Critique : The Lords of Salem

The Lords of Salem Poster
Rob Zombie’s Baby

Fiche

TitreThe Lords of Salem
RéalisateurRob Zombie
ScénaristeRob Zombie
ActeursSheri Moon Zombie, Bruce Davison, Jeff Daniel Phillips, Judy Geeson, Meg Foster
Titre original:Date de sortie:
Pays:États-Unis, Royaume-Uni, CanadaBudget:1 500 000 $
Genre:Épouvante, Horreur, ThrillerDurée:1h41
Alors qu’elle passe un vinyle à l’antenne de la radio pour laquelle elle travaille, Heidi réveille un groupe de sorcières tuées au XVIIème siècle à Salem et ayant juré de revenir se venger…
The Lords of Salem Photo
Les sorcières de Salem.

Critique

Critique à lire en lançant la musique du clip suivant:

Rob Zombie… Un grand nom pour le cinéma d’horreur en très peu de films mais il fait dire que The Devil’s Rejects a traumatisé son monde et s’est très vite installé comme un classique. Lorsqu’il s’est attaché à « remaker » Halloween, beaucoup ont vu ça d’un mauvais œil mais finalement, il réussit à rendre une copie très correcte même si un peu trop lisse. C’est seulement avec Halloween II qu’il va vraiment poser sa patte sur la saga de John Carpenter. Résultat, des critiques catastrophiques pour pourtant un épisode bien meilleur que le premier, du moins de l’avis de votre serviteur. Pourquoi je parle de la filmographie de Rob Zombie? Car The Lords of Salem est une extension du deuxième épisode d’Halloween dont il partage la même volonté de rendre des images fantasmagoriques.

Malgré les critiques désastreuses pour The Lords of Salem (5,5/10 sur Imdb et 57% sur Metacritic), j’ai toujours voulu voir ce long-métrage car de toute façon, les films Rob Zombie n’ont jamais emballé la critique, ni les spectateurs étant trop hors des sentiers battus. Et heureusement car son dernier long-métrage est loin d’être un mauvais film, c’est même plutôt un bon toutefois, il rebutera ceux qui attendent un film d’horreur « dégueulasse » car c’est vers le film d’épouvante à la Rosemary’s Baby qu’il s’oriente.

« Longtemps après la projection, je ressens encore le long de mes veines cette injection singulière de l’enfer selon Rob Zombie. »

Tout débute avec une cérémonie de sorcières, les fameuses sorcières de Salem, puis enfin nous suivons Heidi dans sa vie quotidienne. Dès le départ, Rob Zombie installe une ambiance pesante marquée par une musique grinçante et dérangeante avec quelques visions de créatures démoniaques par-ci et par-là. Mais tout débute avec la réception d’un vinyle d’un groupe nommé The Lords… Nom auquel on y adjoindra « of Salem ». L’écoute de ce vinyle est un moment particulièrement fort (le pendant en musique de la K7 de Sadako), autant pour les spectateurs que pour Heidi. Le cauchemar commence…

Dans sa deuxième partie, The Lords of Salem s’oriente vers une succession de plans cauchemardesques très bien mises en scène. Des plans n’étant d’ailleurs pas sans rappeler les clips de White Zombie, le groupe de Rob Zombie. Certains reprocheront les effets cheaps, des créatures faites avec des bouts de ficelles et des sorcières pas assez effrayantes. Ils n’auront pas complètement torts mais personnellement, j’ai été subjugué car si séparément, ça frôle le ridicule, l’ensemble cumulé à l’excellente BO nous fait passer dans un monde de cauchemar, un monde hypnotisant dont il devient impossible d’en détacher le regard. Longtemps après la projection, je ressens encore le long de mes veines cette injection singulière de l’enfer selon Rob Zombie. Mention spéciale au dernier plan sur Sheri Moon Zombie, un plan qui m’a fait penser au Tommy de Ken Russell.

Photo de The Lords of Salem avec Sheri Moon Zombie
Quel mal abrite Heidi ?

Conclusion

The Lords of Salem est un film à part dans la filmographie de Rob Zombie. Davantage un film d’épouvante à ambiance marquée qu’un film d’horreur, il est sublimé par une dernière partie fantasmagorique malgré quelques défauts. Ce qui est sûr, c’est qu’il divisera.
+– la dernière partie
– la musique
– scénario faible
– parfois cheap
Trophée7/10

Pin It on Pinterest