Critique : Vanquish

PlatinumGames s’est fait une solide réputation avec Bayonetta qui était un mix des meilleurs Beat’m all (God of War, Devil May Cry, …). Son petit frère Vanquish lorgne vers les TPS (Third-Person Shooter) dont son représentant le plus célèbre est Gear of War.

Déjà commençons avec LE point fort de Vanquish. Comme Bayonetta, son gameplay est une pure merveille. Mixant avec génie tous les modèles du genre. Vanquish mixe avec réussite Gear of War et Max Payne.

On dispose d’une arme métamorphosable qui permet de facilement passer d’une arme à un autre, une excellente idée. Avec ça, on a des bottes qui permettent d’activer un mode turbo nous permettant de glisser sur le sol à toute vitesse (très pratique pour éviter des missiles ou s’approcher d’un ennemi). Le tout agrémenté d’un Bullet Time (mode ralenti à la Matrix). Avec tout ça, vous n’aurez pas d’excuse pour ne pas finir le jeu, ^^.

Toutefois, ne pensez pas que c’est illimité, votre armure ne vous permet de les utiliser qu’un temps limité autrement elle surchauffe et limite vos déplacements durant un temps limité (si vous n’êtes pas à l’abri, c’est la mort assurée). Apprenez à jongler entre les différentes fonctionnalités à la manière de Bayonetta où il fallait bien esquiver ou contrer pour mieux attaquer et sortir les combos les plus ravageurs.

Niveau armes, vous avez accès un peu à tout. Mitraillettes légères ou lourds, sniper, lance-roquettes, grenades normales ou flashs, fusil laser ou disques. Vous ne pouvez en porter que trois mais changer à tout moment. Toutefois, une particularité du gameplay vous fera garder tout le temps les mêmes. En effet si vous avez une arme complètement chargé dans votre inventaire, ramasser la même arme lui attribuera une compétence comme plus de munitions ou une meilleure visée.

Le gameplay est vraiment excellent mais le reste du jeu pèche un peu. Déjà la durée de vie est riquiqui même en difficile (7h45 d’après le compteur du jeu). L’histoire est un peu bidon et ne m’a pas accroché surtout que le début m’a fait croire à un synopsis à la Metal Gear Solid. A noter toutefois à de belles cinématiques de combat (sans atteindre toutefois la maestria du troisième opus du démon qui pouvait pleurer).

Graphiquement, c’est très beau (la modélisation du héros est superbe, surtout la transpiration criante de réalisme) mais certaines textures font tache. Quant aux ennemis, comme Gear of War, ils ne sont pas très variés. On a l’impression de tout le temps tomber sur les mêmes. C’est dommage.

Graphisme : 17/20 – Les personnages sont magnifiques. La modélisation est superbe mais les ennemis sont tout le temps les mêmes. Quelques textures sont horribles.

Gameplay : 17/20Gear Of War avec un Bullet time et un turbo. Il n’y a pas meilleur définition.

Durée de vie : 12/20 – J’ai mis 7h45 en difficile d’après le jeu mais il ne compte pas les cinématiques. Donc grosso modo 8h30 de jeu. Ce qui est quand même très, très peu.

Histoire : 14/20 – Un peu bidon malgré un début qui annonçait beaucoup de choses. Les choses s’arrangent vers la fin mais nous laissent à notre faim.

Trophées : 15/2067% en ligne droite sans vraiment chercher à les accomplir. Ils sont sympas, consistant à faire des actions durant le jeu (bien loin des ramasser tous les renseignements ou autres).

Note : 17/20 – PlatinumGames réussit à nous livrer un excellent sosie de Gear of War après Bayonetta. Mais l’ambiance du jeu de la boîte à Billou est superbe contrairement à Vanquish qui, par contre, lui surpasse niveau gameplay. Espérons une suite qui corrigera certains problèmes pour lui permettrent d’accéder au panthéon des meilleurs TPS de tous les temps.

Conseil Commencez direct en difficile, vous ne galérez pas vraiment sauf à la fin contre les deux boss.

PS : Je me mets sur Call of Duty Black Ops, now :-).

Affiche Vanquish

Pin It on Pinterest