Critique & Test Blu-ray : Precious

Je m’appelle Precious. VDM
D’après le roman Push de Sapphire
Réalisateur(s):Lee Daniels (son prochain film The Paperboy réunira Nicole Kidman, Zac Efron, Matthew McConaughey et John Cusack)
Scénariste(s):Geoffrey Fletcher (Violet & Daisy)
Acteurs:Gabourey Sidibe (Le casse de Central Park), Mo’Nique, Paula Patton (prochainement dans Mission: Impossible – Protocole fantôme), Mariah Carey, Lenny Kravitz
Titre original:Precious: Based on the Novel ‘Push’ by Sapphire
Pays:États-UnisDate de sortie:3 mars 2010
Genre:DrameDurée:1h49
Lorsqu’à seize ans, Precious apprend à lire et à écrire dans une école alternative, un monde nouveau s’ouvre à elle. Un monde où elle peut enfin parler, raconter ce qui l’étouffe. Un monde où toutes les filles peuvent devenir belles, fortes, indépendantes. Comme Precious…
Date de sortie Blu-ray/DVD:15 novembre 2011Format vidéo:1.85:1
Langues:Anglais, Français (DTS HD Master Audio 5.1)
Sous-titres:Français
Suppléments :Interview des actrices, Interview d’Oprah Winfrey, Interview de Lee Daniels et Sapphire, Essais de Gabourey Sidibe, Scène coupée, Rencontre avant les Oscars, Bandes-annonces

La critique

Après le torture-porn, genre prôné par Jigsaw et sa marionnette enfantine, voici le social-porn. Imaginez tous les malheurs du monde qui s’abattent sur une seule personne: Precious, enceinte de son deuxième enfant dont le père n’est autre que son père, martyrisée par sa mère qui lui lance des casseroles sur la tête, analphabète, obèse et pour couronner le tout, elle vit dans la misère ne subsistant que grâce aux allocs de sa mère. En clair, la VDM maîtresse de toutes les VDM. Pas besoin d’expliciter, il suffirait d’écrire : « Mon nom est Precious, VDM ! » et elle recueillera pleines de validations de VDM (y aura juste quelques enfoirés pour cliquer sur « Tu l’as mérité »).

Ceux qui crient haut et fort que le film en fait trop. Ce serait ne faire que l’apologie de leur bêtise, de leur ignorance car la situation sociale dans les ghettos est loin d’être reluisante surtout dans les favelas ou les coins les plus reculés d’Afrique ou d’Asie.

Surtout ce qui marque avec ce film, c’est la façon dont il évite de tomber dans la surenchère pure et dure, pour nous forcer à tirer les larmes. La Precious, malgré tout ce qui lui arrive, reste digne et tente toujours de s’en sortir via l’école. Une belle leçon de vie pour nous tous, cette jeune fille nous prouve qu’il reste toujours un espoir même au fond du trou.

Un excellent drame servi par une réalisation un peu atypique rappelant beaucoup les séries policières The Wire et The Shield. A savoir une utilisation d’un grain prononcé et de légers zoom rapides pour appuyer (voir forcer) l’attention du spectateur. Ça déroute un peu par rapport aux standards hollywoodiens mais il faut rappeler que Precious est un film indépendant. S’il a connu une aussi grosse médiatisation, il le doit beaucoup à Oprah.

Au delà de la bonne performance de l’actrice principale (rien d’extraordinaire non plus), c’est principalement celle de Mo’Nique (jouant le rôle de la mère de Precious) qui subjugue. Pas besoin de mots pour l’expliquer. C’est encore plus surprenant en regardant la filmographie de cette actrice habituée aux comédies et aux nanars, ce serait un peu comme si Vincent Lagaf’ jouait le rôle principal de Le Pianiste.

L’apothéose survient durant La confrontation finale entre Mo’Nique et sa « fille », un moment d’émotion pure et d’horreur absolue (vous pensez avoir touché le fond avec les tortures physiques et sanguinolentes de Saw, imaginez l’équivalent mais moralement). En plus les descriptions de Mo’Nique sur les sévices subies par Precious sont à glacer (c’est simple, j’ai du regarder un sitcom après pour me changer les idées sinon je ne dormais pas). On comprend aisément l’Oscar attribué à Mo’Nique et il ne souffre d’aucune contestation.

Pour l’anecdote, il faut savoir que l’actrice Mo’Nique a été abusée par son frère pendant huit ans et a avoué s’être servi de ce film comme thérapie.

Deuxième surprise, le rôle de Miss Weiss, l’assistance sociale. Alors qu’Helen Mirren devait prendre le rôle, elle se désista au dernier moment et le rôle fut donné à Mariah Carey. Une catastrophe ? A ma grande surprise, non. M’enfin, il faut dire que je ne l’ai même pas reconnu. J’ai dû attendre le générique de fin pour voir à quel personnage correspondait l’actrice. Je fus stupéfait en apprenant qu’il s’agissait de Miss Weiss. Une belle performance de sa part et il faut le signaler vu le nombre de chanteuses qui foirent totalement le passage au grand écran (remember Britney Spears, Jennifer Lopez, Christina Aguilera).

Pour terminer, je tenais à parler de la réalisation qui joue aussi beaucoup sur l’imaginaire de Precious avec des belles scènes qui ne sont pas sans rappeler les délires psychédéliques de Tommy (l’opéra rock des Who). Une scène absolument magnifique au zénith : celle où la caméra tourne autour de Precious laissant voir les plus grands passages de l’histoire Afro-américaine à base d’images d’archives juxtaposées.

Le Blu-ray

La qualité de l’image peut choquer par un grain prononcé et une luminosité et un contraste exagéré mais ce n’est en aucun la faute du blu-ray. C’est inhérent au film, après pour savoir s’il s’agit d’une démarche artistique ou d’un manque de budget, je ne saurais pas vous répondre. Personnellement, je trouve que ça lui donne beaucoup d’identité. Le son quant à lui est nettement meilleur délivrant une belle musique, il atteint son summum durant les clips imaginés par Precious.

Les bonus sont intéressants et permettent de mieux connaître les détails sur ce projet passionnant. Ne ratez pas les interviews en tout cas.

Un drame social extrêmement poignant avec une prestation de Mo’Nique extraordinaire. Un film inoubliable.

Sa scène culte : La dernière scène de Mo’Nique

Note : 8/10

Un bon blu-ray. Techniquement bon et bien servi en bonus.

Image : 7/10

Son : 8/10

Bonus : 7/10

Precious affiche

Pin It on Pinterest