Critique : C’est la fin

Apocalypse Express

Fiche

Titre:
C’est la fin
Réalisateur(s):Evan Goldberg, Seth Rogen
Scénariste(s):Evan Goldberg, Seth Rogen
Acteurs:James Franco, Jonah Hill, Seth Rogen, Jay Baruchel, Danny McBride, Craig Robinson, Michael Cera, Emma Watson, Mindy Kaling, David Krumholtz, Christopher Mintz-Plasse, Rihanna, Paul Rudd, Channing Tatum, Aziz Ansari
Titre original:This Is the EndDate de sortie:9 octobre 2013
Pays:États-UnisBudget:32 000 000 $
Genre:Comédie, FantastiqueDurée:1h 47

Invités à une fête chez James Franco, Seth Rogen, Jonah Hill et leurs amis sont témoins de l’Apocalypse.

Critique

Le concurrent des Anglais de Le Dernier Pub avant la fin du monde débarque avec la ferme ambition de ravir la première place dans la course du film de fin du monde le plus drôle et le plus délirant. Critique top chrono…

C’est la fin peut être vu comme une suite spirituelle du Délire Express avec Seth Rogen et James Franco, mais en Bigger, Better et Louder. D’ailleurs, pour les fans, une suite est incluse dans le long-métrage du jour. Comment ? Surprise. Enfin, je tiens à revenir sur un terme. « Better », je ne saurai pas dire vu que je n’ai pas vu Délire Express, mais osef !

Tout commence dans le meilleur des mondes possibles. Seth Rogen invite Jay Baruchel chez lui à L.A. pour passer un petit moment ensemble. Finalement, ils vont à la fête de James Franco où ils retrouvent d’autres connaissances comme Jonah Hill, Craig Robinson, Rihanna, Emma Watson, Jason Segel, Michael Cera, et j’en passe. Et oui, les acteurs jouent leurs propres rôles dans le film. Une idée à priori simple qui amène beaucoup d’excitation.

C’est appréciable de voir un film hollywoodien ne pas s’embarrasser avec la censure et faire plaisir à son public.

En tout cas, tout le monde s’éclate jusqu’à ce que la fin du monde les sépare (non, non, rien à voir avec le film de Steve Carell). Là, c’est le carnage. C’est la fin surprend par sa violence ! Quand je dis ça, je ne déconne pas. Le film d’Evan Goldberg et Seth Rogen en balance des effets gores : têtes décapitées, personnes écrasées quand elles ne sont pas transpercées par un pylône. C’est appréciable de voir un film hollywoodien ne pas s’embarrasser avec la censure et faire plaisir à son public.

On s’éclate comme des petits fous à voir le gore s’inviter dans cette réunion de stars, mais c’est aussi l’heure des premiers bémols. Les effets spéciaux ne sont vraiment pas au niveau. Certains effets semblent sortir d’une cinématique de Playstation (la première du nom). Au vu du budget, ce n’est pas vraiment étonnant, mais Le Dernier Pub avant la fin du monde a coûté 12 millions de moins et est bien plus solide. Sûrement, la contrepartie pour avoir offert des trucs aussi gores (ce que ne fait pas le film anglais). Aussi, C’est la fin paye de sa volonté de proposer un délire hors-norme. En effet, c’est tout simplement l’Apocalypse qui a lieu. Si certains effets sont sincèrement ratés (les plans larges sur la maison), d’autres font leurs effets surtout au niveau du bestiaire où le boss final est tout simplement superbe. Un gros kiff !

Niveau humour, le show joue dans la même lignée que la plupart des films de Seth Rogen sauf que le fait d’avoir les vrais acteurs permet aussi de jouer sur leur filmo. Ainsi, Danny McBride, interprète du culte Kenny Powers, se fout de la gueule de Seth Rogen dans The Green Hornet. Jonah Hill sort une prière à mourir de rire en citant Le Stratège. J’ai tout de même préféré l’humour de Le Dernier Pub avant la fin du monde. Ce dernier est aussi plus émouvant, notamment dans son introduction. C’est la fin n’arrive jamais à offrir un petit moment d’émotion. En tout cas, c’est avec délice qu’on voit que personne ne se prend pas au sérieux. Les acteurs n’hésitent pas à se moquer d’eux-mêmes et le font souvent (James Franco est sans doute celui qui va le plus loin du groupe avec Jonah Hill). Mon préféré du casting, ça reste Michael Cera. Le mec est complètement fou ! Et il le prouve ! Le Canadien le plus drôle du monde.

Là où C’est la fin se détache du film de Wright, c’est par son délire.

Par contre, là où C’est la fin se détache du film de Wright, c’est par son délire. Là où le film anglais restait désespérément « sage ». C’est la fin pousse le vice à faire de Channing Tatum, une… Non, je ne peux même pas le dire. C’est horrible ! Les filles, fermez les yeux quand il apparaît. Pour votre propre santé mentale ! Le film du jour dérive parfois vers la parodie comme avec The Exorcism of XXX XXX (le nom du personnage/acteur est volontairement masqué pour ne pas spoiler). Toutefois là où on pourrait craindre un truc pitoyable à la Scary Movie, on se retrouve avec un truc impressionnant.

Autre bémol, la réalisation n’est vraiment pas au niveau. On pouvait s’y attendre vu que c’était la première réalisation du duo Goldberg/Rogen, mais à ce point-là, non. Quel dommage, car il y avait vraiment moyen de faire un truc pour rendre hommage au scénario.

La fin du film est classe avec la résurrection inattendue du …

Spoiler

… boys-band, les Backstreet Boys.

Conclusion

C’est la fin est un délire hors-norme fourmillant d’excellentes idées auxquelles je ne reprocherai que des effets spéciaux vraiment moisis, heureusement que les créatures remontent le niveau, et une réalisation trop plate.

Qui est le gagnant entre Le Dernier Pub avant la fin du monde et C’est la fin ? Personne. Sur un même sujet, les deux équipes font chacun leur truc sans prendre en compte l’autre. Ainsi, on a deux longs-métrages assez différents. Toutefois, l’idéal pour C’est la fin, ça aurait été d’embaucher Edgar Wright à la réalisation.

+– Le délire n’a pas de limites
– Le casting
– Les acteurs jouent eux-mêmes
– Les créatures
– Effets spéciaux foirés
– Réalisation trop sage pour le sujet
Trophée7/10

Pin It on Pinterest