Critique : Rambo: Last Blood

Affiche française du film Rambo: Last Blood réalisé par Adrian Grunberg avec Sylvester Stallone

Fallait pas le faire chier, bis repetita

Fiche

TitreRambo: Last BloodTitre VO
RéalisateurAdrian GrunbergScénaristesMatthew Cirulnick, Sylvester Stallone
ActeursSylvester Stallone, Paz Vega, Louis Mandylor, Sheila Shah
Date de sortie25 / 09 / 2019Durée1h 41
GenreAction, Aventure, ThrillerBudget50 000 000 $

Cinquième épisode de la saga Rambo. Vétéran de la Guerre du Vietnam, John Rambo va devoir affronter un cartel mexicain.

Critique

Hésitant à aller voir le dernier Rambo, je suis allé vérifier les notes sur les agrégateurs de critiques. Ben merde, ce n’est pas fameux du tout. En gros, la presse bazookatise le film au point qu’il ne reste plus que les chaussures, à Rambo…

Bref, j’allais choisir un autre film. Néanmoins, j’ai été pris d’un doute. Je suis allé vérifier les notes de John Rambo, le film sorti en 2008 que j’avais adoré. Bam, ça n’a pas manqué. Il avait lui aussi des mauvaises critiques. Pas d’hésitation, séance de Rambo: Last Blood MAINTENUE !!!

Et je ne l’ai pas regretté.

Rambo en guest de Narcos

On pourra aisément résumer cet épisode en « Rambo contre un cartel mexicain ». C’est d’ailleurs comme ça que le synopsis présente cet opus. Seulement, et ça m’a surpris dans le bon sens, on est loin du cartel inoffensif. Je l’avais oublié, car le personnage a été tellement parodié, mais Rambo s’inscrit avant tout dans un univers réaliste. Dès lors, l’histoire de ce cinquième Rambo m’a embarqué dans une réalité effrayante.

Car si lorsqu’on parle cartel, on a Narcos en tête, la série Netflix a plutôt tendance à se concentrer sur les méchants et moins sur les conséquences. Rambo: Last Blood s’y intéresse justement et celles-ci sont effrayantes. On pourra juste regretter des acteurs pas vraiment top, mais ça fait quand même son effet.

En cela, l’embauche du réalisateur Adrian Grunberg est tombé pile-poil. Le mec a réalisé un bon film, Kill the Gringo avec Mel Gibson, et a officié en tant que réalisateur de deuxième équipe pour, tiens, tiens, Narcos et Narcos: Mexico. Comme c’est pratique, le gars est déjà familier avec l’univers. En tout cas, j’ai trouvé la partie cartel réussie et surtout, cela amène un véritable ennemi pour John.

Rambo éparpille le cartel dans un déluge de gore

Dès lors, lorsque le combat final arrive, c’est avec un véritable kif que je l’ai accueilli en criant dans ma tête des trucs du style « Prends ça dans la tronche », « Ouch, ça fait mal » ou encore « Il va lui montrer qui c’est Rambo. Aux quatre coins du Mexique qu’on va le retrouver, éparpillé par petits bouts, façon puzzle. Rambo, quand on lui en fait trop, il correctionne plus : il dynamite, il disperse, il ventile ! ».

C4 sur le gâteau, ce passage est sérieusement gore. Quand Rambo tire dans la tronche d’un mec au fusil à pompe, ça ne fait pas un petit trou bien propre dans le visage. Ça lui explose la tronche au point qu’il n’en reste plus rien. Que c’est jouissif surtout après avoir vu les horreurs commises par ces criminels. Pour parachever le tout, John Rambo finit sur une Fatality. Le truc improbable, mais qui fait du bien. Car c’est aussi à ça que sert ce genre de films, vivre l’horreur de ce monde et se défouler avec l’arrivée d’un surhomme.

Rambo a perdu dix minutes

À noter une curiosité. La version française du film est plus longue de dix minutes que la version américaine. Après renseignement, en fait, c’est carrément toute l’introduction qui a été éjectée du montage ricain. Une décision assez étonnante tant celle-ci est réussie car, en plus d’être spectaculaire, elle permet de mieux comprendre ce qu’est devenu Rambo après qu’on l’aie quitté, il y a dix ans. Ça expliquerait aussi peut-être en partie pourquoi la presse américaine a été aussi assassine.

Par qui attend de pouvoir incarner Rambo dans le prochain Mortal Kombat.

Conclusion

Démoli par la critique, Rambo: Last Blood est pourtant très loin d’être un mauvais film. Au contraire, il fait largement le taf en étant supérieur à bien des long-métrages du genre grâce à un terrifiant univers réaliste et pour le déluge de gore qui sert de combat final. Y a pas à dire, Rambo est toujours en forme.

+

  • Univers réaliste et terrifiant
  • Climax gore bien comme il faut
  • Heureusement qu’on ne nous a pas coupé l’introduction dans le montage français

  • Acteurs pas toujours au niveau
  • Où est passé le bandana ?
7/10

Pin It on Pinterest