Critique : X-Men: Le Commencement

Affiche française du film X-Men: Le Commencement réalisé par Matthew Vaughn
Le meilleur de la saga

 
Titre original : X-Men: First Class

Écrit par Ashley Miller/Zack Stentz (Thor et quelques épisodes de Fringe à eux deux) et Jane Goldman/Matthew Vaughn (Kick-Ass et Stardust ensemble)

D’après une histoire de Sheldon Turner (scénariste de In the Air et Massacre à la tronçonneuse : le commencement) et Bryan Singer (réalisateur de X-Men 1 et 2)

Réalisé par Matthew Vaughn (Kick-Ass, Stardust et Layer Cake)

Avec James McAvoy (Wanted : choisis ton destin), Michael Fassbender (Inglourious Basterds), Kevin Bacon (Mystic River,Hollow Man), Jennifer Lawrence (Winter’s Bone), Nicholas Hoult (Pour un garçon, A Single Man), Lucas Till (World Invasion : Battle Los Angeles), Rose Byrne (Damages), Edi Gathegi (Twilight 1 et 2), January Jones (Mad Men , Sans Identité) et Jason Flemyng (Le Choc des Titans).

Date de sortie cinéma : 1 juin 2011
Long-métrage américain
Genre : Action, Aventure, Drame, Science fiction
Durée : 2h10
Distributeur : Twentieth Century Fox France

Avant que les mutants n’aient révélé leur existence au monde et avant que Charles Xavier et Erik Lehnsherr ne deviennent le Professeur X et Magnéto, ils n’étaient encore que deux jeunes hommes découvrant leurs pouvoirs pour la première fois. Avant de devenir les pires ennemis, ils étaient encore amis et travaillaient avec d’autres mutants pour empêcher la destruction du monde, l’Armageddon. Au cours de cette opération, le conflit naissant entre les deux hommes s’accentua, et la guerre éternelle entre la Confrérie de Magnéto et les X-Men du Professeur X éclata…

Pas de surprise: un excellent film

J’ai toujours trouvé que c’était plus difficile de parler d’un film qu’on a beaucoup apprécié plutôt qu’un film qu’on a détesté. Malheureusement (et heureusement), X-Men Le Commencement fait partie de la première catégorie. Je vais tenter d’analyser pourquoi X-Men est non pas un bon mais un excellent film tout en évitant de spoiler (ne vous inquiétez pas au pire, je mettrais les spoil dans des zones cachés).

Déjà, j’étais moyen chaud avec ce retour aux origines, du coup je ne l’ai pas attendu autant que Thor ou Sucker Punch. Je n’étais pas pris d’une frénésie où je commençais à emmerder tout mon entourage à l’idée de voir le film (je ne vous dis pas leur soulagement après la fin du visionnage du film sauf si ce dernier est mauvais, alors là je débats durant des heures). Même si Matthew Vaughn était le réalisateur et vu son extraordinaire Kick-Ass (parmi mes meilleurs films de l’année 2010), j’avais toujours autant de mal à m’exciter à l’idée de voir les origines de Magnéto et de Professeur X. Cela pourrait s’expliquer par le fait que j’avais lu le comic et c’était plutôt moyen ou encore par le syndrome Star Wars (revenir sur les origines de Dark Vador au lieu de continuer les aventures de Luke, je n’ai toujours pas digéré et puis, quel intérêt de suivre une aventure dont on connaît déjà la fin).

Vaughn est visiblement un put.. de réalisateur

Brian Singer avait fait un excellent travail sur les X-Men mais il avait toujours un peu foiré ses combats à cause de personnages ultra guindés (on dirait qu’ils avaient tous un bâton dans le c.. même Wolverine ce qui est un comble quand on voit comment le personnage se bagarre dans le comic). Vaughn a éclaté Singer sur ce coup-là, ses combats sont des véritables bulles des comics qui prennent vie : des personnages volant dans le ciel, lançant des rafales d’énergie et utilisant réellement leur pouvoir. Les scènes d’action sont très réussies et ça n’étonnera personne vu sa grande maitrise dans Kick-Ass (un des meilleurs films adaptés d’un comic) et Stardust, le mystère de l’étoile (une aventure fantastique très réussie, le combat final où la sorcière contrôle un soldat tel une marionnette est extraordinaire).

Au niveau des traitements des personnages, ils sont très charismatiques que ce soit Magnéto, Professeur X, Sebastian Shaw, Emma Frost (la Reine Blanche), Mystique et j’en passe. L’équipe de la trilogie originelle se fait descendre sans aucun problème, seul Wolverine et Magnéto pourrait tenir la comparaison avec cette nouvelle équipe. D’autant plus surprenant que les acteurs de la trilogie originelle étaient beaucoup plus chevronnés.

Enfin, on ne parle plus de Wolverine

D’ailleurs en parlant de Wolverine , quel plaisir qu’il soit enfin absent, ça nous permettra d’éviter d’avoir ENCORE un film focalisé sur lui, quatre films ça suffit amplement ! Le premier X-Men s’intéressait à Wolverine au point que l’équipe des X-Men était reléguée au second plan, on aurait pu appeler le premier film : Comment Wolverine intégra les X-Men. Le second s’intéressait à ses origines ou Les Origines de Wolverine l’arme X. Le dernier était Wolverine se fait plaquer par Jean Grey. On poussait même le vice à proposer un film retraçant ses origines et où, au final, on n’apprenait pas grand-chose.

Cette fois-ci, c’est bien l’équipe des X-Men qui est au cœur du long métrage même si l’histoire de Magnéto sert du fil conducteur (pas étonnant quand on sait que le film devait être à l’origine X-Men Origins : Magnéto) mais au moins on n’oublie pas de développer les autres personnages ce que Singer avait beaucoup de mal à faire en mettant systématiquement Wolverine au premier plan et en le foutant limite chef des X-Men ce qui est une hérésie pour le fan de comics, Cyclope étant un leader-né et Wolverine un solitaire. Bref ce n’est pas le lieu pour débattre sur l’utilisation de Wolverine dans la trilogie originelle, on retourne aux nouveaux X-Men.

Le méchant est un nouveau venu et beaucoup ne le connaîtront pas. Il est joué par un excellent Kevin Bacon. On pourra toutefois critiquer son équipe mise en arrière hormis la Reine Blanche, ils ne sont que très peu développés. Ils servent plus pour se battre qu’autre chose, dommage surtout pour Azazel (le père de Diablo dans le comic et surement dans le film vu sa ressemblance et ses pouvoirs).
Encore une fois au niveau du traitement des personnages, Vaughn bat Singer. Ça fait deux à zéros.

Au niveau de l’histoire, le fait d’avoir installé le film dans un background de guerre froide, plus précisément lors la crise des missiles de Cuba donne un certain cachet historique réussi au film. On sent bien la patte de Singer de vouloir intégrer les mutants dans le monde actuel.

Spoiler

Une chose m’a bien fait marré, X-Men Le Commencement est un de ces films clichés où le noir meurt le premier (Darwin en l’occurrence, ce qui est même surprenant vu que son pouvoir est de s’adapter à tout, il est immortel dans le comic). On dirait qu’il est juste là comme prétexte pour souligner la condition d’esclave des mutants avec un gros plan bien appuyé sur lui lorsque Professeur X parle d’esclavage.

Faisons un bref détour du côté des effets spéciaux. Je trouve qu’ils sont un peu trop visibles dans le film. Certains sont ratés (la forme diamant de la Reine Blanche est horrible), d’autres réussis. Mais on peut comprendre cette inégalité par leur très grande présence étant donné qu’il s’agit de l’épisode des X-Men le plus spectaculaire (c’est tout de suite plus dur de tout réussir). Par contre excellent boulot pour le maquillage, le Fauve est à tomber.

L’œil du Marvelophile

Comme pour la trilogie originelle, le film prend ses aises avec le comic en se réappropriant les personnages à leur sauce (il faut donc oublier les personnages d’origine), par exemple :

Spoiler

Au niveau chronologique, Emma Frost a juste 40 ans de décalage. Dans le comic, elle est la compagne du leader des X-Men, Cyclope donc si on considère la chose, elle devrait avoir 70 ans et sortir avec un mec de 30 ans, une cougar ?

Angel, Darwin sont des personnages relativement récents, ils font partie de la génération future des X-Men et non pas de l’équipe originelle. Le Hurleur n’apparaît que dans la deuxième équipe des X-Men (celle de Claremont). Pour Havok (Alex Summers), il est le petit frère de Cyclope (Scott Summers) or ce n’est pas le cas ici (ça va probablement être son père).

Le Fauve est le seul personnage à être à sa bonne place (il manque juste Iceberg, Cyclope, Jean Grey et Angel, le mec, pas la fille) pour qu’il s’agit de la vraie équipe d’origine.

Quant au méchant, Sebastian Shaw, il n’a jamais été présent dans les camps. Par contre Mr Sinistre, le vassal d’Apocalypse (le premier mutant apparu en Égypte à l’époque des Pharaons), oui. On sent que dans le film le personnage joué par Kevin Bacon est un mélange de Mr Sinistre et du Sebastian Shaw du comic.

Marvelll says : Marvel NOT APPROVED !

Mathew Vaughn ne voulait pas être le gars qui a réalisé le pire épisode de la saga des X-Men (raison pour laquelle il a laissé tomber le 3). Eh bien mon vieux, tu peux dormir tranquille, tu as réalisé le meilleur.

Les 2h10 passent en un éclair devant les multiples intrigues se développant pour se rejoindre sur un très bon final. X-Men Le Commencement est un des meilleurs Marvel. Décidément les fans de comics sont régalés cette année avec Thor et X-Men, espérons que Green Lantern et Captain America seront du même acabit.

Sa scène culte : y en a beaucoup que j’ai apprécié mais ma petite préférée, c’est la première fois que le Hurleur se lance au combat.

Note : 8/10

Publicités
A propos de l'auteur : (2786 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter ou Facebook.