Critique & Test Blu-ray : Dog Pound

Après le désormais culte Sheitan (avec Vincent Cassel dans le rôle d’un détraqué), le frenchie Kim Chapiron s’attaque au sujet épineux des prisons pour mineurs. Les différents accroches parsemées sur le dos du blu-ray (« Attention, film choc » entre autres) sont vraies. Une véritable claque.

Davis, 16 ans, trafic de stupéfiants.
Angel, 15 ans, vol de voiture avec violence.
Butch, 17 ans, agression sur un officier de probation.

Trois mineurs envoyés dans la prison pour mineurs d’Enola Vale.

Trois histoires, trois destinées.

Un film qui vous chope les tripes et ne vous laisse pas indifférent à la fin

Basé sur le milieu carcéral juvénile, Dog Pound (traduction : « La Fourrière ») renie les clichés du genre présentant systématiquement des gangs, des latinos blindés de tatouages, de blacks gros bras et des blancs nazis (le syndrome Prison Break en somme), c’est un vrai soulagement de ce côté-là. Parmi les trois personnages principaux, on a deux blancs et un latino, incarcérés pour des raisons différentes.

Ce film est aussi une vraie remise en question de l’incarcération juvénile. On voit qu’il n’y a pas vraiment de solutions proposées à ces adolescents, on pourrait dire que c’est même pire. Étant confronté à la violence au quotidien, leur seule solution est d’être à leur tour bourreau. Les gardiens ne font pas grand chose pour les aider et ceux qui essaient s’y prennent mal.

Dog Pound n’est pas à mettre en tous les mains. Certains scènes sont très dures, cette violence est amplifiée par le fait qu’il ne s’agit que d’adolescents paumés. Une scène touchante le rappelle : il s’agit de la visite des parents. Nos jeunes incarcérés changent complètement de comportements une fois confrontés à leurs géniteurs. Je n’ai pas envie d’en dire plus pour vous laisser la surprise (on pourra en discuter dans les commentaires).

Une révélation, Adam Butcher

Pour le rôle de Butch, le chanteur K’Naan était prévu au départ mais au dernier moment, il a du se désister et je dis : « heureusement ». Car à ce moment, Adam Butcher a été auditionné et il a tellement impressionné le réalisateur que ce dernier lui a confié le rôle sur le champ : « Lorsque j’ai rencontré Adam Butcher, j’ai tout de suite senti cette folie dans son regard. Sans même lui parler, j’ai su que c’ était lui », dixit Kim Chapiron.

Dans ce rôle de garçon ayant des problèmes de gestion de la colère, Adam Butcher explose. Il est réellement flippant à tel point que par moment, on se demande s’il ne vit pas son rôle, non même plus, s’il est le rôle ? La lecture des interview ne fait que le confirmer, Adam Butcher a été en garde à vue à deux reprises durant le tournage (ça a posé pas mal de problèmes à l’équipe étant donné qu’il est présent dans plus de 75% du long-métrage ^^). Il mériterait vraiment un oscar pour ce rôle mais malheureusement dans cette industrie fermée du cinéma, seuls les acteurs connus peuvent pointer pour recevoir une nomination.

Un bon blu-ray

La qualité de l’image et du son n’est pas transcendante (on ne parle pas d’Inception) mais permet d’apprécier la folie dans les yeux des personnages. Niveau bonus, on a trois making-of ( de 21’ à 4’), 5 scènes coupées et une bande annonce. Ni plus, ni moins, juste la moyenne. Vraiment dommage, on aurait bien aimé en savoir plus sur les acteurs.

Un excellent film sur le milieu carcéral avec un Adam Butcher habité. En suivant la destinée de ces trois personnages, vos tripes vont se remuer. Vous crierez vengeance avant d’assister bouche bée devant l’escalade de violence qui aboutira à une scène finale mémorable. Kim Chapiron confirme après Sheitan, je guette la sortie de son prochain film.

Ses scènes cultes : le visage d’Adam Butcher qui se tord de colère avec un regard qui confine aux limites de la folie lorsque l’un des gardiens le provoque et la scène finale (je ne vous en dis pas plus).

Film : 8/10

Un blu-ray de bonne qualité avec quelques bonus intéressants.

Image : 7/10
Son : 7/10
Bonus : 6/10

Advertisements
A propos de l'auteur : (2897 articles)

Fou de cinéma depuis qu'il a vu son premier film dans les salles obscures : Jurassic Park. Pleure quand le requin meurt dans Les Dents de la Mer. Plus tard au collège, il a succombé aux comics grâce (ou à cause) à un pote. Les jeux vidéo, il y touche depuis Les Schtroumpfs sur la Colecovision.

Tu kiffes l'auteur ? Suis-le sur : Twitter, Facebook ou Google+.