Critique : Date Limite

Encore un road movie !

 
Mais cette fois-ci avec Robert Downey Jr (Iron Man), Zach Galifianakis (Very Bad Trip, Bored to Death) et Michelle Monaghan (L’œil du mal, Gone Baby Gone) réuni pour la réalisation de Todd Phillips (Very Bad Trip, encore lui). Alors c’est une comédie sympa (Very Bad Cops), bof (American Trip) ou chiante (Sex and the City 2) ?

J’introduirais avec un mot du réalisateur : « On parle toujours d’alchimie entre acteurs, on dit que cela fait le succès d’une comédie. Date Limite est fondé sur une ANTI-alchimie radiale: ces deux gars ne communiquent à aucun moment, ils s’opposent sur tout, ce qui engendre à la fois gags et tensions.  »

C’est bien le sujet de ce film basé sur deux personnalités opposées. Ce sera l’occasion de suivre un périple avec multiples péripéties complètement délirantes dans les nombreux états que vont traverser les deux compères (surtout à la frontière mexicaine et chez le meilleur ami joué par Jamie Foxx).

On retrouve bien l’humour de Very Bad Trip. A savoir l’amour des situations délirantes partantes d’un postulat de départ banal (un voyage en avion avorté/une cuite monumentale).

Robert est génial en colérique qui voit rouge avec ce boulet. Quand à Zach, il excelle dans son rôle. Ses nombreuses répliques font mouches (« Papa, tu étais comme un père pour moi… », m’a fait écrouler de rire). Une star de la comédie montante et qui ne va pas tarder à arriver à son Zénith.

L’anti-couple fait un carnage rappelant les meilleurs moments du duo Depardieu-Richard.

Zach et Robert ne font pas un porno (j’avoue, elle était facile) mais une excellente comédie qui m’a bien fait poiler. Et… et … et vivement Vey Bad Trip 2 !

Note : 6/10

PS : J’ai kiffé l’apparition de la série Two and a Half Men (Mon Oncle Charlie en VF).

 
Anecdotes
Alors qu’ils ne se connaissaient pas encore, Zach Galifianakis s’est précipité vers son nouveau partenaire de jeu, Robert Downey Jr, qu’il venait de croiser dans la rue. Ne l’ayant pas reconnu, ce dernier a craint d’être attaqué et a bien failli le frapper, dans un geste d’auto-défense. Heureusement, il a fini par identifier son « assaillant ».

Advertisements
A propos de l'auteur : (2867 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.