Critique : Chair de poule

Affiche française du film Chair de poule réalisé par Rob Letterman avec Dylan Minnette, Jack Black, Odeya Rush, Ryan Lee, Amy Ryan et Jillian Bell
La poule sans la chair

Fiche

D’après les livres de R.L. Stine
Titre:Chair de poule
Réalisateur(s):Rob Letterman
Scénariste(s):Darren Lemke
Acteurs:Dylan Minnette, Jack Black, Odeya Rush, Ryan Lee, Amy Ryan, Jillian Bell
Titre original:GoosebumpsDate de sortie:10 / 02 / 2016
Pays:États-UnisBudget:58 000 000 $
Genre:Aventure, Comédie, Fantastique, HorreurDurée:1h 43

Zach Cooper vient d’emménager dans une petite ville, et il a bien du mal à se faire à sa nouvelle vie… jusqu’à ce qu’il rencontre sa très jolie voisine, Hannah, et se fasse un nouveau pote, Champ. Zach découvre rapidement que la famille d’Hannah est spéciale : l’énigmatique père de la jeune fille n’est autre que R.L. Stine, le célébrissime auteur des bestsellers horrifiques Chair de poule. Plus bizarre encore, les monstres que l’écrivain met en scène dans ses romans existent bel et bien. Stine les garde prisonniers à l’intérieur de ses manuscrits. Mais lorsque les créatures se retrouvent libérées par erreur, Zach, Hannah, Champ et Stine sont les seuls à pouvoir sauver la ville…

Photo de Chair de poule avec Jack Black

« Faites ‘aaah’ ! »

Critique

Chair de poule. À l’évocation de ces trois mots, c’est mon enfance qui remonte. Plus que la chair de poule, c’est la nostalgie qui me prend dans ses bras. Face au film, je suis donc partagé. D’un, j’ai envie de retrouver les monstres de mon enfance. De l’autre, j’ai peur de ruiner ce si bon souvenir.

Quand on est môme, on est avide de sensations fortes. Du coup, quand en parcourant la librairie, je suis tombé sur ces magnifiques couvertures accompagnées de titres pour le moins évocateurs comme La Malédiction de la momie, La Nuit des pantins, Méfiez-vous des abeilles ! ou encore Le Loup-garou des marécages, ce fut une vraie découverte. La bataille fut rude, mais de courte durée pour que ma mère, effarée par les couvertures, les achète. « Mais maman, ces livres sont au rayon enfant ! » était un argument imparable. C’est avec R.L. Stine que je suis tombé amoureux des monstres. Je m’étais alors fixé comme objectif de lire tous les livres de la collection. Un désir malheureusement inassouvi, car un certain Stephen King et son Ça sont passés par là. Quoi qu’il en soit, je n’oublierais jamais mes premiers pas dans le monde de l’horreur.

Quand est venu le temps d’évoquer une adaptation cinématographique. J’étais circonspect, les livres de R.L. Stine étant si nombreux qu’il est difficile de n’en choisir qu’un. Finalement, un ingénieux procédé faisant de l’auteur, le héros de l’histoire en le transformant en gardien de ses monstres a permis une sorte d’Avengers des créatures de Chair de poule. Le crossover ultime. Bref, une promesse pour le moins alléchante.

La nuit chez R.L. Stine

Le résultat ne sera malheureusement pas à la hauteur de mes espérances. Non pas qu’il soit mauvais, mais sa partie « Horreur » est complètement plombé par la partie « Comédie ». Face aux monstres, les différents acteurs surjouent tellement que les scènes horrifiques deviennent irrémédiablement comiques. Le conseil de l’auteur des romans n’a pas été respecté. C’est Jack Black qui en avait parlé : « Lorsque nous avons rencontré R.L. Stine pour la première fois, le seul conseil qu’il nous a donné a été de rester fidèles au ton caractéristique des livres », soit un mélange subtil entre l’horreur, l’humour, le drame et l’aventure. Pourtant, un certain Joe Dante avait prouvé qu’il était possible de le faire avec Les Gremlins.

D’ailleurs, tant que je tiens Jack Black. Alors lui, je ne sais pas ce qu’il s’est passé, mais quelle catastrophe. Il en fait des caisses. Tellement de caisses qu’un cargo d’un kilomètre de long ne serait pas suffisant pour tous les transporter. L’acteur avait notifié du défi de jouer un tel personnage, vraiment éloigné de son registre, mais malheureusement, ça se voit que le personnage ne colle pas. Même quand il fait le méchant.

Concernant la réunion des créatures. Au lieu de bénéficier de la bataille de New-York, on a juste des tas de figurants dans des costumes pas terribles comme ce ridicule sosie de Pennywise. On pourra sourire en sachant que les morts-vivants du film sont joués par les acteurs qui jouent ceux de la série The Walking Dead. Quant au loup-garou, difficile de ne pas rire en le voyant avec ses baskets, « C’est mémère qui t’a habillé ? ». Même la marionnette ultra flippante de La Nuit des pantins a du mal à convaincre. Par contre, le caniche 😍 .

En fait, Chair de poule le film n’est pas si mauvais que ça à condition de le voir tel qu’il est. Pas un film d’horreur pour enfants, mais une sorte de La nuit au musée version Chair de poule. On ne s’ennuie pas. Ça bouge. Les effets spéciaux sont corrects et en mettent plein la vue. Champ (Ryan Lee), l’acolyte du héros, est très drôle (en tout cas, j’ai beaucoup aimé, toujours la réplique qui fait mouche). Le duo Dylan Minnette/Odeya Rush est efficace, avec une histoire d’amour contenant un twist sympathique. En plus de ça, tu as Ken Marino qui vient faire le con derrière et R.L. Stine en mode Stan Lee dans les films Marvel. Bref, le package complet pour passer un bon moment.

Par Christophe Menat sans la chair de poule, le .

Photo de Chair de poule

Excusez-moi, êtes-vous sûr d’être dans le film ? Je n’ai pas souvenir de vous avoir vu.

Conclusion

Ne vous attendez pas à un film d’horreur pour enfants comme Les Gremlins, le film Chair de poule lorgne plutôt vers La nuit au musée en invitant les monstres de R.L. Stine au lieu de bonshommes de cire. C’est drôle, amusant, et même plutôt fun, mais j’espérais un peu plus pour l’adaptation de tout un pan de ma jeunesse.

+

  • Ça bouge
  • L’humour est à un niveau assez efficace

  • Aurait dû être plus horrifique
  • Jack Black est catastrophique
6/10
Publicités
A propos de l'auteur : (3050 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter ou Facebook.