Test : God of War : Ascension

Heart of Spartian

Fiche

Titre:God of War : Ascension
Éditeur:Sony
Développeur:Sony
Plate-forme:Playstation 3Date de sortie:13 mars 2013
Genre:Action, Beat’em allClassification:Déconseillé aux – de 18 ans>
Testé sur:Playstation 3
God of War : Ascension Image
This is spartan vengeance again.

Critique

La trilogie du guerrier qui avait un peu trop forcé sur le maquillage de la cour de Versailles en poudrant son corps tout entier de blanc étant terminé, les fans ET les développeurs sont en manque, l’un d’aventures mythologiques, l’autre de pièces d’or (pour rester dans l’époque). Finalement la solution limpide est arrivée. T’inquiètes fan de Kratos, on trouve toujours des idées pour se faire du flouze, c’est dans la nature humaine. Par contre, on ne sait jamais si c’est une bonne ou mauvaise idée. Bref, cette solution consiste tout simplement à revenir aux origines, à l’épisode manquant entre le moment où Kratos se lie à Arès et celui où il décide que c’est le moment d’aller lui botter le cul.

« La trilogie du guerrier qui avait un peu trop forcé sur le maquillage de la cour de Versailles en poudrant son corps tout entier de blanc étant terminé, les fans ET les développeurs sont en manque. »

Je n’irais pas par quatre chemins. L’histoire ne m’a ni emballé, ni emmerdé, en fait c’est même plus simple que ça, je n’en avais rien à foutre. Faut dire que les cinématiques visant à étoffer le personnage sont très courtes, les personnages secondaires aussi développés qu’un code Java écrit par un mec qui s’y connaît rien. Les méchants avec le charisme du pilier du bistrot du coin. C’est un ratage complet de ce côté-là. Heureusement, le boss final demeure assez sympathique mais c’est bien le seul.

Pour le bestiaire, même constat. Mis à part le colosse à tête d’éléphant qui m’a bien fait marrer. Le reste, ce sont les mêmes créatures que d’habitude. Ce n’est pas en changeant leurs skins que les développeurs vont nous flouer. Le gameplay, pareil, il n’a pas changé d’un iota et commence à vieillir un peu. Ah si, il y a bien les armes secondaires à ramasser mais je préfère mes gants Hercules. Le seul moment d’originalité, c’est avec l’outil permettant de remonter dans le temps pour réparer les éléments du décor et la possibilité de scinder Kratos en deux. Mais attends, ça me dit quelque chose ça… Ah ben oui, Darksiders 2! Ah, il y a du SSX aussi dans ce jeu. Incroyable mais vrai.

« Les personnages secondaires [sont] aussi développés qu’un code Java écrit par un mec qui s’y connaît rien. »

La mise en scène, point fort de la saga, reste désespérément molle et le chapitre d’ouverture (inoubliable dans God of War 3) est bâclé ici. En fait, God of War : Ascension, ça ne s’arrange qu’une fois la moitié du jeu passée (au bout de trois heures et quart). Oui, si t’es fort en calcul mental, tu pourras t’apercevoir qu’il ne faut que 6 heures et demie pour terminer le jeu…

Heureusement que toute la partie dans la statue d’Apollon est là pour remonter le niveau du jeu parce que bon… Mouais, apparemment on me dit que le point fort de ce God of War, c’est le multi. Ben c’est con parce que personnellement, je m’en fiche comme des relations sociales entre les escargots de mon jardin. Allez, je suis un peu méchant là. On va dire que pour le solo de God of War : Ascension, y a quand même des beaux graphismes même si le design dans l’ensemble est peu inspiré, il y a aussi un très bon passage et un beau combat final mais de là à mériter un achat plein pot à 70 euros? Non.

PS: je me suis éclaté sur la scène qui rend hommage au film 300.

God of War : Ascension Image
« Heureusement qu’il est attaché… Pfiou. Merde, la chaîne a lâché. Bon bah, vous vous démerdez les gars, moi je me porte volontaire pour aller chercher Kratos. »

Test

Graphisme : 7/10 – Malgré son âge, le moteur graphique continue à faire des merveille notamment sur Kratos toujours aussi beau. Par contre, le design laisse à désirer dans l’ensemble.

Gameplay : 6/10 – Malgré quelques bons ajouts comme du SSX et des pouvoirs pompés sur Darksiders 2, ça commence à vieillir.

Durée de vie : 4/10 – Six heures et demie pour boucler le solo. Ben mon pote, j’ai l’impression de m’être fait flouer. Le multi, ça ne m’intéresse pas (rajoutez un ou deux points si ça vous intéresse mais apparemment, ce n’est pas génial).

Histoire : 4/10 – Avec des personnages secondaires aussi fades, difficile de s’y intéresser malgré une tentative de faire découvrir un Kratos plus humain. La mise en scène, ben c’est moins inspirée que d’habitude.

Son : 8/10 – Rien à redire de ce côté-là.

Son point fort – Pour les fans de Kratos (et encore).

Son point faible – Pour les fans de Kratos.

Image du jeu vidéo God of War : Ascension avec Kratos enchaîné
« Kratos! Kratoooooss! T’es où? Oh, excuse-moi. Euh, tu fais quoi? … Ah, une séance de SM… Bon bah, je vais te laisser alors, je reviens plus tard, hein? Oui, oui. Allez, bon courage (mais merde, pourquoi j’ai dit ça?). »

Conclusion

God of War : Ascension tient davantage de l’addon que du véritable nouvel opus mais à contrario de StarCraft II: Heart of the Swarm, il est particulièrement bâclé et sa seule originalité concerne son multi. Conseil: vaut mieux refaire God of War 3, ça coûtera moins cher ou alors attendez qu’il sorte en occasion.
5/10

Pin It on Pinterest