Critique : Le Roi Arthur: La Légende d’Excalibur

Arthur of War

Fiche

TitreLe Roi Arthur: La Légende d’ExcaliburTitre VOKing Arthur: Legend of the Sword
RéalisateurGuy RitchieScénaristes Joby Harold, Guy Ritchie, Lionel Wigram
Acteurs Charlie Hunnam, Aidan Gillen, Djimon Hounsou, Astrid Bergès-Frisbey, Jude Law, Eric Bana
Date de sortie17 / 05 / 2017Durée2h 06
GenreAction, Aventure, Drame, Fantasy, FantastiqueBudget175 000 000 $

Jeune homme futé, Arthur mène sa bande et fait régner l’ordre sur les faubourgs de Londonium. Il ne se doute pas encore du destin auquel il est promis… Pourtant, le jour où il s’empare de l’épée Excalibur, il empoigne du même coup son avenir. Dès lors mis au défi par le pouvoir du glaive, Arthur est contraint de faire des choix sans retour en arrière possible. Il rejoint la Résistance et rencontre une mystérieuse jeune femme, Guenièvre. Tout en apprenant peu à peu à manier l’épée, il doit surmonter ses démons intérieurs et parvenir à unir un peuple pour vaincre le tyran, Vortigern. Parviendra-t-il à venger ses parents assassinés par ce monstre et à recouvrer sa couronne et son rang ?

« Euh, j’ai fait ça tout seul ? Ben dis donc, je ne sais pas ce qu’il y avait dans le shot que je viens de boire, mais c’était de la bonne ! Comment ? C’est offert par un gaulois blond qui était accompagné d’un roux enrobé et un petit chien blanc ? Ils venaient du Marais ? »

Critique

Après Sherlock Holmes, le british Guy Ritchie s’attaque à une autre figure emblématique du pays de Sa Majesté. Le Roi Arthur. Voilà ce qui promet un cocktail détonnant à Camelot.

La scène d’introduction résume toute la folie de ce film. Que ce soit ses qualités ou ses défauts. En toute franchise, ses faiblesses sont si flagrantes qu’il est très facile de démonter Le Roi Arthur: La Légende d’Excalibur. Seulement, tous ses atouts font que j’ai envie de le défendre. Et ardemment.

Au nom de la (vraie) fantasy

La dernière fois que j’avais vu Arthur au cinéma. Clive Owen endossait le rôle et croisait P’tit Excalibur (le surnom qu’il donne à son je vous laisse deviner quoi) avec Keira Knightley. Dix ans après, je me rappelle encore que la déception avait été grande, car zéro trace de fantasy. Tout avait été fait pour que ce soit un truc ultra-réaliste. Or ce n’est pas ça qui me plaît dans la mythologie arthurienne. Même si Kaamelott ne le faisait pas non plus.

Pour le film du jour, c’est avec une grande surprise que j’ai débuté la séance. Il faut dire que la scène d’ouverture balance une bataille dantesque et épique n’ayant rien à envier aux Seigneur des Anneaux de Peter Jackson. Si j’annonce « avec surprise », c’est que les bandes-annonces que j’avais vues ne le laissaient pas présager. Je m’attendais à quelques scènes de style fantastique à l’arrache (genre vision sous champ’), mais certainement pas à une grosse partie du film.

Quand l’ambition dépasse les moyens

Hélas, l’ambition de Guy Ritchie ne colle pas avec le budget. Le gars tente des scènes si folles, si culottées et si denses que les gars des images de synthèse n’arrivent pas à suivre avec le pognon alloué. Dès lors, le sublime côtoie la laideur. Notamment avec les personnages numériques ayant une décennie de retard. Parmi les plans remarquables, je retiens notamment la Dame du Lac, les trois monstrueuses femmes et le grand méchant (I fall in love of sa cape 😛 ). Des images de fantasy pure. Le genre qui fait vibrer l’échine.

En plus de ça, Guy Ritchie continue avec son montage si atypique même si je regrette que sa reprise de la scène culte de Snatch ne soit pas aussi aboutie. Toutefois, elle intervient au parfait moment. Pour boucler le tout, le mec pète complètement un plomb sur le climax et tente des choses de taré. Pour faire simple, c’est le jeu vidéo God of War qui prend vie au cinéma. Oui, oui, God of War avec Kratos qui combat des titans. C’est tellement ouf qu’on se croirait devant une cinématique de jeu vidéo. Rien que pour ça, merci Le Roi Arthur: La Légende d’Excalibur. Il pourrait ouvrir une nouvelle voie. C’est bien pour ça que j’ai facilement oublié la laideur de certains passages alors qu’elle m’avait rebuté dans Warcraft: Le Commencement.

Le Roi Lion, euh, non pardon, Arthur

L’histoire, en dehors de la touche reconnaissable entre milles de son réalisateur et du côté fantasy très prononcé, demeure classique. En bref, Le Roi Lion avec une volonté de vouloir asseoir un univers cinématographique partagé. Par contre, j’ai beaucoup aimé Charlie Hunnam dans le rôle principal. Le mec incarne un Arthur semblant sortir d’un film de Guy Ritchie de la bonne vieille époque. Dans une certaine mesure, il fait penser au gitan incarné par Brad Pitt dans Snatch. Comme dans Pacific Rim, le mec arrive à être parfait dans l’action et le drame. Les flash-back avec son père sont chargés émotionnellement. De l’autre côté, Jude Law est étonnamment bon. Si j’en suis étonné, c’est qu’il m’avait paru ridicule dans les bandes-annonces. La Loi se paye même le luxe de m’avoir impressionné sur certains passages, là où beaucoup de ses confrères du mal sombrent dans le ridicule. Le reste du casting est davantage anecdotique. Ça ne m’a pas empêché d’apprécier le Mage et Bleu avec son papa.

« Tou vas mourir, Arthour ! »

Impossible de finir la critique sans un mot sur le flop magistral que Le Roi Arthur: La Légende d’Excalibur a connu au box-office américain. Environ, 15 millions pour ses trois premiers jours. Je le rappelle, il en a coûté 175. C’est désastreux. Les raisons ? Pour ma part, elles sont au nombre de deux. D’un, le marketing du film a été très mal géré. Je pense que s’ils avaient davantage mis l’accent sur le côté fantasy du film, ce dernier aurait pu acquérir plus de notoriété. Or, en me fiant aux BA ou aux posters que j’ai vus, cet aspect n’était que très peu mis en avant. C’est pour ça qu’avant la séance, je craignais d’avoir un bis repetita du Roi Arthur de 2004. De deux, Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2… Ça se passe naturellement de commentaire.

En tout cas, on peut déjà se poser la question de savoir si Charlie Hunnam n’est pas un acteur maudit. Après tout, la dernière fois qu’il avait posé pour un blockbuster, c’était Pacific Rim. Par contre, là, je vois mal comment la Chine peut sauver un film consacré au détenteur d’Excalibur. À moins qu’on ne renomme le film en God of War. Ce qui serait une publicité à peine mensongère.

Par content d’avoir fait un tour dans la mythologie arthurienne, même si ce n’est que pour une fois, le17 mai 2017.

Ce mec-là, faut l’inviter quand tu veux faire un barbecue.

Conclusion

Son énorme flop au box-office marquera malheureusement la fin d’une volonté d’installer un nouvel univers partagé autour de la légende arthurienne. C’est dommage, car malgré ses défauts, Le Roi Arthur: La Légende d’Excalibur a beaucoup de qualités plaisantes. Un abondant côté fantasy très réussi, notamment avec un méchant vraiment badass. Des scènes d’action complètement folles (ce climax de jeu vidéo !). Une histoire narrée à la façon Guy Ritchie de chez Snatch. Un Charlie Hunnam (maudit ?) impeccable et investi. Personnellement, je trouve ça bien suffisant pour oublier que les effets spéciaux ne sont pas à la hauteur des ambitions du réalisateur.

+

  • Guy Ritchie se lâche totalement dans les scènes d’action
  • Je ne crois pas avoir vu un film avec un côté fantasy aussi cool
  • Moments émouvants
  • Je vous l’ai dit que le côté fantasy était vraiment cool ?

  • Les effets spéciaux n’arrivent pas à suivre les ambitions
  • Histoire tout de même très classique dans le fond
8/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2791 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Captain Cook

    Tu donne VRAIMENT envie !

    Il me tarde, j’adore Ritchie….et Hunnam (depuis SOA ^^).

    Dans The Lost City Of Z il est impérial (et hate de le voir dans le remake de Papillon…avec Mr Robot).

    Je ne me fait pas de trop pour sa carrière….

    Mais ouep…..si le film est vraiment réussie….(ce que je pense), sa me ferait GRAVE chier qu’il est a ce point la bider !!!

    FUCK….

  • clarkio777 Emeryte Fan

    Merci pour ta critique.
    J’ai l’impression que c’est vraiment un film à part entière et pas un simple épisode d’une franchise, c’est donc un très bon point.
    En revanche, on n’aura pas de suite vu ses scores c’est vraiment dommage, j’aimerais bien qu’on nous propose autre chose que du super-héros et du star wars.

    Quand je dis dommage, je pense plutôt « ça me fait grave ch… »
    J’adore les combats à l’épée et les volées de flèches.

    • Pour ça, on est servi. En tout cas, le film tient très bien tout seul. Au point que j’ai du mal à comprendre certaines critiques quand ils reprochent au film de vouloir en place un univers partagé… Mais les gars…

  • Captain Cook

    Bon bah, vu la bête !

    Bon, oui le film a une baisse de rythme au milieu de film (un peux trop centré sur Arthur), et oui le méchant jouer par Jude Law n’est pas non plus un vilain qui fera date (cela dit…il fait trés bien le job).

    Mais trés franchement tout le reste, GROS GROS plaisir. Que ca soit le ton donner au film (a tout les réfractaire de Guy Ritchie…passer votre chemin), car il s’en donne a coeur joie, donc si vous n’êtes pas fan de sont style bien a lui…bah vous allez souffrir.

    C’est d’ailleurs étonnant de voir un Blockbuster avec un « style », BIEN a lui. Le réa a vraiment fait sont délire…un véritable ovni…..et bon dieu que ca fait plaisir de voir ca, dans le paysage des gros films qui ont tendance a se ressembler tous !

    L’action est totalement over the top, survitaminée (l’Excalibur envoie du pâté), la réa de Ritchie est comme a sont habitude, survolter et rythmer, les CGI sont visuellement lécher (mais tout de fois quelque plans pas terrible…il faut le dire…quand ca déborde dans tout les sens…ca finie par éclabousser), mais bon rien qui ne ma gâcher mon plaisir !

    D’ailleurs j’ai était surpris du visuel a certain moment (qui rappel fort des univers de Jeu Vidéo), comme Wright avait pu le faire avec Pilgrim par ex….et j’ai adoré.

    Le casting est trés bon, que ca soit (et surtout), Charlie Hunnam (SOA, The Lost City Of Z), qui mange le film a lui tout seul, intense dans les scènes d’action, juste dans le drame (malgré la grosse machine, et souvent pas si bien écrit), le mec s’en tire toujours aussi bien, charismatique le bougre.

    Comme je l’avais dit Jude Law n’est pas excellent, mais il fait trés bien le taf. Quand au autres perssonage, c’est dommage qu’il ne sont pas plus explorer, car pour le coup ils sont tous attachant avec une vrais personnalité qui ressort (surtout Aidan Gillen ou West tick).

    La soundtrack aussi….un superbe boulot. Elle donne une grande force au film, et lui confère une identité bien propre, un style…chose que maintenant les GROS films n’ont plus (a part les musique de groupe utiliser dans les films….cf Les Gardiens, ect).

    Bref, sa était un gros plaisir pour moi, et je suis tellement dégoûter que le film n’aura jamais de suite, tant il y avait encore a dire et a voir dans cette modernisation du Roi Arthur….au lieu de cela, ont va continuer le plus souvent a voir des block qui ont le même gout et la même odeur…..damn !

    8,5/10

    • Concernant Jude Law, c’est surtout deux trucs qui m’ont marqué.

      – Le passage où il va tuer sa fille. Que c’est dur… On voit bien toute la détresse dans son regard. J’ai trouvé ça puissant.
      – Quand il est en super-soldat. Wow !

      • Captain Cook

        Clairement.

        EPICNESS !