Test : Medal of Honor : Warfighter

Devant les lignes ennemies

Fiche

Éditeur:Electronic Arts
Développeur:Danger Close (Medal of Honor)
Plate-forme:PC, Playstation 3, Xbox 360Date de sortie:25 octobre 2012
Genre:Action, Guerre, FPSClassification:Déconseillé aux – de 16 ans
Testé sur:PC

Critique

Ayant zappé le renouveau de la série l’année dernière, j’étais enthousiaste à l’idée de retâter du MOH surtout que je n’ai toujours pas pu oublier l’épisode où on revivait le débarquement de Normandie. Premier effet en lançant le jeu : « Ouah ». Le jeu est beau, très beau même avec la config du PC au max. Point étonnant quand on sait qu’il s’agit du moteur du plus beau FPS de notre génération, Battlefield 3. On en prend plein les mirettes au niveau des effets, des tirs mais déjà on commence à être étonné par une chose, pourquoi les décors ne se détruisent pas? C’était pourtant l’un des points forts du moteur…

Je vais spoiler la fin de ma critique: le jeu est une déception. Déjà le solo est très, très court. A peine quatre heures et demie pour le boucler et je chronomètre large mais surtout là où le bât blesse, c’est qu’il ne surprend jamais, il n’en met jamais plein la gueule comme le sait si bien faire Call of Duty. On boucle les missions comme une âme en peine, en pestant sur l’IA vraiment défectueuse – ça m’énerve tout le temps de voir les ennemis se jeter en rush sur moi sans que nos compagnons ne daignent de nous aider (soit ils ratent l’ennemi pourtant à un mètre, soit ils les ignorent royalement). Certes les rush facilitent la vie mais quand on a plein qui se lancent à la chaine, difficile parfois de pouvoir recharger.

Le seul point positif concernant le solo demeure les phases véhiculées tentant d’amener un peu de variété. J’ai été agréablement surpris par la maniabilité et la nervosité de ces phases. C’est probablement le seul souvenir que je vais garder de ce jeu avec cette tentative un peu ratée d’apporter de la dimension psychologique lors des cinématiques. Seulement, c’est ultra-cliché, la femme a une tronche bizarre, la fille fait penser à Esther la psychopathe, on est plutôt amené à conseiller le héros de se barrer en courant. On comprend pourquoi il tente à tout prix de revenir au cœur de la bataille quitte à délaisser sa famille. Patriote… mes fesses, oui!

Test

Graphisme : 8/10 – Le moteur de Battelfield 3 fait des merveilles, seulement les dégâts sur les décors ne sont pas pris en compte comme un vulgaire Gran Turismo même pas foutu d’ajouter des voitures pouvant s’abîmer (du moins sur les premiers épisodes).

Gameplay : 5/10 – La main est ultra-classique par contre l’IA ne fait pas peur du tout, on se marre même à l’idée qu’elle tente de conquérir le monde.

Durée de vie : 3/10 – Quatre heures et des poussières pour le solo…

Histoire : 5/10 – Rendons hommage à la tentative d’épaissir les personnages mais c’est tellement cliché.

Son : 7/10 – Une musique de Linkin Park, des bons bruitages, tout à fait correct.

Son point fort – C’est bô.

Son point faible – … joker? Sérieusement, en stigmatiser juste un seul me paraît difficile.

Conclusion

Euh… j’ai déjà terminé ? Oui franchement, oui, il n’y a rien d’autre à dire. Medal of Honor : Warfighter représente une déception dans tous les sens du terme, trop court, trop basique, trop cliché, trop de points négatifs et surtout trop de cons (ennemis comme amis)… Warfighter, vous êtes le maillon faible du FPS militaire, au revoir !
4/10

Pin It on Pinterest