Critique : Locke & Key – Saison 1

À enterrer dans le cimetière des adaptations ratées

Fiche

TitreLocke & KeyTitre VO
CréateurMeredith Averill, Aron Eli Coleite, Carlton Cuse
ActeursDarby Stanchfield, Connor Jessup, Emilia Jones, Jackson Robert Scott
Saison1Nombre d’épisodes10
Date de sortie07 / 02 / 2020Durée40–57 mn
GenreDrame, Fantastique, Horreur, ThrillerChaîneNetflix

Après le meurtre de leur père, trois enfants emménagent avec leur mère dans une maison de famille où ils découvrent des clés magiques aux pouvoirs extraordinaires.

Critique

Voilà une adaptation que j’attendais depuis belles lurettes. Plus précisément, depuis le jour où j’ai fermé le dernier tome de la série de comics Locke & Key signée par le duo Joe Hill et Gabriel Rodríguez. Il y a cinq ans déjà.

L’adaptation Netflix venant de sortir et ayant suivi le projet depuis ses prémices, je me suis jeté dessus dès la sortie.

J’annonce tout de suite, cette adaptation est bien loin d’avoir l’aura du comic.

Clichés sur pattes

L’une des forces du comic était sa galerie de personnages attachants menés par le jeune Bode. Dans la version Netflix, c’est la douche froide. Par exemple, les deux adolescents sont des clichés sur pattes et la maman m’a donné des envies de baffer en permanence. Quant au jeune Bode, malheureusement, le gamin qui l’incarne est loin d’être bon acteur. Déjà que les adultes, c’est pas fou…

Sans surprise, le reste se casse la gueule avec. À commencer par une intrigue ennuyeuse à mourir. Dans les comics, la découverte d’une clé était un grand moment d’excitation. Dans la version TOU DOUM, ce sont juste des passages lambdas. Après, c’est peut-être parce que je connaissais déjà le pouvoir des clés. M’enfin, ça n’empêche pas que ce soit triste de voir que, cinématographiquement, ces pouvoirs sont représentés de manière aussi sage. En effet, dans les comics, le dessinateur Gabriel Rodríguez en profitait pour briser les codes de la BD.

Il faut étirer pour tenir dix épisodes

Évidemment, on n’échappe pas non plus au phénomène « étirage en longueur ». Bordel, qu’est-ce que ça traîne, l’intrigue… Surtout avec une partie au lycée omniprésente et, de surcroît, inutile. D’autant plus agaçant qu’on y accumule tous les clichés possibles. La belle gosse qui terrorise ses camarades. Les sportifs obsédés par le cul. L’intello droit dans ses bottes. Le groupe de marginaux (même si le délire Tom Savini avec carrément un caméo de ce dernier m’a bien plu). Le gros qui balance des blagues. Sans oublier les amourettes à lever les yeux au ciel.

Pendant ce temps-là, Bode est relégué en arrière-plan. Sans doute, il était trop compliqué d’impliquer un jeune acteur sur toute une saison. Mais n’empêche que c’était le joyau du comic Locke & Key ! S’il y avait un casting et un personnage à ne pas foirer, c’était lui !

Quant aux vilains. Alors que la version comic me faisait flipper, celle de Netflix est pitoyable. Je m’étais cru être devant des méchants de soap opera. Jamais je n’ai tremblé. Je m’interrogeais juste de l’intérêt de leurs comportements ridicules. Il y a bien le coup de gamin poussé sous un métro qui m’a éclaté, mais c’est tout.

Le ridicule de la fin

Attention, cette partie contient des spoilers sur la fin de la saison…

Comme si avoir étiré l’intrigue sur toute une saison ne suffisait pas, qu’est-ce qu’ils ont fait ? Ils ont ajouté une fin ouverte, j’étais pas prêt face au ridicule des twists finaux, afin d’obtenir une deuxième saison. Le pire, c’est que le service marketing de Netflix a jugé bon de faire une vidéo explicative au cas où on n’aurait pas compris. Non, non, je ne mens pas. La preuve :

Non, mais attendez… Non seulement, c’est parfaitement compréhensible, mais en plus, c’est ultra prévisible… Bon, ok, peut-être pas le cas de Gabe. De toute façon, pour moi, l’aventure s’arrête là. Je préfère arrêter de me faire du mal.

Par à la recherche de la clé Head pour supprimer tous ses souvenirs du visionnage de cette série.

Conclusion

Au lieu de se contenter de coller au plus près des comics pour offrir une aventure alléchante au rythme rapide. On nous a pondus une série pour adolescents entre Riverdale et Sabrina. Foutage de gueule. Lisez les comics, ça vaut mieux.

+

  • Peut donner envie de lire les comics

  • Peut ne pas donner envie de lire les comics
3/10

Pin It on Pinterest