond est celui qui se méprend. Cf. l’amusante scène « ça serait super gay » et « pas de filles dans le metal ».

Au rayon de l’histoire, aucune surprise à noter. On reprend la structure classique de la comédie adolescente et on y saupoudre de metal. Bref, un scénario très classique signé par D.B. Weiss, co-créateur de la série Game of Thrones, qui a le mérite d’être efficace et d’atténuer certains agaçants clichés.

Par n’en revenant toujours pas à quel point La Bulle, c’est nul.

Conclusion

Une comédie d’ados tout ce qu’il y a de plus classique si ce n’est la présence du metal. Malgré tout, la formule fait mouche grâce à un excellent trio mené par le déjà chevronné Jaeden Martell (Ça, À couteaux tirés, Midnight Special). J’ai eu un petit coup de cœur pour la très attachante Emily jouée par Isis Hainsworth.

+

  • Le metal pour les nuls (ça tombe bien, j’y connais rien)
  • Trio d’acteurs au top
  • À la fois drôle et émouvant

  • Structure respirant le déjà-vu permanent même si certains clichés sont atténués
8/10

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Pin It on Pinterest