Critique : Interstellar

Poster IMAX du film Interstellar
2014, l’Odyssée du temps

Fiche

Titre:Interstellar
Réalisateur(s):Christopher Nolan
Scénariste(s):Jonathan Nolan, Christopher Nolan
Acteurs:Matthew McConaughey, Anne Hathaway, Jessica Chastain, Michael Caine, Casey Affleck, Bill Irwin, John Lithgow, Wes Bentley, Topher Grace, David Oyelowo, Ellen Burstyn, Matt Damon
Titre original:Date de sortie:5 / 11 / 2014
Pays:États-Unis, Royaume-UniBudget:165 000 000 $
Genre:Aventure, Drame, Mystère, Science fictionDurée:2h 49

Le film raconte les aventures d’un groupe d’explorateurs qui utilisent une faille récemment découverte dans l’espace-temps afin de repousser les limites humaines et partir à la conquête des distances astronomiques dans un voyage interstellaire.

Photo d'Interstellar

Tiens, c’est marrant, Matthew. Tu fais la même tête que quand tu as lu le scénario d’Interstellar.

Critique

Interstellar était sans aucun doute le projet le plus excitant de Christopher Nolan depuis le début de sa carrière. Car il était le plus mystérieux d’entre tous. À la base, il aurait dû être réalisé par Steven Spielberg et Nolan n’en devrait juste que signer le scénario. Finalement, celui qui a redonné naissance au Chevalier Noir a repris les rênes du projet pour une nouvelle odyssée dans l’espace, 46 ans après celle de Stanley Kubrick.

Je ne sais pas trop par où commencer. Il est difficile de parler du film sans éventer le mystère. Encore que, peut-on vraiment parler de mystère ? Pourquoi dis-je ça ? Tout simplement parce que j’avais deviné la résolution au bout de trente minutes (et vraiment tout, pas juste une partie)… Pour un film qui émerge à presque trois heures, ça fait mal. Et non, je n’ai pas regardé la bande-annonce version longue, juste le teaser qui mettait en place le contexte et qui ne donnait vraiment aucun indice. De ce côté-là, Nolan a bien géré le coup du secret. Seulement, est-ce que ça valait vraiment le coup de faire tout un pataquès sur ce fameux mystère supposé original ? Vraiment pas… Du moins, c’est ce que je pense.

Théorie de la relativité interstellaire

Pour le reste, Interstellar m’a beaucoup déçu. Je n’ai rien vu de franchement original, mis à part une jolie gestion de la théorie de la relativité chère à Albert Einstein. Parmi les points forts de ce film, il faut souligner de solides références scientifiques donnant lieues à des applications pour le moins originales. Heureusement, car les scènes d’action se font rare et sont rarement bouleversantes (de toute façon, ça n’a jamais été le point fort du réalisateur Britannique), Nolan et son frère, tous deux scénaristes sur le film, préférant passer du temps à étudier les différents travaux de Kip Thorne (je vous rassure, je ne suis pas un pro à sortir ce nom de mon chapeau magique, je me réfère juste au dossier de presse).

Néanmoins, il faut tout de même dire que le film ne prend jamais vraiment le temps d’expliquer les différents événements et se contente de les balancer à la face du spectateur avec deux ou trois obscures répliques explicatives. Celui qui n’a pas quelques notions en physique risque de souffrir sévère. Cela est pas mal pour passer pour un film intelligent sauf que non… Ça reste très basique et le réalisateur aurait pu faire un petit effort pour simplifier sa narration afin d’impliquer les spectateurs les plus démunis face à la science. Car la vraie intelligence est de réussir à expliquer des choses compliquées de façon simple.

Tension dramatique : année zéro

Pour son intensité dramatique, les Nolan misent tout sur la relation entre le héros Cooper et sa fille Murph. Et ça marche. J’ai été ému. Il faut dire que Matthew McConaughey est vraiment très bon. C’est d’ailleurs le seul à être à peu près consistant. Néanmoins, cela se fait au détriment de tout le reste. Interstellar ne proposant aucun autre enjeu dramatique… Surtout que direct au début du long-métrage, on nous dévoile la fin. Le summum est atteint avec une partie pathétique impliquant un acteur très connu. Non franchement, ce passage que ceux qui ont vu le film devineront instantanément lequel, j’ai trouvé ça ridicule et inutile. À part pour ajouter des scènes d’action, je n’en vois pas l’intérêt.

Photo d'Interstellar

Lorsque le monolithe noir devient sphérique.

Quant au contexte terrien, si l’idée est intéressante, la pratique se révèle rébarbative. Presque quarante-cinq minutes pour mettre en place les enjeux, c’est beaucoup trop long. Pas étonnant donc que le film dure presque trois heures tant il empile les séquences inutiles et dilate dans le temps la plupart des scènes (en même temps, ça colle au thème). Quant à l’espace, on a quelques petits clins d’œil aux films les plus connus dont le dernier m’a fait mourir de rire en invoquant Star Wars : Cooper rejoue Luke avec R2-D2. Il ne manquait plus que l’étoile noire et ça aurait été parfait (ah, mais attends, on a un trou noir, c’est kif-kif). L’immense problème d’Interstellar, c’est qu’il est devenu ringard à cause de Gravity qui a tout simplement mis la barre trop haute. Nolan a dû se sentir mal pendant la projection du film d’Alfonso Cuarón. En plus, c’est quoi cette manie de vouloir filmer le vaisseau au lieu de s’intéresser à là où le vaisseau va… C’est cool la première fois. Au bout de la troisième, ça devient lourd.

J’arrive ici au sixième paragraphe et je me retrouve déjà à bout d’inspiration. À bout d’inspiration alors qu’on parle d’un des films le plus attendu de l’année par votre serviteur. Cela illustre bien tout le sentiment de déception que m’a procuré Interstellar. Attendu comme le messie, il ne se révèle qu’être un long-métrage plutôt intelligent, mais blindés de défauts (trop même). S’il n’avait pas été réalisé par Nolan, je ne suis pas sûr qu’il aurait reçu pareil accueil. Heureusement donc que Spielberg a quitté le projet, vu comment le réalisateur en prend plein la gueule en ce moment.

Bon allez, on va spoiler un peu, histoire que je puisse me lâcher un peu.

Spoiler

Première chose dont je voulais parler. C’est ce robot. Je sais que Nolan voulait faire réaliste, mais n’y avait-il pas moyen de faire un truc un peu moins ridicule ? À moins qu’il ne s’agisse d’un hommage au monolithe noir de Stanley Kubrick ? Au moins, il m’a fait bien marrer, merci à son paramétrage d’humour.

Deuxième chose, j’ai beaucoup aimé (tiens, t’as aimé quelque chose dans le film, Marvelll ?) le passage sur la planète d’eau avec ses vagues scélérates. J’ai trouvé ça cool. Dommage que les autres planètes ne proposent pas le même délire. En fait, en y réfléchissant, je crois bien, c’est la seule partie où je me suis amusé. Le tout avec la séquence bien tendue qui va avec lorsqu’ils apprennent qu’ils vont perdre des dizaines d’années s’ils restent bloqués. Le tout se terminant avec une chute faisant froid au dos. Celle où Cooper et Brand retrouvent Romilly qui a attendu… 23 ans, alors que pour eux, il ne s’est passé qu’à peine une heure ! Une bonne idée sur la façon dont se servir du temps qui ne s’écoule pas de la même manière selon qu’on s’approche ou non, du trou noir. Malheureusement, c’est assez mal exploité sur le reste du long-métrage. Notamment, avec la parallèle entre les actions de Cooper et celles de Murph. Sauf qu’on nous a déjà dits au début du film (même si indirectement) que les habitants de la Terre allaient être sauvés. Du coup, pourquoi s’inquiéter ?

Par Christophe Menat, le .

Photo d'Interstellar

« Quoi, tu n’as toujours pas compris ? Mais, ça fait dix fois que je t’explique le film ! »

Conclusion

Interstellar est ma plus grosse déception de l’année. Attendu comme l’un de ses plus grands films, il ne se révèle qu’être un blockbuster de plus, avec de bonnes idées dont malheureusement beaucoup sont mal exploitées, mais plombé par un dénouement prévisible. Stanley Kubrick peut dormir tranquille.

+

  • Narrativement, c’est très solide. Trois heures et on ne s’emmerde pas trop.
  • Superbe photographie
  • Matthew McConaughey

  • Fin qu’on devine au bout d’une demi-heure
  • Scènes d’action plates
  • Mystère finalement pas si bandant que ça
  • Enjeux dramatiques proches du néant
  • Entre l’attente et le produit final, il y a un gouffre
  • Une exposition beaucoup trop longue
  • Scènes inutiles grossissant artificiellement la durée
5/10
Poster IMAX du film Interstellar

Poster d’Interstellar

Advertisements
A propos de l'auteur : (2694 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.
  • Epice

    On se rejoint donc pas mal sur un peu tout le film et pour dire que la déception est à la hauteur des attentes, c’est-à-dire foutrement élevée !

    Tu as souligné quelques points que j’ai zappé dans ma critique, à savoir Spielberg qui était sur le projet ou encore la faiblesse des scènes d’action de Nolan.

    Le mystère étant éventé rapidement, c’est plutôt la partie familiale qui m’a tenu en haleine, de savoir si Cooper allait va revoir ses enfants, où et comment. C’est l’enjeu dramatique qui a fonctionné sur moi. Au même titre, bien que dans une moindre mesure, que savoir si Anne
    Hathaway allait revoir son mec (ce qui aurait pu être l’occasion de découvrir une nouvelle planète. Au final, on en aura juste une bribe…)

    On est d’accord sur le manque de pédagogie de Nolan qui m’a complètement perdu sur la fin…

    Bien vu pour le robot et Cooper qui est clairement R2-D2 et Luke, j’avais même pas fait le rapprochement, what a douche !

    Spielberg en prend plein la gueule en ce moment ?!

    • !! SPOILERS !!

      Pour moi, il n’y avait pas vraiment de doutes que Cooper allait revoir sa fille. Je ne sais pas pourquoi, mais je voyais mal les Nolan nous priver des retrouvailles, surtout que la puissance émotionnelle qui s’en dégagerait serait inévitablement puissante. Se priver d’un tel atout, c’est presque suicidaire. D’où mon sentiment d’un film prévisible. Ce qui ne l’empêche pas d’être émouvant.

      Pour l’histoire d’Anne, franchement, je m’en foutais mais royal. Surtout qu’on sent une volonté de vouloir introduire une love story entre Cooper et Brand. Du coup, j’avais deviné une telle fin.

      Pour Spielberg, la façon dont ses derniers films ont été introduits fait quand même penser à ça (après peut-être que je m’imagine des trucs). Attends, t’as vu comment on crache sur Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal et puis t’imagines un peu si c’est lui qui avait réalisé Interstellar, je ne suis pas sûr que le film aurait suscité autant d’enthousiasmes.

      • Epice

        Ouais, c’est vrai qu’il aurait été risqué de faire une fin différente… Mais la question pouvait se poser vu que Le Prestige ou The Dark Knight proposent des conclusions sombres tant qu’Inception et The Dark Knight Rises se terminent sur une note positive… Les Nolan peuvent proposer des fins optimistes ou pessimistes, c’est ça qui me faisait quand même me questionner pendant le film…

        Ouais, je crois que même lui a fini par un peu rejeter son dernier Indy. On verra si un 5ème se fait. Mais vu ce que donne Harrisson Ford dans The Expandables 3, c’est pas très engageant. On verra s’il est toujours Han Solo dans une année…
        Ouais, j’avoue que leurs prédilections sur la fin des blockbusters ne semblent pas tenir la route. Tout du moins, dans l’immédiat.
        On pourrait plutôt croire qu’ils étaient les rois des blockbusters entre les années 70’s et jusqu’au début des années 2000 mais qu’ils sont désormais hors-course… Ou alors ne veulent plus concourir dans cette catégorie et crachent un peu dessus…

        • Ça se sent quand même dans les films. Avec The Dark Knight, on sent la volonté de Nolan de vouloir faire son Empire Contre-Attaque d’où une note résolument sombre avant de se terminer dans la bonne humeur avec The Dark Knight Rises/Le Retour du Jedi. Pour Le Prestige, je ne m’en rappelle plus trop, mais le film est très sombre dans sa globalité, non ? Pour Inception, la fin est différente car sans fin 🙂

          C’est fou quand même comment Lucas est carrément hors course. Pour Spielberg. J’attends beaucoup son prochain film : Le Bon Gros Géant, car j’adore Roald Dahl.

  • clasifi1 .

    Comme quoi , peu importe la critique , tout cela reste extrêmement subjectif. Aurait-tu noté ce film 5/10 si il n’avait pas été réalisé par Nolan ? L’aurais-tu regardé du même œil ? En sachant que tu as noté Equalizer 7/10 ,(sérieux ? à la rigueur « John Wick » oui , mais ça ? ) Ninja Turtles 6/10 , Samba 7/10…Bref !

    Je remarque que tu as donné Dark knight rises un 7/10 (malgré le fait que tu as marqué en gros que « Nolan failed » , tout à fait d’accord , mais celui là ne mérite meme pas un 7…(c’est de loin le pire film de sa filmographie avec son remake médiocre d’Insomnia)..

    Mais bon , ça reste seulement mon opinion. Qui reste finalement tout aussi subjectif que le tiens.

    • Pour commencer, il ne faut pas prendre mes notes comme des notes objectives, mais subjectives. Je ne crois pas qu’on puisse critiquer objectivement à moins que ce ne soit son métier et qu’on ait des connaissances très poussées dans le cinéma. Du coup, mes notes reflètent mon sentiment à la sortie du film, comme une sorte de baromètre 🙂

      Du coup pour Interstellar, évidemment, l’attente n’est pas du tout la même que pour les autres films. On parle d’un Nolan, pas d’un petit blockbuster sans prétention (Ninja Turtles) ou d’une série B (Equalizer, John Wick). Encore plus que Nolan nous a matraqué en vendant son film comme étant la nouvelle merveille du septième art. Du coup, j’y suis allé conditionné pour voir un chef d’oeuvre. La chute n’en est que plus rude. D’où cette note qu’on peut juger très sévère si on considère la qualité technique du film, mais qui illustre bien ma déception.

      J’espère avoir répondu à tes questions. Et je peux comprendre qu’on soit frustré de voir une telle note quand on attend autant le film. L’avantage, c’est que tes attentes seront revues à la baisse et tu ne pourras que davantage apprécier 😛

      Quant à TDKR, il est pour moi le Batman le plus décevant de la trilogie à cause d’un climax merdé. Une trilogie doit se terminer par un énorme morceau de bravoure. Et cette parodie qui sert de final à TDKR, pff… D’où le Nolan Failed ! Il a échoué à conclure sa trilogie (par contre, tout ce qui précède, j’avais trouvé ça excellent). J’espère qu’il n’arrivera pas la même chose à Peter Jackson pour son dernier Hobbit. Mais j’ai confiance, surtout quand on a en mémoire son Le Retour du Roi.

      • Captain Cook

        Pas encore vu le film…mais je suis d’accord sur un point(négatif), sur la mise en scéne de Nolan dans l’action(même si il a fait du progrès),c’est CLAIREMENT pas un de c’est point fort, jamais dans tout c’est films je n’ai ressentie d’intensité dans les scénes d’action(bien carré certes), ou combat…

        Ensuite pour le réal lui même, j’aime vraiment beaucoup le monsieur….mais je ne suis pas non plus un fan boy quoi(plus Spielberg ^^), quand a l’attende du film, si il était dans mon top 10 a voir de cette année…il était pas premier(ni 5éme…), je sais pas, je trouve que ça a l’air bien sympa(voir mieux), mais niveau excitation….pas la folie(des petit films qui vont sortir m’excite plus…comme « 71 » avec l’excellent Jack O’Connell), mais yes a voir…

        Sinon bonne critique(même si oui négatif, c’est bien explique et je peux comprendre le ressentie).

        • Et le pire pour l’action, c’est quand la veille, tu as vu John Wick…

          • Captain Cook

            XD…la je comprend ^^.

  • Lucie Wilde

    J’ai vu le film en projo vendredi et j’ai bien aimé! J’étais dedans et je n’ai jamais décroché malgré les quelques longueurs. En tout cas, ce film va faire parler de lui! Après, est ce que les gens sont déçu par c’est Christopher Nolan??? Je pense que certains (dont moi) s’attendaient à se recevoir la même claque qu’ils ont eu après avoir vu Inception. Si les gens y vont avec cet état d’esprit, il va y avoir beaucoup de déçu! Interstellar est avare en action, beaucoup de blabla et est en dessous de Inception, mais bizarrement, j’ai été conquis! J’espere que ce sera toujours le cas après mon deuxieme visionnage…

    • Tu nous en diras plus, en tout cas, moi je vais faire l’impasse du deuxième visionnage. Sinon, il est clair que c’est largement en dessous d’Inception, de plus le blabla n’est pas vraiment construit de manière fluide. On a parfois l’impression d’assister à une réunion dont on a raté les trois précédentes. Ce qui m’a fait sortir du film, comme si on n’était pas concerné par l’expédition. On n’a pas assisté à la préparation (on a droit direct au décollage – même pas un petit contrôle de Cooper histoire de voir s’il n’a pas perdu la main, j’ai trouvé ça choquant). On n’a même pas le temps de s’attacher aux autres membres de l’équipage. Tout ce qui compte, c’est la relation entre le père et la fille. Le fils, on s’en branle pratiquement. Je n’ai pas encore d’enfants, mais je trouve ça surprenant que le père s’intéresse aussi peu à son fils… Encore plus à la fin où il ne demande même pas de nouvelles.

      • Captain Cook

        Ah oué…la ça risque de me choquer le coup du fils(je pensait que c’était sur LES enfant), pas que SA fille….

        Arf un autre point que je risque de pas aimer.

  • Roanne

    Je l’ai vu hier soir, sans aucun a priori car, hum, je n’en avais même pas entendu parler (je suis restée dans ma grotte ces dernières semaines).

    Personnellement, j’ai beaucoup aimé ; avec de sacrées réserves, mais j’ai quand même passé un super moment et c’est un film qui mérite d’être vu sur grand écran.

    Par contre, je comprends tout à fait tes réserves, d’autant que les goûts, les couleurs… les robots, je les ai adoré, par ex., leur design m’a beaucoup plu.

    Juste un point… « Sauf qu’on nous a déjà dits au début du film (même si indirectement) que la Terre était sauvée. Du coup, pourquoi s’inquiéter ? »

    > Là je rebondis car clairement, dans le film, à aucun moment il n’est question de sauver la terre.
    > C’est le sauvetage de l’espèce humaine dont il est question (et même pas façon arche de Noé avec les écosystèmes qui lui vont bien). Du coup, d’un point de vue biologique, j’ai trouvé que c’était sacrément superficiel comme approche ; enfin soit, c’était le postulat de départ du scénario, je l’ai accepté, j’assume (mais dans un roman, je pense que je hurlerais).
    > Ce qui m’a vraiment dérangée, à titre perso, c’est qu’à aucun moment on n’aborde le fait de l’acceptation de notre disparition, avec une planète qui change et sur laquelle d’autres d’autres espèces prendront la dominance. Sujet qui dérange toujours énormément… donc là encore, je comprends qu’il ait été « squizzé ». N’empêche que… le plan B pose quand même de grosses questions éthiques, culturelles, et tout et tout et elles ne sont pas non plus abordées, même de loin. Le plan B ne sert que de faire valoir à l’importance du plan A, pour la tension entre les personnages, l’émotion, tout ça… Et là dessus, j’avoue que j’ai été carrément frustrée. Bien plus que par le fait que la dernière 1/2 heure était en effet plutôt décevante (en plus d’être prévisible, pas crédible et pas très claire / compréhensible, mais je vais arrêter de chipoter).
    (oups, mon commentaire est super long, désolée, je m’arrête là)

    • Non, au contraire, ne t’arrête pas. C’est intéressant. Alors pour rebondir sur ton commentaire, je me rends compte que quand je parle du sauvetage de la Terre, je me suis mal exprimé, je voulais dire le sauvetage des habitants de la Terre (je vais en profiter pour corriger ça dans ma critique 🙂 ). Et ça, c’est clairement spécifié avec les vidéos du style « documentaire ».

      Après, je trouve ton point de vue intéressant, même si personnellement, ça ne m’a pas dérangé. Après, les Nolan ont voulu s’intéresser à une thématique particulière, l’exploration interstellaire du coup, les thèmes que tu abordes sont en trop. L’extinction de la Terre est juste un prétexte et un bon moyen pour foutre un coup de pression sur les épaules de Cooper. Pour le plan B, je pense pareil. Dans le film, il est juste évincé par Cooper, et voilà qu’on en parle plus. Bien aidé par un Matt Damon en pleine crise. Le pire, c’est que la fameuse exploration interstellaire est sous-exploitée. On passe plus de temps à bavasser ou avec la relation Cooper et sa fille que sur le délire interstellaire. Ça, c’est vraiment dommage à mon goût.

      • Roanne

        C’est clair que certaines de mes « frustrations » sont très personnelles, et hors sujet pour le film, disons que j’en attendais sans doute plus en entrant dans la salle et après quelques minutes de film. Tu as tout à fait raison, ce n’était pas le thème du film au final.Pour certains aspects Interstellaire est vraiment chouette, pour d’autres, c’est vrai que je reste sur une impression de superficialité, il y a trop de « prétextes ». Exemple tout bête, avec le recul : Cooper qui part tout-de-suite-maintenant (au lieu de subir une période de training pour se remettre dans le bain). Sur le fond, ce n’est pas crédible pour deux sous… cette précipitation est juste un prétexte pour qu’il ne revoit pas sa fille après s’être fâché avec elle, et que cette dispute maintienne la tension pendant tout le film (du coup, là, ce n’est même plus superficiel mais artificiel, note que des câbles comme ça j’en vois (lis) de plus en plus, peut-être que j’y suis plus sensible que la moyenne aussi). Après, est-ce que le film avait nécessité de durer 3 heures ? Je ne sais pas… parce que malgré tout… je ne les ai pas vu passer. Par contre, j’imagine que toi et Epice, vous avez dû le trouver très long.

        • « Exemple tout bête, avec le recul : Cooper qui part tout-de-suite-maintenant (au lieu de subir une période de training pour se remettre dans le bain). » Exactement, je le dis même dans un autre commentaire 🙂

          Sinon, je n’ai pas trouvé ça long car comme je l’ai précisé dans ma critique, Nolan est vraiment très bon pour la narration. C’est fluide et rarement emmerdant. En tout cas, ça passe tout seul.

          • Roanne

            Oui, c’est exactement ça ! Même si le film n’est pas parfait, j’ai passé un très bon moment et je n’ai pas vu le temps passer (j’ai juste eu beaucoup de mal au boulot le lendemain…). Du coup, je ne cracherai pas trop dans la soupe. Surtout que clairement, c’est un film à voir sur grand écran (comme Gravity, que j’ai a-do-ré).
            (sinon, oups, grillée pour survole de commentaires !)

  • Sad

    Pour faire court, ce film est une escroquerie, tout ce battage médiatique pour ce résultat ça me laisse sans voix. C’est chiant, ça ni queue ni tête, la dernière partie ça veut faire du 2001, l’odyssée de l’espace mais c’est juste une blague de même pour la scène de star wars avec R2D2 qui ressemble à une playstation. Un film sans intérêt pour moi que je le qualifie du golden globe d’Only God forgive c’est à dire un film qui a une très belle bande annonce mais qui au résultat est complètement à chier, le seul truc qu’il a comprit c’est que dans l’espace, il n’y a pas de sons, pas d’air pas de gravité mais tiens ça me rappelle un autre film qui est excellent (Gravity)

  • Kevin06

    SPOILERS

    Très cher Marvelll,

    J’ai lu ta critique avec grand intérêt après avoir vu le film (c’est à dire il y a une heure).
    Une de tes phrases me laisse perplexe : « Encore que, peut-on vraiment parler de mystère ? Pourquoi dis-je ça ? Tout simplement parce que j’avais deviné la résolution au bout de trente minutes (et vraiment tout, pas juste une partie) »
    Peux-tu m’expliquer comment ? Que les humains soient sauvés, que Cooper revoit sa fille, ça ok, tous le monde l’a bien compris, mais moi quand je te vois parler de mystère, j’entend par la la fameuse scène « derrière la bibliothèque » etc… Donc ma question : comment as-tu pu tout comprendre en 30 min ?

    Sinon on pourra débattre du film ensuite 😛

    • Je ne sais pas, mais quand j’ai regardé le film. Durant les passages avec le fameux fantôme je me suis dit, ben tiens, je suis pratiquement sûr que c’est le Cooper du futur qui essaie d’aider sa fille. Ah oui, je viens de me rappeler pourquoi. C’est quand Murph dit que le fantôme lui a parlé en morse pour dire à son père de rester. Puis, quand Cooper se retourne et regarde longuement la chambre. Là, il n’y a plus de doutes, je me suis dit qu’on allait avoir droit à une scène avec Cooper le fantôme (O Cooper, le p’tit fantôme. Il a envie de jouer.) en train d’hurler de ne pas partir.

      Après évidemment, je ne savais pas comment la scène derrière la bibliothèque allait se présenter graphiquement.

      • Epice

        D’autant que Cooper prononce la phrase « Un parent est le fantôme de l’avenir de ses enfants. » qui ne laisse que peu de doute quant à l’identité du « fantôme » de Murphy…

        • Tiens, j’avais oublié ça. Encore un indice.

  • cooper

    Salut à tous je m’appelle Cooper, et je pense sincèrment que vous êtes tous passé à côté de ce chef d’oeuvre qui rend homage à frank HERBERT ET Monsieur KUBRIK pour 2001, clin d’oeil de Mr NOLAN un gentleman, le postulat de dire que l’humanité est sauvé au début j’aime , comment, pourquoi, là réside toute l’histoire du film, relations humaines, les limites de la technologie avec cette scène de drone paumé au milieu de nulle part, on passe par toutes les émotions, des pleurs ( lorsqu’on est papa que l’on a un fille) , faire des choix, laisser ses enfants pour le bien de tous ou rennoncer … Des scènes spatiales à, couper le souffle,des scènes d’actions ou les glandes surrénales fonctionne à 200 %, toute la partie scientifique qui s’appuie sur des faits réels, biensûr avec extrapolation du réalisateur, c’est tout ce que l’on demande ça c’est du bon cinéma, et puis comparons ce qui est comparable, le hobbit a fait son temps, j’ai l’impression de revoir le même film de Jackson, j’ai lu plusieurs fois les romans, et croyez moi des critiques il y en aurait à faire sur les films de P jackson, le hobbit relève à l’heure actuelle plus à du film de Walt Disney, comparons ce qui est comparable, la bande son du film de Nolan est extraordinaire, les fauteuils vibrent le coeur Palpite, biensûr il ya des critiques de ci de là, mais faut pas pousser, il y a quelques années, on critiquait de la même façon « Blade Runner » il est incontestable qu’à l’heure actuelle c’est un film qui reste culte, que ceux qui aime Marvels et Hobbit et Die machin continue à voir ce genre de film, ciao Signé Cooper .
    PS .Et Star Wars j’oubliai les 3 premiers (les 3 derniers films en fait) ça c’était vraiment de la Daube. Signé un amoureux de la SF

  • Silferaw

    Déçu par Interstellar ?
    J’ai vraiment bien aimé personnellement surtout pour l’exploration, la musique, et les deux premières planètes avec la Damon Surprise ! 😀 (Vague et Glace –> planètes dont je parle).
    Comparé à Gravity, je l’ai trouvé bien mieux ce Interstellar, Gravity a fait le buzz mais j’ai pas compris pourquoi, c’est joli, mais c’est juste joli.
    Mais ! Comme il y a toujours un mais:
    -Vraiment trop dramatique, faut pas avoir des envies suicidaires quand tu vois un film pareil, tout est triste, et c’est triste pendant 3h, et tu te sens tellement petit, que ça en est dérangeant, et ça me fait penser à la scène où le noir dit qu’il n’y qu’un petit mur qui les sépare de l’espace et du vide.
    -Tu te retrouves rapidement qu’avec Anne et Matthew, même si j’aime ces deux acteurs.
    -Le truc quantique, où Matthew est derrière la bibliothèque est complètement superflu.
    -Et la fin, je me demande, comment avec une seule propriété, que la fille de Matt a trouvé, il y autant de choses nouvelles et ils peuvent vivre dans l’espace.
    -Et la fin encore, comment la fille a autant vieilli alors qu’il vient de sortir du trou noir, et comment il a fait pour sortir de ce trou noir et comment il a fait pour être tp devant Saturne…
    Bref, Nolan a comme d’habitude, fait un truc de toute beauté, mais comment Inception, tu te prends la tête à réfléchir sur certaines choses, enfin, moins sur Inception tout de même.

    • Fondamentalement, Interstellar et Gravity n’ont rien à voir sauf le fait que ce sont des aventures spatiales. Gravity est un gigantesque grand-huit et Interstellar, un film classique. Seulement, Gravity a ringardisé les scènes d’action d’Interstellar, du coup, impossible de m’émerveiller devant (au contraire de Mad Max récemment, mais bon, c’est lui aussi un grand huit). De plus, que Nolan avait fait un barouf pas possible autour des scènes d’action… So, quand ça ne suit pas derrière…

      Pour le reste, je n’ai pas réussi à rentrer dans l’histoire. Ça m’a rapidement ennuyé. Je n’ai pas trouvé ça original. Et le passage de Matt Damon, j’ai détesté.

      Pour la fin, effectivement, Nolan ne s’est pas trop foulé. Mais, pour le coup de la fille vieille, il ne faut pas oublier que le temps ne se déroule pas de la même manière. La preuve, Catwoman est toujours jeune à la fin. Pour la sortie du trou noir, on peut penser que ce sont les humains du futur qui s’en sont chargés.

      Pour la propriété, on peut imaginer qu’elle a amené une multitude de nouvelles applications possibles. Un peu comme la venue de l’électricité ou du nucléaire 😉

  • justin b
  • justin b

    10/10 pour ce film.