Critique : World War Z

Dame nature est une garce

Fiche

D’après le roman World War Z : Une histoire orale de la guerre des zombies de Max Brooks
Titre:
World War Z
Réalisateur(s):Marc Forster
Scénariste(s):Matthew Michael Carnahan, J. Michael Straczynski, Drew Goddard, Damon Lindelof, Max Brooks
Acteurs:Brad Pitt, Mireille Enos, Elyes Gabel, James Badge Dale, Fana Mokoena, Daniella Kertesz, David Morse, Matthew Fox
Titre original:Date de sortie:3 juillet 2013
Pays:États-UnisBudget:190 000 000 $
Genre:Action, Fantastique, Science fictionDurée:1h 56

Un jour comme les autres, Gerry Lane et sa famille se retrouvent coincés dans un embouteillage monstre sur leur trajet quotidien. Ancien enquêteur des Nations Unies, Lane comprend immédiatement que la situation est inhabituelle. Tandis que les hélicoptères de la police sillonnent le ciel et que les motards quadrillent les rues, la ville bascule dans le chaos…

Critique

Depuis un certain The Walking Dead, les histoires de zombies/morts-vivants/infectés (rayez les mentions inutiles) ont le vent en poupe. Probablement un effet de mode mais cela a entraîné la naissance de World War Z, production assez atypique car il s’agit du premier blockbuster du genre. 190 millions de dollars pour parler de mecs qui veulent en bouffer d’autres, fallait les sortir.

Bien évidemment, la violence inhérente à un tel sujet est bien évidemment impensable pour World War Z. Malgré tout, le film est interdit aux moins de douze ans même si au visionnage du film, j’ai un peu de mal à le comprendre. Pas d’injures, ni réellement de violences, peut-être que la vision des mecs qui s’amusent à faire des gros yeux blancs tout en se contorsionnant comme s’ils avaient une souris coincée sous leurs fringues est jugé trop rude pour nos frêles enfants (ce n’est pas comme s’ils ne regardaient pas la télé-réalité, « Allô, non mais allô quoi »). En somme, la violence dans le film est réduite au maximum. Pas de gerbes de sang (ni sur les humains, ni sur les zombies), pas de tête fracassée (lorsque Brad Pitt s’y met, tout se déroule hors champ), un constat qui fait bien regretter la série télévisée The Walking Dead. On peut malgré tout espérer une version non censurée en DVD/Blu-ray pour mettre un peu de gore dans tout ça.

« Un sens du spectacle jamais vu dans le genre dérivant systématiquement vers l’huis-clos. »

Par contre, à défaut de violence, World War Z semble s’être rabattu sur les jump scares dont deux sont particulièrement bien foutus (même pour un blasé comme moi) et un sens du spectacle jamais vu dans le genre dérivant systématiquement vers l’huis-clos. Ici, on voyage, allant même jusqu’en Corée du Sud mais les deux passages les plus impressionnants se déroulent à Philadelphie et à Jérusalem (le fameux mur de zombies) sans oublier le remake de l’avion d’Iron Man 3.

Si on en prend plein la gueule, difficile d’être satisfait devant la qualité des effets spéciaux. Les mouvements de foules sont sacrément impressionnants mais mettent en exergue les mauvaises textures des zombies (reconnaissables entre mille malgré la présence de vrais figurants) diluant donc le sentiment d’angoisse. J’ai lu quelque part que le tournage de World War Z a connu pas mal de problèmes notamment au niveau des effets spéciaux, ce qui explique probablement leurs mauvaises qualités. Les horribles affiches photoshopées étaient là pour nous prévenir.

Le pire avec ces zombies survient dans la deuxième partie où alors que nous sommes censés faire dans notre froc tellement c’est tendu avec une partie de « bouge en silence ou crève » tout droit sortie du jeu vidéo The Last of Us (les zombies de World War Z semblent être des cousins proches de ceux du jeu vidéo vu qu’ils réagissent eux aussi au bruit), il est difficile de ne pas se marrer en voyant les zombies se contorsionner. On éclate spontanément de rire lorsque l’un d’entre eux frappe sa tête contre le mur. Toute la salle était morte de rire… Malheureusement, ce n’est pas vraiment le but voulu. Un raté sacrément dommageable qui met à mal l’excellente première partie.

Au niveau du casting, pas vraiment d’acteurs connus, toute la charge étant portée par Brad Pitt. On notera tout de même un James Badge Dale très classe (vu en méchant arrogant dans Iron Man 3), un David Morse édenté et un Matthew « Lost » Fox en simple figurant (incroyable mais vrai, à se demander s’il n’a pas eu un paquet de scènes coupées car difficile de croire qu’un acteur de son envergure se soit abaissé à ce niveau).

« Au niveau du casting, pas vraiment d’acteurs connus, toute la charge étant portée par Brad Pitt. »

Brad Pitt, quand à lui, est loin d’incarner un héros immortel, n’hésitant pas à s’en remettre aux soldats pour le protéger. Ça change des super-héros qui veulent s’occuper de tout, tout seul. Le début avec sa famille dans le film permet d’avoir beaucoup de sympathie pour son personnage en même pas quelques minutes.

L’intrigue n’est pas trop mauvaise en axant son histoire non par sur la survie de son personnage principal mais sur sa recherche d’un remède en essayant de retrouver le patient zéro (merci à Contagion de m’avoir donné plus d’infos dessus). Néanmoins, rien de folichon même si l’idée finale n’est pas si mauvaise.

Pour l’anecdote-qui-tue-et-vachement-pratique-pour-la-com, durant le tournage Brad Pitt aurait sauvé une figurante d’une foule sur le point de la piétiner. Quel homme ! Non, ce n’est pas ironique. Brad Pitt > Superman.

Conclusion

World War Z est le premier blockbuster de zombies (il pourrait être considéré comme l’épisode 0 de tous les films du genre vu que ces derniers zappent systématiquement les premiers jours de l’épidémie) et offre des mouvements de foules sacrément impressionnants mais est pénalisé par des effets spéciaux moyens et des zombies parfois ridicules.

A noter que deux suites sont prévues en cas de succès au box-office (ce qui a l’air bien parti, le film ayant déjà rapporté 267 millions de dollars à ce jour).

+– Brad Pitt
– Vrai blockbuster de zombies
– On en voit du pays
– Les mouvements de foules
– Spectaculaire
– Zombies ridicules dans la dernière partie
– Effets spéciaux à revoir
– Violence aux abonnés absents
7/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2871 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.