Critique : Super 8

« C’est de la plus-value ! »

Date de sortie cinéma : 3 août 2011

Écrit et réalisé par J.J. Abrams (Lost, Mission: Impossible 3, Star Trek)

Avec Joel Courtney (prochainement dans Tom Sawyer & Huckleberry Finn), Kyle Chandler (Le Royaume, King Kong), Elle Fanning (Somewhere, L’étrange histoire de Benjamin Button), Riley Griffiths, Ryan Lee et Gabriel Basso.

Film pour enfants à partir de 10 ans
Long-métrage américain
Genre : Drame, Mystère, Science-Fiction, Thriller
Durée : 1h50

Site interactif (un petit bijou) : Ça Va Être GÉNIAL ! (désormais fermé).

Été 1979, une petite ville de l’Ohio. Alors qu’ils tournent un film en super 8, un groupe d’adolescents est témoin d’une spectaculaire catastrophe ferroviaire. Ils ne tardent pas à comprendre qu’il ne s’agit pas d’un accident. Peu après, des disparitions étonnantes et des événements inexplicables se produisent en ville, et la police tente de découvrir la vérité… Une vérité qu’aucun d’entre eux n’aurait pu imaginer.

J.J. Abrams, le nouveau Spielberg ?

Après nous avoir rendus fou avec des numéros (Lost), nous avoir fascinés avec une nana qui changeait de cheveux plus vite que d’autres ne changeait de culottes/caleçons (Alias), avoir relancé la carrière de Tom Cruise et de prime, une saga (Mission : Impossible III) mais surtout avoir donné la rage à plusieurs générations de fans en supprimant 25 ans de séries en un film (Star Trek).

J.J. Abrams revient en nous promettant de rendre hommage à des films cultes de notre jeunesse et en y instillant un peu de son enfance (Super 8). A-t-il réussi à faire de Super 8, un super film (oh le jeu de mot pourri, ne m’en veuillez pas, ce n’est pas volontaire) ?

 
Bonjour madame, je vais prendre un peu d’E.T. l’extra-terrestre avec Les Goonies. Ah oui, j’aimerais bien aussi une scène de Jurassic Park si c’est possible ?

En citant trois films cultes, on peut déjà commencer à trembler car beaucoup détestent le fait de rendre hommage à des films en les assimilant systématiquement à du pillage avec des phrases du style « De la merde ! C’est complètement pompé sur E.T. et Les Goonies » ou « Aucune originalité, fait que copier Abrams ». Je peux déjà vous dire, eh bien quel hommage !

Le film s’inspire de ses illustres modèles. Son histoire est un astucieux mélange des deux films sans oublier leur humanité. C’est souvent ça qui pèche. E.T. est avant tout un film profondément humain qui nous apprenait à respecter les différences. Super 8 reprend un peu le même modèle. Pour le côté Goonies, c’est le principe même de la bande de gosses un peu fou-fou dont chacun affirme son caractère haut et fort, on peut même faire appel à Stand by me. De ce côté, le film est un peu moins réussi, le duo Joel Courtney/Elle Fanning prenant toute la place. Là où Super 8 perd en bande charismatique, il gagne avec une histoire d’amour nous rappelant notre premier amour (et qui nous envie de retourner en enfance pour pouvoir la revoir).

Une petite mention à Elle Fanning, je ne vais pas vous mentir. Je ne peux pas la blairer mais là, elle m’a soufflé à tel point que j’ai révisé mon jugement. Bravo à elle parce que ce n’était pas évident: Keira Knightley vous le confirmera (elle n’aura jamais réussi à me faire changer d’avis et ce n’est pas les films qui manquent).

Quant à la bande de copains, elle permet une aventure délicieuse et hilarante au début. Ils essaient de tourner un film de zombies avec des moyens rudimentaires. Absolument réussi, on en vient presque à regretter que Super 8 n’ait pas prolongé cette expérience et l’ait mise en second plan (voir quasiment supprimée). A noter une réplique culte : « Production value » (« C’est de la plus-value »).

L’extra-terrestre et les effets spéciaux

J.J. Abrams avait prévenu dès le départ, il ne voulait pas montrer l’extra-terrestre en plein jour pour garder le côté mystère et « terrifiant » du film. On ne le verra donc jamais en entier sauf vers la fin et ça permet de faire travailler notre imagination en essayant de se le représenter. Surtout que les différentes portions du corps filmées permettent moult fantasmes. Quand on le voit enfin, non je ne vous dis pas, je vous laisse la surprise.

Super 8 ne garde pas le côté fauché et minimaliste de Les Goonies (malgré une fin un peu spectaculaire), ni celui d’E.T., l’extra-terrestre. Abrams disposant d’un plus gros budget et d’un meilleur savoir-faire (merci Star Trek), nous pulvérise les rétines avec des effets spéciaux et pyrotechniques de malades ! Sans jamais verser dans l’outrance, ni l’overdose : seules quelques scènes fortes mais quelles scènes ! Je vous le dis, vous allez en prendre plein la gueule !

J.J. Abrams nous livre un délicieux hommage à nos films de jeunesse et nos gosses vont pouvoir avoir un modèle qui permettra à un futur Abrams de nous livrer un Super 16.

Sa scène culte : le déraillement du train et le remix de l’attaque du bus de Jurassic Park.

Note : 8/10

Super-8-Affiche-Teaser-France

Pin It on Pinterest